➤ Comment Être une Personne Bienveillante ?

Introduction

Êtes vous une belle personne ?

Drôle de question, qui peut faire sourire, froncer les sourcils, interloquer voire déranger… Et pourtant elle vaut la peine d’être posée et elle vaut la peine que l’on s’interroge.

Être une belle personne, c’est bien entendu bien plus qu’avoir une belle apparence physique, cela touche l’être voire l’âme de l’homme ou la femme que l’on est.

Tout le monde aspire à être reconnu pour ses valeurs, ses qualités, pour son comportement en tant que citoyen, c’est certain. Mais être une belle personne n’est pas quelque chose d’inné, on ne l’est pas aussi facilement…

On ne vient pas au monde en étant un être d’amour ou un être parfait, on le devient !

Partant de ce principe, il est intéressant de se poser la question du chemin à emprunter pour s’élever au rang de « belle personne » aux yeux du reste monde.

L’Abbé Pierre, Mère Teresa, pour certains, Obama ou Simone Veil pour d’autres, une belle âme est porteuse de nombreuses valeurs et qualités qui s’étendent bien au-delà de la « simple gentillesse ».

Au travers de cet article nous allons essayer de voir ce que la Société met derrière l’expression « belle personne », et surtout nous allons voir que nous pouvons tous aspirer à le devenir, quels que soient notre profil psychologique et notre personnalité.

symbole d'un être pur et gentil

(Image par Stefan Keller de Pixabay)

Que veut dire être une belle personne ?

Définition

Comme je l’ai présenté au début de cet article, une belle personne est bien plus qu’une personne gentille au grand cœur qui aime son prochain.

Cela ne suffit pas de se comporter comme un saint (ou une sainte) dans la vie de tous les jours.

Une belle personne est authentique, vraie, elle porte des valeurs. Plus que cela, elle met quotidiennement ses actes en accord avec ses principes. En ce sens, elle ne triche pas.

Avec l’émergence des réseaux sociaux, trop de personnes se mettent en scène, et surjouent leur personnage… Ou plutôt elles sur-jouent le personnage qu’elles souhaiteraient être aux yeux de l’autre.

Or, une belle âme c’est avant tout un individu honnête. Honnête avec les autres dans la vie de tous les jours et honnête avec lui-même.

Pour être vrai, le mieux est encore de laisser parler sa nature profonde. Plus un individu est aligné avec ses valeurs, plus sincère il apparaîtra.

Car on touche là un point crucial, celui de la fiabilité c’est à dire de la confiance (en tant que valeur morale).

De la confiance qu’elle inspire aux autres mais aussi de l’amour qu’elle se porte, de la confiance en elle, celle qu’elle dégage.

Ces deux résultantes sont directement liées à la capacité de s’intéresser aux autres.

Une belle personne est rarement autocentrée sur elle-même !

Elle est ouverte aux opinions des autres, accepte la critique et est toujours prête à apprendre de nouvelles choses.

L’idée globale est celle d’une personne humble ET inspirante à la fois.

C’est aussi pour cela que dans mon esprit, une belle personne est avant tout un modèle. Elle apparaît comme un référent et inspire celles et ceux qui la côtoient.

En ce sens, elle joue le même rôle qu’un mentor : elle inspire la vie des autres, elle motive et on l’admire !

Être une personne inspirante c’est donner le meilleur de soi au monde

Amélie Poulain, vous connaissez ?

Ce personnage de film symbolise exactement ce qu’est à mes yeux une belle personne. Amélie est une jeune femme qui aime les gens qu’elle côtoie. Elle met sa vie et son talent au profit des autres, brille par son dévouement et ne juge pas (ou essaie de ne pas juger) son prochain.

En résumé elle concentre toutes les qualités énoncées précédemment :

  • générosité,
  • humilité,
  • inspiration,
  • respect
  • et bienveillance.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Une bonté et un altruisme se dégagent de ce personnage et l’on ne peut que l’apprécier.

La principale qualité qui ressort de ce personnage est sa capacité à se mettre en quatre pour le bien des autres. Elle a ce mérite de faire passer ses intérêts après ceux des personnes qu’elle fréquente. On associe aisément les valeurs de gratitude, de bienveillance et de sacerdoce à ce genre de personnes.

Mais qui dit sacerdoce, dit dévouement total et donc renvoie à une démarche, une attitude volontaire, car la nature humaine ne pousse pas instinctivement l’individu à aider son prochain dans la vie.

On en déduit qu’avoir une belle personnalité, est une attitude méritante et cela demande du travail et de l’effort.

Accepter que l’on puisse ne pas plaire à tout le monde dans la vie

Il est important de nuancer cependant cette image angélique. Être une belle personne ne signifie pas aimer toute l’humanité et être forcément apprécié(e) en retour.

Au contraire même, si on part du principe qu’un des fondements des « belles âmes », est d’être authentique, il est crucial de comprendre et d’accepter que personne ne peut plaire à tout le monde !

Partant de ce principe, autant être naturel et ne pas forcer sa personnalité pour jouer un rôle qui ne serait pas le sien. Si on perd l’authenticité, on s’affranchit de la relation saine et pure avec autrui.

Autre caractéristique clé, la gratuité de ses actes. La capacité d’adaptation certes est une force dans le sens ou une « belle personne » est capable de prendre sur elle et de faire l’effort de s’adapter.

Mais elle doit être capable de donner à son prochain en acceptant que cela ne soit pas réciproque, voire même de se faire à l’idée que sa démarche désintéressée (voire son amour) ne soit pas appréciée à sa juste valeur.

Elle n’attend rien en retour de ce qu’elle donne et apporte aux autres. Cette démarche altruiste est selon moi particulièrement difficile à adopter quel que soit son profil psychologique.

Par exemple, parmi les 4 profils composants le tempérament des « gardiens des traditions », les « SJ », le sens du sacrifice pour le groupe est une valeur fondatrice de leurs personnalités. Cependant, le besoin de reconnaissance est en quelque sorte le prix attendu à leur générosité.

Les 4 profils idéalistes, se rapprocheraient peut-être plus du portrait type de la « belle personne » dans le sens ou leur tendance naturelle à faire confiance n’a d’égal que leur bienveillance et leur authenticité.

Ce sont des profils psychologiques qui ont tendance à vivre dans un monde idéalisé à leurs yeux, où tout le monde est forcément gentil et bon.

La réalité les rattrape souvent et ce sont peut-être eux qui ont le plus de mal à exister dans notre Société moderne.

Attention à ne pas être trop fragile

Tout le monde peut-il être une belle personne ?

Dans ce chapitre, nous allons nous intéresser plus en détails à la dimension psychologique de ce que l’on a coutume d’appeler une belle personne.

Dictateur ou « belle âme » à nous de choisir (profil psychologique)

Si les profils « idéalistes » s’apparentent parfaitement à première vue au portrait robot d’une Amélie Poulain, il faut cependant rester prudent.

En effet, un des principes fondateurs du MBTI est de ne jamais considérer l’appartenance à tel ou tel profil comme une bénédiction ou au contraire une malédiction dans la vie.

Cela n’est qu’un indice quant à vos prédispositions et vos préférences de fonctionnement naturel.

Votre profil psychologique MBTI, votre « type », ne décrit que vos préférences cognitives. Cela induit certes que vous soyez à l’aise dans certains domaines et dans l’inconfort dans d’autres situations, mais cela ne dépeint en rien votre comportement du quotidien.

Chacun des 16 profils identifiés par le modèle (vous pouvez découvrir le vôtre ici) a le pouvoir de décider de son destin ! C’est très important de garder cela à l’esprit.

La meilleure preuve en est tout simplement que l’on retrouve des dictateurs ou personnes peu recommandables pour chacun des 16 profils !

Sans rentrer dans le détail des 16 personnalités, il est possible de citer une personnalité pour chaque tempérament :

  • Pour les « Rationnels » : Mahmoud Ahmadinejad (ENTP), Joseph Staline (ENTJ)
  • Pour les « Gardiens des traditions » : Joachim Ribbentrop (ESFJ), Saddam Hussein (ESTJ), Kim Jong-Il (ISFJ)
  • Pour les « Artisans de projets » : Benito Mussolini (ESFP), Rudolf Hess (ISFP), Erwin Rommel (ISTP)
  • Pour les « Idéalistes » : Joseph Goebbels (ENFJ), Mouammar Kadhafi (ENFP), Adolf Hitler (INFJ)

Ce constat prouve bien que quiconque a le pouvoir en lui d’être un ange ou un démon, d’être une personne estimable et charmante comme un être peu recommandable et sans amour pour son prochain.

Notre personnalité dépend de notre propre volonté de nos choix

(Image par Enrique Meseguer de Pixabay)

En deux mots, la beauté de l’être est une attitude choisie et non subie à condition de travailler dessus !

Travailler ses faiblesses et s’intéresser aux autres pour devenir une source d’inspiration

Après avoir induit la notion de responsabilité que chacun a dans la construction de sa propre personnalité et l’importance d’être honnête envers soi-même si l’on désire vivre une existence épanouie, nous allons aborder la relation aux autres.

D’un point de vue psychologique, tous les profils ne sont pas égaux quant à leur aisance naturelle dans les rapports humains et dans les contacts qu’ils entretiennent avec autrui.

Certaines personnalités sont naturellement dans leur élément dès lors qu’il s’agit d’interagir et d’échanger.

Les 4 profils psychologiques utilisant la fonction de « Sentiment Extraverti » pour prendre leurs décisions ont en elles cette facilité instinctive.

Le modèle MBTI définit cette fonction comme étant la recherche systématique d’une forme d’harmonie entre les autres personnes. Les individus s’appuyant sur ce ressort essaient prioritairement de satisfaire les autres.

Les 4 profils y faisant appel sont :

  • l’ESFJ,
  • l’ENFJ,
  • l’ISFP
  • et l’INFP.

Pour savoir si vous en faites partie, vous pouvez faire le test ici.

Néanmoins, il est tout à fait possible d’être une belle âme sans forcément être démonstratif !

On en revient forcément à la définition initiale…

Pour certaines personnes il est plus question d’humilité et de modestie, pour distinguer les belles âmes.

Dans son ouvrage best seller, « Comment se faire des amis? », Dale Carnegie insiste sur le fait que pour tisser des relations saines il est nécessaire de s’appuyer sur la sincérité et l’honnêteté. Ce n’est qu’en étant vraie, qu’une personne peut donner le meilleur d’elle-même.

image de livres, d'inspiration

Là aussi il est donc possible de trouver des éléments de réponse à notre question.

Néanmoins, puisque nous affirmons que quiconque peut devenir une belle personne, il est nécessaire de rappeler que cela est conditionné au travail de certaines de ses fonctions cognitives.

Si l’on désire compléter l’éventail des fonctions psychologiques que l’on utilise de manière naturelle, il est intéressant de regarder en direction de sa « fonction tertiaire » et de sa « fonction inférieure ».

Ces deux fonctions sont les moins bien maîtrisées par chaque individu.

Les 16 profils psychologiques, donc vous, ont d’autres cordes à leur arc que leur fonctionnement instinctif et naturel. Mais cela demande du travail si l’on souhaite savoir s’en servir avec aisance.

  • Marie Curie (par exemple), comme tous les INTP, avait en fonction tertiaire la fonction Sensation introvertie et en fonction inférieure, le Sentiment extraverti.

Photo Marie Curie scientifique

        Sans même la connaître, il est possible d’affirmer qu’elle n’était pas à l’aise pour exprimer ses              sentiments et gérer ses émotions.

  • Maryline Monroe, en tant qu’ESFP, avait pour fonction inférieure l’Intuition introvertie ce qui la rendait peu à l’aise pour imaginer ce qui “pourrait être”, sur les possibilités qui pourraient s’offrir à elle…

Photo de Marilyn Monroe

Bref chaque individu en travaillant sur ses zones d’inconfort peut entrevoir des pistes de progrès et devenir une meilleure personne.

Que serait un monde parfait ?

Dans ce dernier chapitre, nous allons essayer de nous projeter dans un monde imaginaire. Dans ce monde, chaque être apporterait le meilleur de lui-même, le meilleur de ce qu’il peut offrir aux autres.

Nous allons aborder la question sous l’angle de la psychologie de manière générale et du MBTI en particulier.

Pour l’exercice nous resterons dans des généralités et des grandes tendances presque caricaturales même si chaque individu est bien plus complexe qu’une somme de traits de personnalité caricaturaux.

Les « Gardiens des traditions » pour veiller aux cadres de la vie

Ce que les individus de ce groupe peuvent apporter à la Société est tout simplement un cadre.

Résolument organisés et structurés, leur présence dans un groupe assure le bon fonctionnement, que chaque personne respecte sa mission.

Ce sont eux qui servent en quelque sorte de garde fou, et qui garantissent par leur sens du concret, une certaine forme de stabilité.

Sur le plan de la morale, ils veillent à ce que loyauté et respect des règles soient au cœur des relations interpersonnelles.

Au meilleur d’eux-mêmes ils garantissent les rouages et le bon fonctionnement de toutes les administrations, de toutes les institutions grâce à leur sens pratique très très développé.

photo d'un encadré avec une bordure

Les « Rationnels » pour lancer la réalisation du projet

Avec des citoyens de ce tempérament aux bonnes places, la Société est idéalement dotée d’êtres taillés pour les missions de progrès scientifiques.

Obnubilés par la recherche de nouveaux modèles de développement, ils se distinguent par leur grande objectivité.

Avec eux aux bons postes, on est sûr que la Société fonctionne de manière optimale. Grâce à leur excellence dans tout ce qui touche à la planification et grâce à leur vision sur les évolutions futures, ils permettent d’anticiper les changements à venir.

image du cerveau et de toutes ses possibilités

(Image par Gerd Altmann de Pixabay)

Les « Artisans de projets » pour créer le projet de Société

Les personnes de ce tempérament peuvent énormément apporter au groupe sur le plan du progrès.

En effet, elles se distinguent, par leur ouverture d’esprit et leur tempérament d’entrepreneur. Leur tendance à vouloir vivre en dehors des lois, en toute liberté et sans contrainte est leur principale force.

Grâce à cela et à leur sens du concret, elles entreprennent en permanence de nouvelles idées. Ce sont les composantes idéales pour entraîner le groupe, derrière elles dans de grands projets de Société.

On peut considérer qu’elles sont des locomotives qui tirent le reste du train. Leur énergie débordante fait que l’on a forcément envie de les suivre dans leurs projets.

image d'un constructeur initiateur de projets, de chantiers

Image par Michal Jarmoluk de Pixabay 

Les « Idéalistes » pour maintenir un équilibre général

Enfin, les “idéalistes” (à leur meilleur) peuvent eux aussi être de belles personnes et apporter énormément à la Société.

A la différence des autres groupes, les individus ayant ces caractéristiques apportent le liant humain et les valeurs d’entraide à la collectivité.

Outre cette contribution, ils font bénéficier la communauté de leur sensibilité artistique et de leur sens de l’esthétique.

Comme les « artisans de projets », ils font profiter de leur vision à long terme, mais pour leur part, sur un plan conceptuel, abstrait voire spirituel.

Ils sont en quelque sorte les gardiens de l’harmonie du groupe, et contribuent en apaisant les tensions.

Image du bonheur et de la naiveté

Conclusion

Nous venons de le voir « être une belle personne » est une expression qui revêt de nombreuses caractéristiques : charisme, sincérité, discrétion… et bien d’autres valeurs morales.

Mais c’est aussi par leur attitude de courage, confiance, audace que l’on reconnaît ces modèles inspirants.

Tant sur le plan moral que sur le plan des actes, c’est avant tout le regard de l’autre qui fait de nous une « belle âme ».

Quoi qu’il en soit, il faut retenir que nous avons tous la possibilité de le devenir mais que cela demande du travail sur soi.

Cela n’est pas une chance mais bien un mérite et c’est plutôt encourageant.

Finalement, on peut affirmer que l’on ne naît pas belle personne… On le devient !

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux 😉😉

 
Partager
Les lecteurs de cet article ont également aimé :  ➤ 4 raisons de changer d’état d’esprit dans votre vie

49 réflexions au sujet de “➤ Comment Être une Personne Bienveillante ?”

  1. très bel article sur cette question existentielle: qu’est-ce une bonne personne ? On aspire tous à être bon mais c’est vrai que nous avons tous des défauts, c’est un travail à faire, être plus à l’écoute des autres sans doute car on ne peut être écouté que si on écoute les autres.

     
    Répondre
    • Je suis bien d’accord Lara… Être une belle personne n’est pas aisée, cela demande du travail. Mais on peut être fier(e) de l’être et on a toujours un chemin de croissance 🙂. Merci pour ton partage !

       
      Répondre
  2. Merci Nicolas !
    C’est selon moi un objectif à atteindre pour être bien avec soi et dans la relation aux autres.
    Me permets-tu cet ajout : « la belle personne prend soin d’elle et de son équilibre physique/psychique. » notre beauté intérieure s’exprime naturellement lorsque l’on se sent bien. Beaucoup plus laborieux lorsque nous ne sommes pas en joie.

     
    Répondre
    • Merci pour le partage Ludivine ! Effectivement une personne bien dans sa peau, sereine et confiante resplendit … au contraire de celle qui se néglige 🙂. Merci pour ce partage !

       
      Répondre
    • Il me semble que la théorie que c’est la Société qui pervertit l’Homme était le fondement de Rousseau au siècle des Lumières… Donc le sujet mériterait certainement un approfondissement 🙂 Merci pour ce partage Katja et Thierry !

       
      Répondre
    • Effectivement ! La loi d’attraction peut se mêler à nos vie aussi et attirer aux belles âmes encore plus de positif. C’est le pouvoir de la gratitude 🙂. Merci pour ce retour Oum !

       
      Répondre
  3. Pour moi être une belle personne c’est aussi être bienveillant, à l’écoute, et donner la possibilité à l’ordre de s’ouvrir, de s’exprimer sur ses ressentis.
    Encore une fois bon article et bonne analyse Nicolas

     
    Répondre
  4. Sujet et débat intéressant s’il en est !
    Je crois que pour moi, l’altruisme et l’honnêteté (voire l’intégrité) sont les caractéristiques essentielles d’une belle personne. Le charisme, je ne pense pas. Bien sûr, cela nous donne de “belles personnes médiatiques”, mais il en existe tellement d’anonymes !
    Le caractère désintéressé de leurs actes est une question intéressante également. Est-il possible d’être “tout à fait désintéressé” ? Je ne sais pas… Comme tu l’indiques, on peut le faire en espérant une reconnaissance. Est-ce si mal que ça et est-il vraiment possible d’y échapper ? 🤔 Vous avez 4h ! 😂

     
    Répondre
  5. Article très complet qui donne matière à réfléchir… C’est un cheminement du quotidien. Cela fait écho à une citation dont j’ai perdu l’auteur. “C’est une chose de croire que l’on est sur le bon chemin, c’en est une autre de croire que c’est le seul” 🙂
    Bonne journée !

     
    Répondre
    • Je me suis bcp tourné vers la culture japonaise pour laquelle personnellement j’ai bcp d’intérêt, car je m’y retrouve. Elle est clairement du tempérament des Gardiens des tradition “SJ”. Merci pour votre commentaire 😊

       
      Répondre
  6. Bravo Nico encore un belle article. cela fait reflechir sur ce que c’est etre une belle personne. En suis je une? en tout cas dans le monde parfait je serai le rationnel sans hesitation.. Tres bonne reflection pour commencer 2021

     
    Répondre
  7. Merci pour cet article, mais je suis surpris d’une de tes phrases de conclusion : “C’est avant tout le regard de l’autre qui fait de nous une belle âme”. Ne peut-on pas être une belle âme et être incompris par nos cercles de contacts ? (peut-être parce qu’eux-même n’ont pas la tête à cela…).

     
    Répondre
    • J’ai eu la même réflexion. Mais en relisant, ce que je comprends c’est que le regard de l’autre reflète nos actes et notre morale. En d’autres termes, on peut aspirer à être une bonne personne, mais faire le constat par soi-même qu’on est une belle âme est peut-être moins évident si on ne voit pas l’effet sur les autres.

       
      Répondre
    • Effectivement je vois ce que tu veux dire Charles. En fait, ce que je voulais exprimer c’est que nous ne nous évaluons personnellement (nous nous considérons) à travers les yeux de l’autre (à juste titre ou non). Merci pour ton partage 😊

       
      Répondre
  8. Merci pour cet article très complet ! Heureusement qu’on peut évoluer pour tendre à devenir une « belle personne » ! Quand je regarde en arrière, j’étais très à cheval sur la réciprocité, la politesse (attendre un merci quand je donne quelque chose). Bien sûr cela m’arrive encore mais au global je suis juste heureuse quand je peux apporter quelque chose et je me détache de l’attente d’un retour le plus possible. De tout façon la loi de cause à effet fait que plus on donne, plus on reçoit et surtout plus on donne, plus on contribue au monde et ça nous rend heureux !

     
    Répondre
    • Effectivement cette “loi universelle” se vérifie et je rajouterais même que le don de soi nous remplit de satisfaction et de bien-être 😊. Merci Claire pour ce partage !

       
      Répondre
  9. J’essaie au maximum d’être une belle personne et de faire des mes filles des belles personnes également même si ce n’est pas toujours simple et facile. On s’appuie souvent sur cette phrase “ne fais pas aux autres ce que tu ne voudraient pas qu’ils te fassent” et je me dis souvent que si tout le monde avait cette phrase en tête, on éviterait pas mal de mauvaises attitudes… Et j’aime bien l’idée du karma aussi même si je ne suis pas croyante, me dire que de bonnes choses m’arriveront si moi-même je distille le bien autour de moi, ça me booste 😀 !

     
    Répondre
  10. Je dis OUI au fait qu’être une belle personne, c’est être vrai, authentique, honnête envers soi-même et les autres.

    Bien loin d’être parfaits, être ou devenir une belle personne demande une phase d’expérimentation de la vie… c’est comme devenir un homme ou une femme, cela prend du temps.

    Merci pour cet article.

     
    Répondre
  11. Rencontrer une “belle personne” c’est un moment magique, plein de sérénité, qui redonne confiance en soi et foi en l’humanité. On ressent tout de suite une “bonne énergie”, c’est très motivant et inspirant. Merci pour cet article qui nous donne des clés concrètes selon les profils, sans mettre dans les cases pour autant. C’est très intéressant 🙂

     
    Répondre
  12. Super inspirant dans un monde où de plus en plus de personnes ne pensent qu’à elles-mêmes ! J’ai toujours mis un point d’honneur dans ma vie à rester honnête et moi-même. Mais dans certaines situations, il m’a déjà été utile de “m’adapter” pour pouvoir me sortir de situations délicates, ou pour décrocher un contrat… J’ai donc l’impression que l’ange et le démon se passent les rennes 😀
    Je vais de ce pas découvrir de quelle type de personnalité je fais partie. Merci 🙂

     
    Répondre
  13. Merci pour ce bel article (encore une fois!) tes contenus me poussent toujours à réfléchir. Aujourd’hui, ce que je retiens, c’est d’accepter que l’on puisse ne pas plaire à tout le monde. Et donc d’essayer d’être un vraie belle personne selon mes propres critères. Se connaitre, se comprendre et s’aimer soi-même, tout commence par là, non?

     
    Répondre
  14. Merci Nico pour ce très bel article sur la bienveillance, qui permet d’espérer devenir une belle personne, ou en tous cas s’améliorer pour le devenir. Avoir confiance en soi est l’une des clés en effet, les personnes que je trouve les plus inspirantes sont celles qui font preuve d’une confiance inébranlables dans ce qu’elles pensent, et ce qu’elles font. Je découvre par la même occasion ton blog qui est très riche en contenu, je vais m’y attarder un peu, à bientôt !

     
    Répondre
  15. Une nouvelle fois bravo pour ce très bel article, Nico. Limpide, argumenté et bien écrit.
    Quel bel idéal que celui de vouloir être une belle personne. Je ne sais pas si les critères qui définissent ce concept sont vraiment universels, ceci dit, c’est peut-être aussi en partie tributaire des valeurs de chacun… Toujours est-il que je suis d’accord avec toi, le fait d’être soi-même, d’être fidèle à qui on est, ça joue pour beaucoup dans le bien-être et donc la perception positive qu’on a de soi, et qu’ont les autres de nous.
    Il y a une question que je me pose souvent. Je me permets de te la soumettre, tu as peut-être un avis dessus : comment concilier le fait d’accepter, et d’assumer qui on est pleinement, d’être soi-même sans honte ou culpabilité, et le fait de chercher à progresser et donc de modifier certains aspects de sa personnalité ? Sur quels critères se baser pour séparer ce qui est à garder de ce qui est à améliorer ? (Promis, ce n’est pas une question piège 😉 Merci et encore bravo pour ton article et ton blog !

     
    Répondre
    • Merci pour cette réflexion Virgo ! Je crois que le renard conseille au petit prince dans l’œuvre de St Exupéry d’écouter son coeur… Personnellement ce serait ma réponse également 😊

       
      Répondre
  16. Merci beaucoup pour ce point sur cette notion-valise que représente la bienveillance. Utilisée à “toutes les sauces”, elle devient le nouveau “leitmotiv” (que l’on soit dans le domaine de l’accompagnement psycho-thérapeutique, éducatif ou entrepreneurial!). Pour abonder dans le sens de votre article, j’ajouterai qu’une belle personne “bien – veillante” est une personne qui veille d’abord sur elle-même avec compassion et amour. Je m’inspire d’un livre fascinant qui a révolutionné mon rapport à moi-même et, par ricochet, aux autres : L’acceptation radicale, de Tara Brach, qui redéfinit la bienveillance dans le rapport à soi-même, d’abord, et ensuite aux autres.

     
    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.