La préférence du mode d’action : l’opposition entre le Jugement et la Perception

relation-au-temps

Préambule nécessaire :

Pour gagner en confiance en soi, il faut tout d’abord comprendre son propre fonctionnement. C’est en ce sens que nous allons décomposer ensemble toute votre “personnalité”. Ainsi vous allez être amené(e) à vous auto-diagnostiquer, et vous allez vous rendre compte que votre schéma de fonctionnement physique et mental, est ancré en vous depuis votre naissance, qu’il est inné et que vous ne pouvez rien y faire… Enfin pas tout à fait, et c’est là que le MBTI prend toute sa valeur.

En améliorant la compréhension de votre propre fonctionnement, vous allez prendre conscience de certains mécanismes avec lesquels vous avez toujours vécu et qui sont devenus naturels et automatiques pour vous. En comprenant et en acceptant que VOUS êtes fait(e) comme cela, vous allez déjà commencer par vous enlever une charge mentale que vous perceviez peut-être même comme de la “culpabilité”. Vous êtes différent(e) des autres, sur certains points mais c’est votre “cablage” à vous qui est comme ça. Vous n’êtes en rien coupable de quoi que ce soit.

La première étape est donc déjà de comprendre vos propres préférences de fonctionnement.

Pour rappel le MBTI regroupe l’ensemble des individus en 16 profils. Mais il est capital de savoir et d’accepter qu’il n’y a pas un de ces 16 “types” meilleur qu’un autre. En d’autres termes, ce n’est pas l’appartenance à telle ou telle groupe qui fera de vous quelqu’un de bien ou de mauvais.

Plusieurs preuves rationnelles peuvent en faire la démonstration. Sur les millions de nazis, statistiquement tous les types étaient représentés, idem pour les prix Nobel !

Le modèle inventé par Carl Jung ne fait que décrire votre mode de fonctionnement cérébral préféré, c’est à dire celui que vous allez choisir naturellement et prioritairement car vous vous sentez plus à l’aise. Ceci n’est pas conscient, en tous cas à l’origine, mais s’inscrit vraiment dans la nature profonde des individus.

Il y a donc 16 profils qui se composent tous de 4 lettres qui désignent chacune une caractéristique bien spécifique. Pour être puriste, il serait injuste de ne citer que Carl Jung comme père du modèle. En effet, si ce médecin psychiatre suisse a effectivement initié la démarche, nous devons à Myers Briggs (une mère et sa fille) le fait d’avoir complété le modèle en y rajoutant la 4ème lettre et toutes les “extensions” qui en ont découlé. Mais nous verrons cela par la suite.

Et donc un “type” se compose de 4 axes illustrés par 4 lettres. En résumé nous trouverons :

– Le premier axe, définira la façon dont l’individu trouvera son énergie.

– Le second, caractérisera la préférence de la personne pour recueillir l’information au quotidien

– La troisième, donnera des indications sur la manière privilégiée de réagir face à cette information

– Et enfin la dernière lettre, précisera le style de vie (ou mode d’action)

Là où le modèle dépasse la simple addition de données c’est qu’il s’attache aux combinaisons et au relations qu’elles ont entre elles… Mais ça ce sera pour un peu plus tard.

Après avoir vu la préférence de chaque individu pour ce qui est de son “énergisation”, pour sa façon de recueillir l’information dans l’environnement dans lequel il évolue, et les deux types de prédilections qui existent pour prendre ses décisions, nous allons nous intéresser au mode d’action.

1) Description des deux types de modes d’action :

Les deux types de modes d’action, vont déterminer la façon dont la personne se comportera au quotidien. On pourrait résumer cela à son mode de vie dans la Société, dans la vie de tous les jours. Là encore deux profils existent.

se-connaître-pour-confiance-en-soi

 

a) Les individus de type “Jugeurs” (J) :

Les personnes de ce style auront une tendance à vouloir tout organiser, tout le temps. Elles chercheront à planifier le moindre événement de leur vie, à la structurer schématiquement (dans les faits comme dans leur tête). Cause et conséquence à la fois, elles aimeront évoluer dans un cadre bien clair et précis. Cela les rassurera et les mettra à l’aise pour gagner en efficacité dans la réalisation de leurs projets.

A choisir, elles préféreront commencer par travailler d’abord et à profiter dans un second temps, une fois leurs “devoirs” achevés. Psychologiquement, elles auront besoin de “souffrir” d’abord pour bien se détendre ensuite. Si la tâche n’est pas achevée, elles ne se sentiront pas en mesure de profiter véritablement de “la récompense”.

Elles fonctionneront généralement par étape, ne regardant “pas plus loin que le bout de leur nez”, pourrait-on dire. Gardant la tête dans le guidon elles pourront avoir du mal à prendre de la hauteur face aux événements.

b) Les individus de type “Perceveurs” (P) :

Les individus dits “Perceveurs”, eux, chercheront au maximum à sortir du cadre. Ils aimeront la spontanéité et la flexibilité. C’est dans ce type d’environnement qu’ils seront à l’aise et plus efficaces. Pour eux le changement ne sera pas un obstacle, au contraire même. Ils fourmilleront d’idées et de projets qu’ils auront cependant du mal à mener jusqu’au bout (là est une de leurs faiblesses).

A l’inverse des “Jugeurs”, ils opteront généralement pour la distraction en premier, et ne se consacreront au travail qu’après avoir profité… Une fois qu’ils n’auront plus le choix.

Eux aborderont toujours un problème ou une situation dans sa globalité. Ils ne s’encombreront pas des détails qui seront à leurs yeux, plus perçus comme des futilités. Ils verront les choses dans leur ensemble quitte à passer à côté de certains faits “mineurs”.

2) Caractéristiques et distinctions entre les deux types de préférences :

a) Caractéristiques marquantes des types “Jugeurs” (J) :

– il aimera fonctionner par étape. Il ne verra pas la tâche à accomplir dans sa globalité mais comme une succession de séquences qu’il faut réaliser pour arriver au but.

– il sera très précis dans ses descriptions

– il veillera toujours à évoluer dans un cadre structuré et organisé (il aime l’ordre)

– il ne conservera que ce qui lui semble potentiellement utile dans le futur, sinon il jettera sans hésiter

– il aura tendance à organiser son agenda en y insérant des marges de sécurité entre chaque rendez-vous

– il apparaîtra comme quelqu’un de plutôt sérieux et rigoureux

– il aura le sens du devoir

– il se rassurera par le fait d’anticiper systématiquement les événements pour ne jamais être surpris

– il fera des petites listes de choses à faire (même insignifiantes) et les rayera au fur et à mesure

– il respectera parfaitement les horaires (quitte à être trop en avance à ses rendez-vous)

– il aura une attitude proactive (dans l’anticipation en permanence)

Cependant :

– il sera peu à l’aise avec l’imprévu face auquel il aura tendance à perdre ses moyens

– il pourra également tomber dans la maniaquerie s’il rend excessif son sens du détail

– il pourra donner trop d’importance au rôle et au “sens du devoir” de chacun (dans un groupe ou plus généralement dans la Société)

– il risquera de respecter les règles pour respecter les règles, et ainsi de perdre tout sens critique

b ) Caractéristiques marquantes des types “Perceveurs” (P) :

– il sera flexible et souple dans tout ce qu’il fera ce qui lui confèrera une aisance naturelle dans l’improvisation

– il sera ouvert aux choix et aux opportunités qui se présenteront à lui

– il aimera entamer plein de nouveaux projets

– il sera à l’aise avec l’imprévu et la nouveauté

– il aimera conserver les choses en se disant que cela pourra lui être utile, plus tard

– il sera instinctivement curieux, attiré naturellement par ce qu’il ne connait pas

– il ira droit au but sans s’encombrer des détails

– il détestera souvent l’autorité

– du fait qu’il déteste patienter, il arrivera toujours à ses rendez-vous à la dernière minute et aura tendance à caler plutôt 25 heures de choses à faire dans une seule journée

– il saura prendre son temps pour des décisions qui le nécessiteront

– il aimera travailler “dans le rush” et sera motivé par la pression de dernière minute

– il laissera paraître un style décontracté, détendu

– il aura une vue d’ensemble

– il aura une attitude réactive

Par contre :

– l’organisation ne sera pas une qualité naturelle chez eux ; elle ne devra pas être synonyme de cadre trop étroit

– il pourra manquer de ponctualité voire ne pas attacher d’importance du tout au respect des délais

– il aura du mal à s’engager (inconsciemment pour ne pas avoir à renoncer)

– il ne terminera pas souvent les nombreux projets qu’il aura entamés

fonctionnement préférentiel

 

3) Quand un “Jugeur” (J) rencontre un “Perceveur” (P) :

a) Incompréhension n°1 : dans sa manière de gérer son temps

Si vous cherchez à savoir quel est le type de style de vie d’une personne, sa relation au facteur “temps”, est peut-être la dimension la plus significative. L’individu “Jugeur”, sera très préoccupé par cette notion, à tel point qu’il pourra paraître aux yeux du “Perceveur” comme une personne maniaque et obsessionnelle. A l’inverse, ce dernier risquera fort d’être considéré comme une personne manquant de sérieux et de fiabilité aux yeux d’un J.

Tandis que les uns pourront être déstabilisés et stressés si les horaires ne sont pas respectés, les autres seront à l’inverse stimulés par cette dose d’adrénaline.

Pour illustrer, cette incompréhension manifeste, on pourra prendre pour exemple un groupe d’étudiants devant rendre un travail commun pour une date précise. Au sein du groupe, les Jugeurs feront leur partie dès que possible, tandis que les “perceveurs”, attendront la dernière minute, quand ils seront au pied du mur, pour se lancer dans des nuits blanches de travail. Les deux types fonctionneront instinctivement et inconsciemment selon le mode qui leur semblera et leur sera le plus efficace (parce qu’ils ont toujours vécu comme ça et qu’ils se connaissent).

Au final, sur ce plan, la devise des “Jugeurs” serait plutôt de ne jamais remettre à demain ce que l’on peut faire tout de suite, tandis que les “perceveurs”, se diraient plutôt “pourquoi faire aujourd’hui ce qui peut attendre demain”.

différences-de-fonctionnement

b) Incompréhension n°2 : dans le mode de prise de décision et l’organisation

Concernant, le mode d’organisation, les personnes de type J aiment décider (ce qu’il ne faut pas confondre avec le fait d’aimer commander), c’est à dire qu’elles ont besoin de trancher une bonne fois pour toutes. Inconsciemment, elles se débarrassent d’une tâche à accomplir, car elles ont besoin de voir progresser leurs projets. Cette progression, les rassure. Aux yeux des “Perceveurs”, cela pourra sembler être de l’empressement (“Pourquoi trancher maintenant puisque nous ne sommes pas au bord du précipice ?”). Ces derniers auront plutôt tendance à repousser l’instant “fatidique” de la prise de décision car ils ne veulent pas (intrinsèquement), renoncer à certaines possibilités qui se présenteraient à eux. Cela ne les stressera pas du tout car ils préféreront continuer à explorer toutes les opportunités qui se présentent et plus il y en a, mieux c’est. Cependant, une telle attitude mettra naturellement les Jugeurs dans une situation d’inconfort et donc de stress.

Pour imaginer cette incompréhension, on peut visualiser un militaire (caricature du J) cherchant à cohabiter avec un artiste en herbe ayant horreur du cadre…

organisation-pour-gagner-en-efficacité

 

c) Incompréhension n°3 : le goût du changement et de l’imprévu

Si on imagine un couple formé d’un des deux conjoints Jugeur et de l’autre “Perceveur”, on constatera très souvent dans leurs choix de tous les jours des divergences quant aux types d’activités préférées. Tandis que l’un optera de préférence pour des activités qu’il ou elle sait apprécier, car il ou elle les connait déjà, l’autre conjoint s’il est “Perceveur” voudra essayer de nouveaux itinéraires de balades, de nouvelles destinations de vacances, toujours avide de découvrir de nouvelles expériences.

Sur ce plan là, des personnes aux “styles de vie” opposés auront du mal a bien fonctionner ensemble pouvant être amenées à juger l’autre comme insupportable à vivre au quotidien. Pourquoi essayer quelque chose dont on ne connait pas le futur résultat quand on sait ce qui fonctionne, se demandera le Jugeur. Tandis qu’aux yeux du “Perceveur”, la routine et le manque d’imprévu seront à l’évidence synonymes d’ennui profond et de manque de “fun” dans la vie.

apprendre-improviser-confiance-en-soi

 

Conclusion :

Voilà donc les deux types de mode d’action que chaque individu sera en mesure d’adopter. Encore plus que pour les autres fonctions vues précédemment, la différence est bien marquée. Cependant, n’importe quelle personne sera en mesure de “grandir” et de dépasser les limites de son mode de vie, en commençant comme pour les autres caractéristiques de son profil, par en prendre conscience.