Pyramide-Maslow-des-besoins

▷ Les 5 besoins de la Pyramide de Maslow… et le MBTI ! ✅😲😲😲

Introduction

Comprendre comment fonctionne notre cerveau c’est la clef qui ouvre toutes les portes. Car comprendre comment fonctionne le cerveau humain, c’est comprendre ses besoins et c’est donc se donner la possibilité de les influencer !

C’est exactement de ce constat, qu’au cours du XXème siècle de nombreux chercheurs ont tenté de modéliser les motivations des consommateurs (on appelle cela le marketing 😏). Comment ?

Tout simplement, en s’intéressant aux mécanismes cérébraux innés de chaque individu. C’est précisément en suivant cette démarche que le psychologue Abraham Maslow, a établi ce qui reste à aujourd’hui un des fondements du marketing, enseigné dans toutes les écoles de commerce : la théorie des besoins.

Toute personne qui a étudié un tout petit peu le marketing dans sa vie a forcément entendu parler de la pyramide de Maslow. En deux mots, cette théorie vise à hiérarchiser les besoins fondamentaux de l’être humain en partant des plus essentiels, les besoins primaires, et en allant vers ceux moins évidents, qui expliquent également notre fonctionnement naturel.

 

1/ La Pyramide de Maslow

a) Définition générale

Donc si l’on se réfère au modèle, Abraham Maslow a conceptualisé l’ensemble des besoins humains sous la forme d’une pyramide. La base de cette pyramide, c’est à dire le socle fondateur est constitué naturellement par les besoins dits “primaires”, sur lesquels viennent se superposer les autres types de besoins de moins en moins essentiels, par couches successives.

Pyramide-Maslow-des-besoins

La notion de “besoins” est implicitement liée à la notion de “motivations”.  C’est partant de cette logique que les travaux de Maslow ont logiquement trouvé une utilité dans le domaine du marketing, puisque les entreprises y ont vu une possibilité de cartographier le comportement de leurs consommateurs… et ainsi de les influencer.

La théorie part du principe que l’individu ne va chercher à combler ses besoins secondaires (les couches supérieures de la pyramide) qu’à partir du moment où ses besoins primaires sont déjà satisfaits. Ainsi, une personne vivant dans la rue cherchera en priorité à trouver un toit et de quoi manger, avant de se soucier de son besoin d’estime ou de celui de réalisation de soi. Mais voyons la liste des besoins qui composent la pyramide.

b) Les différents besoins

A. Maslow a donc commencé par isoler les besoins qu’il a qualifiés de  primaires. Comme expliqué un peu plus tôt dans cet article, ils représentent, selon le modèle, les premiers besoins que l’individu cherchera à combler en priorité avant de passer aux besoins secondaires. .

Il définit, ainsi les 3 besoins primaires dans cet ordre :

  • Tout d’abord, les besoins physiologiques : respirer, manger, boire, se reproduire, dormir etc…

  • Ensuite, les besoins de sécurité : la recherche d’un environnement stable, d’une sécurité pour son intégrité physique, mais également au niveau de sa santé ou de sa sécurité sur le plan social (avoir un emploi)

  • Enfin, il décrit les besoins d’appartenance et d’amour : c’est à dire le fait que chaque personne ressent le besoin de se sentir appartenir à des groupes sociaux, que ce soit des groupes d’amis, des relations affectives, ou tout autre cercle (club de sport, associations etc…)

Quand ces 3 besoins primaires sont satisfaits alors, seulement, apparaissent les besoins que la théorie de Maslow classe comme secondaires.

besoins-marketing-homme

(image par John Hain)

De manière exhaustive on trouve dans l’ordre :

  • le besoin d’estime de soi : c’est à dire le besoin que ressent chaque individu de se sentir utile, reconnu et apprécié

  • et tout en haut de la pyramide, le besoin d’accomplissement de soi : c’est à dire la nécessité pour l’être humain de se réaliser et de développer sa culture

En 1970, Abraham Maslow, compléta son modèle par l’ajout de 3 nouveaux besoins :

  • Les besoins cognitifs, c’est à dire les besoins de comprendre et de savoir, qui ,eux, ne forment pas une nouvelle “couche” de la pyramide mais sont continus tout au long de l’existence et de la réalisation des autres besoins

  • Les besoins esthétiques, qui marquent le relèvement de l’exigence de l’accomplissement des besoins primaires. On ne se satisfera plus de se nourrir et d’avoir un cercle de connaissances mais on voudra manger de bons aliments (bio par exemple) et avoir des amis plus que de simples relations

  • Et enfin, le besoin de dépassement de soi, qui est situé tout en haut de la pyramide. L’individu ne cherchera donc à le satisfaire qu’une fois tous les autres besoins assouvis… Ce dernier, consistera à “se dépasser” en ce sens que la personne se consacrera à aider autrui à se réaliser (elle ne pense plus qu’à elle)

dernier-besoin-pyramide-Maslow

                             (image provenant du site : https://www.leader-blogueur.com/pyramide-de-maslow-explication/ )

c) Les limites du modèle

Cependant, si l’on souhaite évoquer la théorie de la “Pyramide de Maslow” de manière totalement objective, il est nécessaire d’aborder également ses limites. La première des “contestations” qui est émise à l’encontre du modèle, vient de l’ordre des besoins. Aujourd’hui, le fait que la quête de la satisfaction des besoins secondaires n’advienne qu’après que l’individu ait comblé ses besoins primaires, n’est plus considérée comme un postulat établi. La communauté scientifique s’accorde à dire que le comportement de l’individu d’aujourd’hui est directement influencé par la personnalité de ce dernier, c’est à dire son “socio style”. Ainsi, si la personne est plutôt tournée vers les autres plutôt que focalisée sur des tâches à accomplir, elle agira différemment. Sans compter que sa relation au pouvoir, vient également complexifier la lecture et troubler les cartes.

styles-sociaux-Maslow-mbti

Mais avant même cela, il est nécessaire d’évoquer le biais majeur reproché à la théorie de Maslow, à savoir sa dimension statistique. En effet, ses détracteurs font remarquer qu’elle n’a pas été construite sur un échantillon représentatif de la population. Le fait de ne quasiment que se concentrer sur une population masculine, blanche et d’un niveau social plutôt élevé, fait que les résultats obtenus ne sont pas applicables à 100% des personnes. Ceci constitue certainement le reproche majeur que l’on peut faire à sa théorie.

D’ailleurs, dans le même ordre d’idée, la “remise en question des principes statistiques de base”, le manque de données, s’avère être encore aujourd’hui, un obstacle majeur à la vérification du modèle.

En fin de comptes, le principal enseignement est que les Catégories de besoins de Maslow existent bel et bien. Mais l’ordre de ces derniers peut être remis en question en fonction des critères évoqués précédemment. Par exemple, si l’on prend le cas d’un ouvrier, l’ordre des besoins ne sera pas le même que pour un chef d’entreprise ou un cadre supérieur.

2/ Les utilités de la Pyramide de Maslow

a) Comprendre les besoins des consommateurs en marketing

Les premiers a avoir utilisé les travaux de Maslow, sont bien entendu les personnes évoluant dans le domaine du marketing. Imaginez, pour des personnes dont le but quotidien est l’étude des stratégies commerciales (donc visant à augmenter les ventes de produits au grand public), ce que cette théorisation du comportement des consommateurs pouvait représenter ! Tout simplement une mine d’or ! Désormais, ils allaient pouvoir comprendre les motivations de leurs cibles. Ils allaient pouvoir influencer leurs comportements… Nos comportements ! Pour nous faire acheter leurs produits beaucoup plus facilement.

Comprendre, que la ménagère moyenne avait certes besoin de remplir le frigidaire (pour combler les besoins primaires du foyer), mais qu’elle allait également ressentir la nécessité d’être rassurée. Pour illustrer cela, on peut citer par exemple la communication de Darty, orientée sur “le contrat de confiance” et les garanties offertes.

Et on peut continuer, avec chacun des autres besoins que les entreprises allaient pouvoir désormais se proposer de satisfaire. Des spots pour des parfums, avec des top modèles pour le besoin d’estime de soi, aux publicités pour les clubs de fitness, mettant en valeur des hommes musclés pour répondre au besoin d’accomplissement… la palette est très large !

Bref, pour les hommes de marketing cela apparut comme une révolution !

comprendre-besoins-consommateurs

b) Réussir à manager et à motiver

Mais au-delà de l’utilité purement mercantile, les entreprises ont également utilisé cette modélisation du comportement humain pour une autre branche de leur activité : le management (évoquer dans cet article).

En effet, tout comme on comprenait mieux les attentes des consommateurs, le concept de la “Pyramide des besoins”, allait permettre de mieux cerner les sources de motivation des salariés. Après tout, ces derniers étant des êtres humains la théorie de Maslow s’appliquait naturellement.

Et c’est ainsi, qu’un parallèle fut établi avec le monde de l’entreprise. N’importe quel employé cherchera dans un premier temps à travers son emploi à gagner un salaire (ceci pouvant représenter la base de la Pyramide, le besoin primaire). Puis pour satisfaire la strate supérieure de ses besoins, il cherchera de la sécurité ou plutôt de la stabilité (terme mieux approprié). Ensuite, viendront successivement les besoins de se sentir appartenir à la Société (d’où l’importance des conventions nationales organisés par tous les grands groupes au moins une fois par an) et celui d’être reconnu par ses supérieurs et ses collègues.  Enfin, si les 4 besoins précédents seront comblés, l’employé cherchera à satisfaire son besoin d’accomplissement personnel en se dépassant !

Bien entendu, le rêve de tout manager sera d’être capable de mettre son équipe dans les meilleures conditions pour l’amener au stade ultime. Il sera donc stratégique d’accompagner sa montée en compétence en identifiant les sensibilités et priorités de chacun, pour mieux adapter son management.

comprendre-besoins-manager

 

c) Au quotidien, améliorer ses relations

Mais si l’on sort du cadre de l’entreprise et du monde du travail proprement dit, il est également possible de trouver des utilités à la théorie de Maslow. Dans les relations humaines de n’importe quel groupe, la prise en considération de l’existence d’une hiérarchie des besoins et du principe fondamental qu’il est nécessaire de satisfaire certains d’entre eux en priorité, est un formidable outil pour créer de l’harmonie dans ses relations. Comprendre que les autres membres du groupe (famille, couple ou groupe d’amis) ne cherchent pas forcément à satisfaire le même type de besoin (en fonction de leur niveau “d’avancée”) permet naturellement de gagner en tolérance donc en cohésion.

3/ Utiliser le MBTI pour mieux satisfaire ses besoins

Si pour les besoins primaires de type physiologiques comme manger, boire ou dormir l’utilisation du Mbti n’a que peu d’intérêt, il est intéressant de se pencher sur ceux des strates supérieures de la pyramide.

a) Assouvir ses Besoins de Sécurité avec le MBTI

Le second des besoins primaires, identifiés par Maslow, est celui que chaque être humain a de se sentir à l’abri et cela s’entend sur plusieurs plans. Que ce soit par le fait de rechercher à avoir un toit sur la tête, par le fait de se mettre à l’abri des dangers physiques (des violences et des agressions), par le fait de vivre dans une certaine stabilité affective etc… La quête permanente de se sentiment d’être protégé de tout danger extérieur est dans la théorie de Maslow, le second niveau de besoin que l’individu cherchera à satisfaire.

Là où le MBTI pourra parfaitement répondre à ce type de besoin, c’est qu’avec une très bonne connaissance de soi, n’importe quel individu saura bien mieux réagir dans tout type de situation. Une personne ayant une fonction “Feeling” (qui utilise son cœur en priorité pour décider) bien marquée, saura devoir se méfier de certains choix effectués sur le coup de ses émotions. Pour la personne ayant une fonction Sensation dominante, c’est son manque d’Intuition qui, lui faisant particulièrement défaut, devra être le facteur à surveiller…

Je ne rentre pas dans cet article dans le détail de tous les “Types Mbti”, mais chacun a ses points faibles qui, s’ils sont identifiés, ne deviennent plus aussi handicapants. C’est dans cette logique qu’une bonne maîtrise du MBTI permettra naturellement de se sentir plus à l’abri de ses propres erreurs.

b) Combler ses Besoins d’appartenance avec le MBTI

solitude-difficulte-a-communiquer-les-choses-importantes

Si l’on se penche maintenant sur le besoin d’appartenance, il est évident que le fait de connaître sa nature intrinsèque pourra permettre de tempérer ses besoins affectifs profonds. Certains “types MBTI”, seront plus concernés que d’autres. Une personne qui se sait avoir une fonction “F” (qui décide avec le cœur) orientée vers l’extérieur, aura un besoin naturel de fréquenter beaucoup de monde. Même si son être profond la poussera instinctivement à chercher à appartenir à des groupes sociaux, le fait de connaître son profil MBTI mettra des mots sur un manque qu’elle pourra ressentir au niveau de ce besoin primaire selon Maslow.

D’ailleurs, le poids de ce besoin d’appartenance, doit être beaucoup plus fort chez certains des 16 profils du fait de leur “cablage” neurologique très orienté sur le besoin affectif. Le savoir ne pourra que mieux les aider à satisfaire ce besoin en priorité.

 

c) Assouvir ses Besoins d’estime de soi avec le MBTI

S’il y a bien un besoin que les travaux de Carl Jung, sont à même d’aider à satisfaire, c’est sans aucun doute le besoin d’estime de soi. Quand Abraham Maslow à identifier cette strate de sa Pyramide, il analysait que chaque être humain avait un besoin de considération, de reconnaissance et de fierté. On considère que l’estime de soi de l’individu provient en tout premier lieu de la compréhension et de l’acceptation de soi.

Partant de ce principe, quoi de mieux que de lire le descriptif de son profil MBTI et toutes les qualités naturelles y qui sont associées. Car là où le modèle est d’une utilité rare, c’est qu’il attribue aux 16 profils des “compétences” naturelles dans tel ou tel domaine. Certains seront plus à l’aise par leur esprit logique, quand d’autres seront plus doués pour comprendre les gens. Certaines personnes seront reconnues pour leur tempérament de fonceur, quand d’autres seront naturellement faites pour exécuter des taches avec précision…

L’efficacité de l’utilisation des travaux du MBTI, pour faciliter la satisfaction des besoins d’estime de soi, identifiés par Abraham Maslow ne fait donc vraiment aucun doute.

se-tourner-vers-interieur-de-soi

d) Satisfaire ses Besoins d’accomplissement de soi avec le MBTI

Le besoin d’accomplissement de soi, étant le besoin qu’à l’être humain de se réaliser dans tous les domaines de sa vie, on comprend facilement que l’éclairage qu’apporte le MBTI apparaisse comme une formidable opportunité. En cernant ses points forts et ses faiblesses, en comprenant comment faire pour développer son potentiel, l’individu qui se sera tourné vers l’intérieur de lui-même saura précisément quel chemin emprunté pour satisfaire cet autre besoin identifié par Maslow.

Celui-qui-regarde-ses-faiblesses-confiance

Car certes les travaux de Carl Jung et du MBTI, nous donnent une photographie de notre fonctionnement naturel, mais il ne faut pas oublier qu’il nous apprend également comment grandir. Chaque profil ayant une fonction tertiaire et une fonction inférieure représentant ses talons d’Achille, nous pouvons en nous connaissant mieux travailler à compléter nos forces innées.

La simple prise de conscience et l’acceptation, de qui nous sommes vraiment sera le point de départ de l’accomplissement de nos rêves les plus grands !

 

Conclusion

En synthèse, on peut affirmer que toute assimilation de son mode de fonctionnement naturel est une bonne chose pour l’individu. Que ce soit par la compréhension de la Pyramide des besoins de Maslow, ou par celle de son propre “paramétrage” neurologique décrit par les travaux de Carl Jung et du MBTI, chaque individu pourra mieux s’armer pour faire face à son avenir.

Quoi de plus rassurant que d’avoir un temps d’avance sur les réactions des personnes qui nous entourent ou même sur ses propres réactions ? Il existe à l’évidence de nombreux ponts entre les différentes “sciences” de développement personnel mais les théories de Maslow et du MBTI utilisées conjointement peuvent se révéler être d’excellents moyens de contrôler un peu mieux son environnement et de ce fait d’y évoluer plus sereinement.

devenir-conscient-de-ses-besoins

 

Et vous ? Quel besoin rêveriez-vous de satisfaire ? à quel niveau de satisfaction de la pyramide de Maslow vous situez-vous ? N’hésitez pas à me le partager en commentaire.

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux ! 😉😉

Partager

6 réflexions au sujet de “▷ Les 5 besoins de la Pyramide de Maslow… et le MBTI ! ✅😲😲😲”

  1. Quel article passionnant🎉. Le MBTI, apporte une valeur complémentaire à la pyramide de Maslow sans aucun doute, je dirai c est une sorte de BOULE de CRISTAL sûre à consulter à des moments de sa vie de Doutes et de Choix. Il est vrai qu’ aujourd hui. les entreprises qui cartonnent sont celles qui bichonnent leurs salariés, et les excellents managers sont ceux qui utilisent à fond les profils des membres de leurs équipes pour les faire évoluer à la bonne place au bon poste de l’entreprise pour qu’ ils soient rentables, qu ils aient envie d’ y travailler, s y retrouver, s y sentir utiles. Pour Soi c est génial d avoir son profil.. Une question m’est venue au cours de la lecture de cet article: A Quand le Test de MBTI en Bonus ?

    Répondre
    • Merci beaucoup pour ce commentaire ! Et bien justement le Test MBTI maison est la prochaine étape du blog… J’ai déjà travaillé sur les 16 descriptifs de profil, j’ai conçu les questions du test qui permettront d’obtenir “son” résultat personnel. Il n’y a plus qu’à réussir à le mettre en place !! A très bientôt j’espère

      Répondre
  2. Absolument passionnant de se tourner vers les besoins des autres, mais également les siens. Je trouve que tu soulèves avec brio plusieurs clés de l’interaction entre être humains et le MBTI apporte une réel + à cela.

    Répondre
    • Merci pour ton commentaire Valentine ! J’espère rapidement pouvoir mettre en place un test permettant à chacun de savoir quel est son “type MBTI” propre… Et améliorer ses relations ! Tu connaissais le Mbti avant cet article ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.