▷ Le Tempérament SJ : le Tempérament dit “Gardien du changement”

Introduction

Aimez vous le changement ? ou préférez-vous maintenir les acquis ?

16 descriptions de fonctionnements, 16 profils de personnalités Voilà ce à quoi ont abouti les théories de Katerine Cook Briggs et de sa fille Isabel Briggs-Myers se basant sur le modèle de Carl Gustav Jung. Par la suite, l’apport des travaux de David Keirsey, psychologue américain, a été considérable. Ce dernier a réussi à regrouper ces 16 “types” de profils en 4 grands tempéraments partageant certaines similitudes de fonctionnement.

Il est important de préciser avant de continuer cet article, que le mot tempérament, pour Keirsey, n’a pas la même définition que dans le langage commun (ce n’est pas un synonyme de “personnalité”).

L’intérêt de ses travaux était double. Tout d’abord, Keirsey voulait sortir l’individu d’un classement trop “rigide”, d’un profil apparenté comme une case dans laquelle il serait enfermé. En considérant, ces tempéraments, le psychologue a élargi la description du fonctionnement de l’individu, de manière à ce que chacun se retrouve à coup sûr dans ce descriptif. En effet, personne, n’est à 100% un seul et même profil MBTI.

D’autre part, si l’on considère la démarche de réussir à cerner une personnalité d’un point de vue purement pratique, l’apport de David Keirsey aux travaux précédents constitue un réel progrès en terme d’efficacité. En effet, lors d’un premier contact, donc en très peu de temps il sera bien plus simple et fiable d’associer le profil d’un individu à un des 4 tempéraments plutôt que de réussir à déterminer lequel des 16 profils MBTI est le sien. Car certes, la description d’un “type” MBTI est redoutable de précision quand elle est juste, mais il ne faut oublier que réussir à découvrir ce “type” nécessite, dans la majeure partie des cas (et si on est rigoureux) d’être un expert en la matière. Un simple regard, une simple observation sur quelques minutes, sont bien trop sujettes à confusion. Certains des 16 types pouvant vraiment être confondus sur certains aspects.

Sans parler de tous les biais possibles.

Ainsi, en s’intéressant à la façon privilégiée avec laquelle les individus choisissent leurs mots pour exprimer leurs idées, Keirsey a abouti à concevoir 4 “familles” ayant chacune pour points communs :

   – leurs intérêts spécifiques

   – leurs valeurs éthiques

   – l’image qu’ils ont d’eux-mêmes

   – leurs orientations

   – et leurs rôles sociaux

David Keirsey a ainsi conclu à distinguer :

                 ▷ les “Idéalistes” (NF)

                 ▷ les “Artisans” (SP)

                 ▷ les “Gardiens” (SJ)

                 ▷ et les “Rationnels” (NT)

Cette différenciation, permet de donner une description de traits caractéristiques qui forment un ensemble cohérent.

Dans cet article, nous allons nous intéresser à la famille des “Gardiens”, qui regroupe l’ensemble des profils MBTI ayant :

On trouve donc, les personnes se reconnaissant dans le profil ISTJ, ISFJ, ESTJ et ESFJ.

Portrait global des “gardiens du changement”

Leurs caractéristiques

Les “gardiens” (comprendre les gardiens du changement) ont pour principaux traits de personnalité d’être des individus réalistes, dans le concret. Généralement, organisés et responsables ils apprécient particulièrement la stabilité des événements, le maintien de l’ordre établi. Préférant ne pas faire de vagues, leur préoccupation première sera toujours orientée (consciemment ou inconsciemment) vers la conservation des acquis, vers le contrôle du changement. “Les usages passés ayant fait leurs preuves, il n’y a aucune raison d’en changer”, pourrait être leur devise. Ils ont également, un fort sentiment d’appartenance aux groupes auxquels ils font partie.

Ils préfèrent s’engager dans une mission en en connaissant le but final qu’ils doivent poursuivre. Les “gardiens du changement”, sont plus efficaces quand ils savent ce que l’on attend d’eux à l’avance. Dès lors, leur sens des responsabilités et leur loyauté les sur-motiveront pour accomplir la tâche.

Ayant généralement une vision plutôt pessimiste de l’avenir, ils ont tendance à anticiper tous les scénarios possibles et surtout les pires. Ce trait de caractère les rend généralement toujours bien préparés aux aléas de la la vie et c’est très bien, car ils n’aiment pas les surprises.

Dans tous les cas de figure, les individus du tempérament SJ ont un très fort besoin de se sentir utiles (ainsi que de se rendre utiles) ! Ils apprécient particulièrement d’endosser la responsabilité de veiller au bon fonctionnement de la structure dans laquelle ils évoluent. La conséquence logique, est que les “gardiens du changement” ont un niveau d’attentes et d’exigences très élevé vis à vis des autres mais également vis à vis d’eux mêmes.

Points chiffres

Les différentes sources chiffrées relatives aux tempéraments de Keirsey, sont unanimes pour considérer que les SJ représentent aux alentours de 45% à 46% de la population. C’est nettement le tempérament le plus représenté dans la Société.

Ceci est vrai aussi bien chez les hommes que chez les femmes même s’il semblerait que les “gardiens du changement” soient tout de même plus fréquents chez les femmes puisque qu’on estime qu’une sur deux serait SJ.

Quelques SJ célèbres

Il existe 4 “Types MBTI” composant le Tempérament SJ. Voici un échantillon de personnalités pour chacun de ces 4 groupes :

ESFJ (“l’aidant naturel”)

Pape-Francois

Le Pape François

ESTJ (le “superviseur”)

Augusto-Pinochet

Auguto Pinochet

ISFJ (le “protecteur”)

Kate-Middletown

Kate Middletown

ISTJ (le “contrôleur”)

Jeff-Bezos

Jeff Bezzos (fondateur d’Amazon)

Les “gardiens du changement”, dans la vie de tous les jours

Education

Pour apprendre, ils privilégieront toujours un mode séquentiel, étape par étape. Ils ont besoin de décortiquer au maximum les choses pour que le processus soit clair dans leur esprit. C’est également dans le but d’être plus à l’aise qu’ils préfèrent préparer au maximum en amont, plutôt que d’improviser le moment venu. Ce sont généralement de très gros travailleurs et ils se donnent les moyens d’arriver à leurs fins quitte à paraître un peu laborieux.

En tant qu’adolescents, les jeunes SJ essaient de plaire aux adultes par leur sérieux et leur respect des règles. Ceci fera très souvent d’eux des personnes qui s’épanouiront dans un cadre organisé, routinier, structuré qui seront matures et responsables très jeunes. Cette attirance pour “le cadre”, fait que les “gardiens du changement”, dès l’adolescence, apprécieront particulièrement les activités scolaires de groupe qui leur donnent le sentiment d’appartenance dont ils ont tant besoin.

tableau-noir

Famille

Les SJ, aiment établir des règles et des normes au sein de leur famille. Avec leurs enfants, les “gardiens du changement” veillent à assurer un cadre clair et organisé. Pour eux la structure dans laquelle leur famille évolue doit être avant tout, un cadre protecteur. Ils assument parfaitement leur rôle et la mission qui leur incombe de maintenir les règles et transmettre les traditions. Pour eux c’est dans l’ordre des choses. Ils souhaitent avant tout que leurs enfants se comportent correctement en Société, qu’ils aient de bons comportements moraux avec les personnes qu’ils côtoient. Toute leur éducation sera faite selon cette orientation.

Concernant le cursus scolaire, les parents SJ accordant beaucoup d’importance aux diplômes (qui représentent finalement le critère de mesure de la Société), encourageront généralement leur progéniture à aller le plus loin possible et plutôt dans des métiers pratiques et classiques. Pour eux c’est l’assurance de rentrer dans la vie professionnelle mieux armé.

famille

Vie Professionnelle des “gardiens du changement”

Dotés d’un grand sens des responsabilités, dans l’entreprise (comme dans leur quotidien d’ailleurs) ils sont des collaborateurs qui se caractérisent par leur loyauté et leur sens du devoir. Leur devise, pourrait être “si on veut, on peut”, car ils considèrent que tout est question de volonté et que chaque membre du groupe doit assumer sa part de la tâche collective. C’est comme cela que tout fonctionne au mieux à leurs yeux !

Leur chef pourra toujours compter sur leur contribution et leur investissement total à la vie de l’équipe. Cela fait des “gardiens du changement” de très bons “soldats” appliquant les consignes coûte que coûte. En cela on peut considérer que c’est un tempérament très rigoureux et précis qui excelle dans les travaux de suivi des tâches.

Ils sont très à l’aise dans toutes les missions dont les critères de mesures sont clairs, précis et indiscutables. Cela rejoint leur obsession d’une société cadrée où les rôles sont bien définis et où tout le monde sait ce qu’il a à faire.

Cependant leur désir d’être utiles et leur quête d’estime, peuvent les conduire à accepter un tas de missions supplémentaires et à se surcharger au point de “se mettre dans le rouge”. D’autre part, si un chef souhaite dépasser leur résistance au changement, il est nécessaire de bien leur expliquer le pourquoi de ces évolutions et surtout les avantages concrets qu’ils en tireront sans quoi les SJ ne seront pas motivés.

La meilleure façon de manager une personne de ce tempérament est de bien garder à l’esprit leur fort besoin de reconnaissance. Les féliciter pour le travail accompli et savoir reconnaître les valeurs auxquelles ils sont très attachées, telle la loyauté, la morale ou le dévouement à l’équipe, sera pour un chef la solution parfaite pour exploiter leur plein potentiel. De même, il sera très important de respecter les engagements pris avec eux pour gagner leur confiance.

Enfin, on peut s’accorder à considérer qu’ils sont des administrateurs précis et rigoureux qui ont un certain talent pour établir des procédures.

possibilités

Les “gardiens” et le leadership

En position de chef, les SJ ont un style plutôt directif. Etant eux-mêmes peu à l’aise avec le changement de dernière minute ou avec l’improvisation, ils cherchent à faire appliquer leurs plans initiaux à la lettre… Sans parfois voir les améliorations potentielles. Mais la qualité qui distingue particulièrement les “gardiens du changement” dans leur mode de leadership est leur faculté à maintenir et stabiliser le cadre de l’équipe. Ils ont un talent, lié à leur besoin naturel, pour consolider la structure de laquelle ils sont en charge. Ils excellent (parfois de manière excessive) dans la planification et l’organisation de la vie du groupe.

Très à cheval sur le respect des valeurs morales, les chefs appartenant au tempérament des SJ aiment que les membres de leur équipe manifestent leurs regrets s’ils ont mal agi. Le simple fait de dire “je suis désolé” pour cette action, les rassure quant au fait que l’erreur était involontaire, exceptionnelle, ce qui sous-entend que la structure établie n’est pas menacée dans le temps.

leader

Exercice de l’autorité

Ayant un sens élevé du maintien de l’ordre, il est assez logique de dire que les “gardiens des traditions” attachent beaucoup d’importance, au respect de la hiérarchie. Pour eux, pour que tout fonctionne il faut que chacun soit à sa place et tienne son rôle. En ce ce sens, ils attendent généralement de leurs équipes que chaque membre soit fiable vis à vis des engagements pris. Enfin, ils sont fermes et demeurent impartiaux.

autorité

Secteurs d’activité dans lesquels on retrouve “les gardiens du changement”

Les SJ se retrouvent souvent dans le milieu bancaire, dans les assurances, ou dans l’administration pour leur goût de l’ordre et des procédures. Mais, du fait de leur sens du dévouement et leur de leur altruisme, on en retrouve également beaucoup dans les métiers liés à l’enseignement ou au milieu médical.

travail

Relation à l’argent

Comme il est facile de l’imaginer, n’aimant pas le risque et de caractère plutôt pessimistes, les SJ sont de bons gestionnaires, plutôt économes. Ils seront donc peu enclin à faire des investissements hasardeux et conserveront systématiquement un matelas de sécurité “pour le cas où”.

argent

Relation au temps

Les “gardiens du changement” sont très organisés et ponctuels. Ils avancent pas à pas, étape par étape et pour cela aiment s’aider de liste de choses à faire, qu’ils cochent au fur et à mesure de leur réalisation.

relation-temps

Points forts et pistes d’amélioration des “gardiens du changement”

Points forts

Parmi les qualités naturelles que l’on retrouve chez les individus du tempérament SJ, on peut citer le fait que ce sont des personnes travailleuses et volontaires, qui ne lésineront pas à l’effort pour obtenir ce qu’elles souhaitent. Outre cette forte capacité de travail, ce sont des personnes sur lesquelles on peut compter, à qui on peut faire confiance notamment du fait de leur fonctionnement prévoyant, organisé, consciencieux, et du fait de l’importance qu’ils accordent à la parole donnée.

Mais les “gardiens des traditions”, sont également des êtres concrets, pratiques, responsables et réalistes ce qui fait d’eux d’excellents “soldats”, pour n’importe quel chef.

D’un naturel prudent, ils sont généralement humbles et se poseront naturellement comme protecteurs des plus faibles.

protection

Points de vigilance pour les “gardiens du changement”

Les “gardiens du changement” peuvent être très critiques, voire cassants avec les personnes qui les entourent, s’ils n’y prennent pas garde. Même si cela est rarement volontaire, cela peut faire beaucoup de dégâts du fait du décalage entre le fond et la forme de leur message.

D’autre part, leur aversion pour l’évolution peut les faire refuser toute proposition d’amélioration de la structure existante, et même les rendre rigides au progrès avec un esprit fermé. Tout ceci est en grande partie lié à leur recherche permanente de sécurité qu’ils associent immanquablement au respect des coutumes et des règles établies. Une autre des conséquences indirectes de leur volonté de maintenir l’ordre existant, est qu’ils sont empreints d’une grande anxiété. Le monde dans lequel ils évoluent étant en permanente évolution, ils sont sur leurs gardes, face à ce qu’ils peuvent percevoir comme une déstabilisation de leurs repères.

De manière générale, les SJ peuvent dégager un certain pessimisme malgré leur très grand pragmatisme face aux réalités des choses qui les entourent. Ils ont tellement de mal à se projeter que pour eux, plus tard ne peut être que moins bien. Cette vision négative de l’avenir, couplée avec leur implication totale dans tout ce qu’ils entreprennent peut faire qu’ils se sentent accablés par leurs responsabilités. A leurs yeux les gens insouciants, sont des irresponsables qui ne savent pas ce qui les attend !

En situation de stress, les “gardiens du changement” peuvent être absorbés par leur vision pessimiste des événements au point de ne pas être capables d’entrevoir des solutions. Dans ces situations, ils ont une fâcheuse tendance à avoir le nez dans le guidon et à ne pas être capables de prendre de la hauteur.

échelle

Pistes de développement

Afin de réussir à mieux se projeter et à prendre en considération toutes les possibilités d’un choix, les “gardiens des traditions” devront travailler leur relation au temps. Ne pas se précipiter pour prendre leurs décisions et savoir temporiser.

Toujours dans l’optique d’améliorer leur relation au temps, il sera intéressant pour eux de chercher à profiter de l’instant présent simplement, sans chercher en permanence à optimiser la situation. La quête permanente du côté pratique et fonctionnel des choses est contradictoire avec le fait de vivre les expériences pleinement. En prendre conscience sera un excellent début vers un futur développement.

Reconnus pour leur sens pratique, les “gardiens du changement” peuvent travailler leur ouverture d’esprit en considérant d’autres possibilités. Dans un groupe, cela se traduirait par l’écoute de l’avis des autres et surtout la considération que ces opinions puissent être des sources d’amélioration. Accepter que d’autres solutions puissent être envisagées. Les SJ peuvent gagner en souplesse et essayer de progressivement quitter leur rigidité à l’égard du fonctionnement qu’ils ont toujours connu et adopté.

Pour travailler cette évolution, les individus de ce tempérament, pourront par exemple s’essayer à de nouvelles activités auxquelles ils n’avaient jamais pensé par le passé telles qu’aller dans des musées, lire des livres de science fiction ou s’intéresser à des concepts philosophiques par exemple. Ils peuvent également varier leurs loisirs en participant à la vie de nouveaux groupes… Bref, ils devront sortir de leur routine !

philosophe

Quand ils sont sous pression les SJ doivent se forcer à prendre du recul et de la hauteur. Leur naturel les poussant à rester dans des schémas connus, ils doivent être capables de comprendre que d’autres possibilités inexplorées existent. Ainsi, alors que leur nature les pousse naturellement à se poser les questions “quoi ?”, “quand ?”, “où ?”, ils doivent s’ouvrir à des questions plus ouvertes orientées vers “Comment ?” ou “Pourquoi ?”.

Cette prise de hauteur associée à une prise de recul sur le sens de leur vie, peuvent leur ouvrir une nouvelle vision de leur existence moins centrée sur des aspects pratiques et plus orientée sur de l’amusement et des plaisirs. Ils ne doivent pas être obnubilés par le fait de vouloir tout réussir du premier coup et doivent accepter de faire des erreurs, pour enfin prendre quelques risques…

Enfin, apprendre à dire “non” à des demandes, apprendre à se réfréner dans leur désir permanent de se rendre indispensable, peut être une formidable avancée pour la vie des des SJ. Pour cela les “gardiens du changement” doivent apprendre quelque chose de contre nature chez eux : apprendre à faire confiance et à déléguer le travail. Cette démarche, appliquée au quotidien peut éviter qu’ils ne s’épuisent et se tuent à la tâche dans le but d’obtenir des preuves de reconnaissance.

déléguer

Conclusion

Comme nous venons de le voir, le tempérament “Gardien” est très peu à l’aise avec le changement et la prise de risques qui demeurent ses 2 principaux axes de progrès. Cependant, dans un groupe il sera le garant du maintient de l’ordre et du bon fonctionnement de l’organisation. Ils garantissent la stabilité. Le fait que les SJ soient sur-représentés dans la population a comme conséquence majeure le fait que la Société est structurée pour eux et par eux. Ainsi, ils influencent logiquement les institutions sociales ou l’organisation globale des entreprises.

Vous pensez vous être reconnu dans ce tempérament ? Sachez que vous pouvez encore approfondir votre connaissance de vous. Pour cela, je ne peux que vous inviter à faire le test que je propose sur le blog. Abonnez-vous je vous enverrai le tout par mail ce qui vous aidera à découvrir lequel des 4 “types de gardiens” vous correspond le mieux… Alors ? Vous êtes plutôt comme le Pape François  ou comme Jeff Bezos le fondateur d’Amazon ? 😉

* Sources “Deviens ce que tu es”, de Pierre Cauvin et Geneviève Cailloux

Livre “Les types de personnalité MBTI et CCTI” de Pierre Cauvin et Geneviève Cailloux

Site http://www.16-types.fr/

Site http://www.16-types.fr/modele/modele-MBTI-7-temperaments.html

Site https://www.slideshare.net/TimCatchim/keirsey-temperament-sorter-10159650

https://keirsey.com/temperament/guardian-overview/

Site http://www.lifecoachyost.com/2009/09/what-is-temperament.html

Vidéo Youtube https://www.youtube.com/watch?v=4BBm_OBEIr8&t=32s

Vidéo Youtube https://slideplayer.fr/slide/3375773/

Partager

10 réflexions au sujet de “▷ Le Tempérament SJ : le Tempérament dit “Gardien du changement””

  1. Les gardiens du changement ! Heureusement qu’ils sont là, parce que sinon le monde serait un joyeux bazars ! Mais heureusement qu’ils ne sont pas plus de la moitié, parce que sinon le monde serait terriblement morne… 😀
    D’ailleurs, Nico, est ce que tu sais si le pourcentage des 4 grand profils MBTI varient ou peuvent varier selon les époques?

    Répondre
    • AHAH !! Effectivemenent Pierre Favre, tes remarques sont très justes. Le cadre c’est bien mais s’il n’y avait que des SJ on s’ennuierait 😊. Il faut de tout pour faire un monde et le MBTI en est la meilleure preuve. Pour répondre à ta seconde question, dans le temps je ne pourrais le certifier mais je pense que oui, les répartitions ont du évoluer. Ce qui est certain c’est que d’un point de vue géographique : il y a des types pour chaque pays (plus ou moins marqué). Mais cela s’explique par des raisons historiques. Les pionniers qui débarquèrent en Amérique pour y faire fortune avaient naturellement besoin d’avoir un tempérament d’aventurier (donc pas SJ 😊). Je pense que les Etats-Unis sont composés en grande partie de SP (les artisans de projets). Les SJ correspondent plus à la Société du Japon… Très respectueuse du cadre. Merci pour ton commentaire en tous cas !

      Répondre
    • Ahah !! C’est vrai que cela peut surprendre Valentine 😊😊 A défaut d’avoir le même profil, ils appartiennent bien au même tempérament 😊. Merci pour ton commentaire

      Répondre
  2. Quel travail documenté ! Merci pour cet article très intéressant qui nous donne une vision très approfondie sur les caractéristiques des “gardiens du changement” et nous aide à mieux comprendre les 4 grands types de tempérament humain.

    Répondre
  3. Article hyper intéressant. C’est sympa de creuser un peu dans les profondeurs de notre propre personnalité car nous ne prenons jamais suffisamment de recul sur nous mêmes, ni de temps pour chercher à comprendre nos propres fonctionnements.
    Je me suis reconnu un peu dans chacune de ces personnalités.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.