➤ Comment Cesser d’Être Mélancolique en 3 étapes ?

Il vous arrive régulièrement de sombrer dans une forme incompréhensible de morosité, d’être désenchanté, cafardeux

Sans raison apparente (cette notion est importante) vous vous trouvez envahi(e) d’une forme de mélancolie, de tristesse et vous vous réfugiez dans vos souvenirs du passé. 

Cela vous fait du bien à court terme, et soudainement cela vous plonge dans un pessimisme excessif qui peut même faire perdre à un être toute sa confiance vous empêchant de poursuivre votre vrai but sur terre… la réalisation de votre mission de vie.

Aucun doute vous faites partie de ces êtres à la sensibilité exacerbée qui ressentent au fond d’eux-mêmes des émotions impalpables pour le plus grand nombre.

Dans cet article, nous allons tâcher de chercher à comprendre les origines de ces émois, de comprendre pourquoi la nostalgie rend triste et surtout d’entrevoir des solutions positives pour avoir confiance, chasser vos pensées négatives et dépasser les effets de ce sentiment qui peut vous amener à être malheureux.

Comment cesser d'être triste mélancolique et nostalgique

Le concept de nostalgie

Nostalgie ou mélancolie ?

Si l’on décompose l’origine du mot nostalgie, on peut l’associer à la définition « mal du pays ». Toute personne qui a déjà vécu loin de ses terres d’origine a déjà ressenti cette sensation.

Mêlant les souvenirs, les émotions et les images d’un lieu ou d’une scène vécue par le passé, ce sentiment est néanmoins accompagné d’une pointe de plaisir et d’amertume.

On se retrouve un peu triste, désabusé en repensant à des moments agréables de notre vie, qui nous manquent, que l’on regrette.

La mélancolie a une dimension supplémentaire, liée à un mal plus profond, à un abattement, à une déprime plus insidieuse.

D’un point de vue littéraire, Marcel Proust symbolise parfaitement cet état. L’auteur du roman « A la recherche du temps perdu », s’intéresse profondément à cette réflexion sur le temps qui passe au travers de son œuvre fleuve (sept tomes au total).

Marcel Proust symbole de mélancolie et de nostalgie

Les origines de la tristesse

Partant du constat que tout le monde n’est pas forcément sensible à cette perception avec la même intensité, il est intéressant de s’interroger sur ses origines possibles.

Pour répondre à cette question il est possible de se tourner vers la psychologie et plus précisément vers les travaux de Carl Jung.

Les travaux de ce dernier repris par de nombreux psychologues au cours du XX ème siècle, mirent en évidence l’existence de plusieurs fonctions cognitives chez l’être humain.

Parmi les 8 identifiées, 2 d’entre elles semblent étroitement liées au sentiment décrit dans l’oeuvre de Proust, et peuvent expliquer la tristesse du passé chez certaines personnes.

En effet, la nostalgie du passé semble directement corrélée à la fonction de « Sentiment Introverti » ainsi qu’à la fonction de « Sensation introvertie ».

La première est, selon le modèle MBTI issu des travaux du disciple de Freud, la fonction de prise de décisions de 4 des 16 profils identifiés. Les individus utilisant ce ressort avant d’agir cherchent avant tout la cohésion entre leurs pensées, leurs actes et leurs valeurs personnelles.

La « Sensation introvertie », est la fonction de recueil de l’information par laquelle l’individu compare les événements qu’il vit dans le présent, à la bibliothèque d’expériences qu’il a vécues et emmagasinées en lui, dans le passé.

En fin de compte, la moitié des individus fonctionnent au quotidien avec l’une de ces deux fonctions. Elle aura plus ou moins d’intensité en fonction de son ordre d’utilisation (en fonction dominante ou secondaire).

Parmi les 16 profils, celui de l’INFP (dit « l’idéaliste », comme l’était Marcel Proust) ou de l’ISFP (« l’artiste », comme Lady Diana par exemple) semblent les plus propices à ce penchant.

A ce stade de l’article, je ne peux que vous inviter à déterminer votre profil personnel et à en lire la description, pour savoir si votre fonctionnement cérébral explique votre impression permanente de désirs insatisfaits et désabusés.

Les idées associées

Dans le langage courant, il est fréquent de voir associées au sentiment de tristesse, certaines idées, plusieurs notions.

Cependant, toutes ces impressions sont systématiquement rattachées à des sensations à connotation pas vraiment positive voire même plutôt négative.

  • En effet, le premier état lié quasi automatiquement à la nostalgie est celui de tristesse. Comme nous l’avons vu précédemment , cet état serait plus en lien avec le sentiment de mélancolie.
  • Il n’en reste pas moins, que les personnes tournées vers le passé sont considérées dans l’inconscient collectif comme tristes voire de manière excessive, dépressives.

Le fait qu’elles soient focalisées sur des événements terminés et qu’elles ne revivront plus jamais (pas de la même façon en tous cas), fait qu’on considère qu’elles ne font pas partie du monde des vivants.

C’est comme si elles vivaient dans un univers parallèle entourées de leurs souvenirs, des personnes de leur passé sans pouvoir agir dans le présent.

Car deux autres idées associées dans l’esprit collectif à la nostalgie sont celles :

  • de fragilité
  • et de sensibilité

Les individus, caractérisés par ce tempérament, semblent plus subir leur vie, accuser leur quotidien, plutôt qu’être en mesure d’inverser le cours des choses.

comment arrêter d'être sensible et triste

Pourquoi est-on nostalgique ?

Insatisfaction dans le présent

Comme nous venons indirectement d’en convenir, les personnes nostalgiques ont une relation toute particulière au temps.

On pourrait résumer cela à un inconfort à vivre dans le présent et une prédilection à se réfugier dans le passé.

Pourquoi ? Car le passé est connu et choisi.

Par là, j’entends que l’énorme avantage à vivre dans le passé pour certains individus émotifs, c’est qu’ils sont sûrs de ne pas avoir de mauvaises surprises, de ne pas vivre d’expériences inconfortables.

En existant et revivant ses souvenirs on peut choisir le moment de sa vie que l’on souhaite traverser de nouveau. Cette idée de choix est essentielle car elle donne le pouvoir et la maîtrise des faits qui est impossible dans la vie instantanée.

Suivant cette logique, il est possible de rattacher la notion de nostalgie à celle de confiance en soi, et d’estime de soi.

Avec de l’assurance on affronte plus facilement les incertitudes du futur qui nous attend, on se jette dans le bain sans retenue convaincu que tout est possible.

Peur du futur

Effectivement, je suis convaincu que les personnes qui se réfugient dans leurs souvenirs, dans leur mémoire le font autant pour retrouver des pensées agréables que par peur de ce qui les attend désormais.

En quelque sorte, ils manquent de confiance en eux !

Cela peut être tout d’abord la peur de ne pas vivre aussi intensément que ce qu’elles ont pu connaître dans leur passé lointain. A force de repenser à ce vécu qui procura d’énormes satisfactions on glorifie parfois de manière excessive (car le cerveau est trompeur) un vécu que l’on croit désormais inatteignable.

Ceci amène à la seconde idée contenue dans cette peur du futur : l’idée qu’il sera forcément moins bien.

Finalement, cela se rapproche d’une forme de pessimisme au regard de notre vie à venir. Comme si le meilleur était passé et que quoi que l’on fasse, quoi que l’on entreprenne, on ne puisse atteindre un tel niveau de plénitude.

La nostalgie apparaît donc comme un fléau qui enferme l’individu dans une prison confortable. Certes on s’y sent bien, mas on ne peut plus rien entreprendre de neuf… On est condamné !

prisonnier-enfermement-cerveau-tete

Trop sensible et attaché à des détails

Une autre raison pouvant expliquer cette tendance à vivre dans ses souvenirs, peut être la sensibilité de la personne.

Si l’on revient sur les fonctions cognitives décrites par le MBTI, celle de la « Sensation introvertie », citée précédemment est également souvent à l’origine de cette sensibilité.

Le modèle décrit cette fonction comme celle par laquelle l’être humain engrange des données sensorielles (liées aux 5 sens donc), dans le but de les réutiliser plus tard.

Il s’agit donc de mettre à profit les expériences vécues dans le passé avec toutes les sensations qui y sont associées pour mieux appréhender le moment présent, l’instant vécu.

Là aussi on considère que parmi les 16 profils, 4 d’entre eux vont y faire appel spontanément. Les profils ISTP (dit « l’artisan » ) et ISFJ (surnommé « le protecteur ») sont ceux qui l’utilisent prioritairement, qui sont le plus à l’aise pour y faire appel.

Et si c’était une chance ?

Ressentir des choses que les cartésiens ne connaissent pas

Depuis le début de cet article, nous abordons ce sentiment de spleen, de « madeleine de Proust », de manière assez négative, fataliste même.

Et s’il était possible de considérer cette faculté, ce fonctionnement naturel, comme une chance ?

Car certes tristesse nostalgique et mélancolie sont souvent vécues comme des états douloureux, mais les gens qui y sont le plus souvent exposés sont également ceux qui sont les plus susceptibles de percevoir une forme de bonheur indicible.

Ceux qui font appel de manière privilégiée à leur mental et à leur esprit cartésien quand ils doivent prendre des décisions, se privent en quelques sortes de ces banques de données intérieures.

Ils ne connaissent que très mal l’immensité des informations collectées par les personnes dites « sensitives » qui ressentent et vivent les faits en les comparant immédiatement à leurs expériences passées.

Les personnes dites nostalgiques peuvent inverser la tendance et orienter leur fonctionnement naturel vers le positif.

Finalement, toute la difficulté, réside dans le fait de réussir à se concentrer sur les sensations positives et à changer son état d’esprit pour se dépasser, comme nous allons le voir dans la troisième partie.

Comment cesser de regarder derrière soi ?

S’accepter et prendre conscience de ses forces

La première des clefs qu’il est nécessaire d’actionner pour ne plus vivre dans le passé, se dévaloriser et pour vaincre sa nostalgie est tout simplement de commencer par s’accepter tel que l’on est.

Vous êtes d’une sensibilité à fleur de peau ? Vous avez une fâcheuse tendance à aimer vous remémorer vos plus beaux souvenirs avec des êtres aimés ?

Soit !

Vous êtes comme cela, acceptez le ! Acceptez tous les inconvénients mais ayez conscience qu’utiliser à juste dose cette faculté est une chance !

« Consommez avec modération », cela ne peut que vous faire du bien. Mais comme de toutes les bonnes choses, il ne faut pas en abuser.

Il faut juste éviter de se complaire dans sa mémoire, de subir par facilité, goût de l’inaction et chercher volontairement (ce qui est contre nature par essence) à sortir de sa zone de confort.

Mais, si vous apprenez à vous connaître vous pouvez mettre votre aisance naturelle à profit pour explorer un monde de détails sensoriels infini auquel peu de gens ont accès !

Cette capacité à savourer l’instant présent avec ses 5 sens est un vrai don !

D’un point de vue professionnel de nombreux métiers de bouche comme ceux de cuisiniers ou de sommeliers sont des voies tracées dans lesquelles ces personnes s’épanouissent etc…

Bref, tout commence par le fait d’apprendre à se connaître pour apprendre à s’accepter et voir les côtés positifs liés à cette tendance à la tristesse.

comment arrêter d'être triste

Travailler à maîtriser sa sensibilité (sa fonction « Feeling »)

Dans la même idée que de prendre conscience de ses forces, il est nécessaire d’apprendre à connaître et à accepter ses faiblesses (pour mieux les vivre et ne plus avoir peur d’échouer).

Le MBTI explique très simplement que chacun des 16 profils, a des forces et des points de faiblesse.

Accepter que notre sensibilité liée à notre fonction « Feeling » fait partie de nous est une première chose et permet également de dépasser l’importance que l’on accorde au regard des autres.

Pour la contrebalancer et en atténuer les excès il est capital de chercher à développer la fonction « Thinking », de la logique, qui peut nous aider à ne plus écouter exclusivement notre cœur.

Même si cela ne sera jamais un premier réflexe, en essayant d’analyser les événements de manière détachée, froide, il est possible d’atténuer nos réactions impulsives.

Faites le test et vous en saurez plus sur vous même en comprenant et prenant conscience du pourquoi de vos agissements. Ceci est un excellent moyen de pallier à vos carences !

La nostalgie peut nous vouloir du mal si elle n’est pas orientée comme une source de plaisir mais comme un lieu de complaintes et de défaitisme ! Dans ce genre de cas elle pousse à se lamenter sur son sort et conduit au fait de se renfermer sur soi-même, d’être renfrogné voire triste et mal dans sa peau…

Regarder l’avenir, faire des projets, agir et relativiser

Et si finalement, l’orientation de nos pensées n’était pas la solution à nos maux ?

Et si la solution, n’était tout simplement pas de cesser de regarder vers le passé, et d’arrêter de ressasser des souvenirs honteux et douloureux en se concentrant sur l’instant présent ?

Loin de vouloir enfoncer une porte ouverte, l’idée derrière cette conclusion est de tout mettre en œuvre pour vivre l’instant présent à 100 %.

On peut penser à la méditation, aux techniques de respiration, à la sophrologie certes.

Mais la méthode que je pense être encore plus simple et naturelle est celle de faire des projets.

Tout bêtement, en ambitionnant un futur voyage, un projet familial, un grand chantier qui nous tient à cœur (et qui va nécessiter toute notre énergie), on focalise notre attention sur l’avenir.

On empêche ainsi notre esprit de se laisser aller à divaguer et à suivre notre tendance naturelle à la déprime, à la mélancolie et on favorise le fait de prendre confiance en soi.

L’idée vise en fin de compte à lutter contre les souvenirs néfastes (car accompagnés de tristesse) grâce à des intentions stimulantes.

Cela envoie uniquement des bons signaux à notre cerveau et nous empêche d’entretenir des amertumes.

En passant à l’action, en œuvrant pour notre bien-être futur, on se met sur les bons rails et surtout on se dote d’un état d’esprit positif et constructif.

choisir sa direction et sa destinée

Que faire de nos souvenirs ?

Commencer par faire du tri dans notre mémoire

Avant toute chose il est important d’entamer une démarche volontaire concernant nos réminiscences du passé. 

Par là je pense qu’il est nécessaire de prendre conscience que nous pouvons agir et modeler cette partie de notre cerveau.

Malheureusement, trop de personnes subissent leurs souvenirs. C’est à dire que n’ayant pas pris l’ascendant sur leurs pensées elles auront tendance à éprouver et souffrir de ce que leur cerveau leur impose.

Ainsi, elles risquent de fréquemment devoir endurer certains flashs, certaines images, mais également les sensations que leur cerveau y associe.

D’ailleurs en MBTI certains profils sont naturellement plus sujets à ce type de rappels inconscients.

Si ce n’est pas déjà fait je vous engage vivement à faire le test maison (qui n’a donc rien d’officiel) que je propose et de lire le descriptif associé à votre profil psychologique.

Faire disparaître (progressivement) les mauvais souvenirs

Une fois cette prise de conscience effectuée, l’individu doit écarter tout ce qui fait partie des évocations douloureuses

Eviter de repenser aux mauvais moments de son existence n’est pas si évident contrairement à ce que l’on pourrait croire.

En effet, il existe une mémoire inconsciente basée sur nos sens qui fait qu’une odeur, une musique ou n’importe quelle autre sollicitation de nos sens peut faire ressurgir à tout moment.

C’est un peu comme l’histoire de la madeleine de Proust mais dans l’autre sens. Cette dernière nous projette inconsciemment et brutalement dans une scène de notre vie passée que l’on aurait préféré oublier.

Le fait que cette mémoire soit enfouie en nous sans que nous ne la maîtrisions la rend sournoise et menaçante à tout instant.

D’autre part, notre cerveau humain est le fruit de l’évolution génétique depuis la nuit des temps de notre espèce. 

Ainsi notre inconscient (encore lui) a été façonné bien avant notre naissance. Nous portons en nous des gènes liés à notre race qui ont permis à l’espèce humaine de survivre.

Parmi eux la méfiance à l’égard du monde extérieur fondée sur notre expérience.

Entretenir les bons moments du passé sans s’y complaire

Mais les évocations du passé ne sont pas toujours négatives et douloureuses… Heureusement !

Au même titre que chaque individu doit faire un travail pour canaliser sa mémoire “pesante”, il doit entretenir les bons moments vécus.

Une fois détecté le parfum qui le transporte quelques années auparavant, une fois découvert les effets que certains souvenirs ont sur son humeur, il peut jouer avec à sa guise.

Et quel merveilleux terrain de jeu !

Le seul risque est de s’y complaire et de ne plus vivre au présent…

A Retenir

Finalement nous l’avons vu, tous les êtres ne sont pas égaux face aux effets de la nostalgie. Peut-être vous êtes vous reconnu(e) dans cette tendance à vous complaire et à subir certains évènements de votre vie…

Mais vous n’êtes peut-être pas aussi imperméable aux influences du passé que d’autres ?

Pour éviter de tomber dans un état d’esprit triste, être capable de s’affirmer et savoir dire non, il est essentiel de commencer comme dans tout bon diagnostic, par un état des lieux.

  • Comprendre d’où vous viennent ces émotions,
  • désamorcer ces sentiments,
  • et mettre en place des actions pour y pallier.

Il n’est pas question ici de chercher à oublier son passé ou de nier ses expériences vécues. Après tout c’est tout cela qui fait ce que vous êtes aujourd’hui une belle personne.

Mais en apprenant à se connaître, en contrôlant son rapport au temps qui passe et en se resituant sur l’échelle de notre vie, il est possible à quiconque de changer des chagrins en espoirs et de dépasser son manque de confiance.

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux 😉😉

 
Partager

51 réflexions au sujet de “➤ Comment Cesser d’Être Mélancolique en 3 étapes ?”

  1. Et bien je n’avais jamais vu la nostalgie comme une prison confort mais c’est vrai qu’en y réfléchissant, tout ceci se tient assez bien.
    C’est vrai qu’en faisant des projets d’avenir, on plonge dans un état d’esprit positif plein d’espoir qui ne laisse pas (ou moins) de place aux souvenirs tristes qui peuvent nous bloquer.
    Encore un super article qui nous apprend à mieux nos comprendre et à aller de l’avant, merci !

     
    Répondre
    • Wow Merci Nadia de ce retour très positif ! 😊

       
      Répondre
  2. Excellent article sur ces pointes de nostalgie qui, à mon avis, nous arrivent à tous, plus ou moins intensément et fréquemment, il est vrai. Comme si l’humain vivait son bonheur en rétroactif (ce sentiment profond du “c’était tellement bien!”)… Je ne peux pas m’empêcher de faire le rapprochement avec le livre que je suis en train de lire, “Les Portes de la perception” d’Aldous Huxley, qui est accompagné de plusieurs textes rédigés par l’auteur, dont ses réflexions sur le temps. Magnifique. Et l’une des recettes à cette faculté humaine de tendre à vivre dans le passé est, selon l’auteur, de travailler notre présence à l’instant présence, notre conscience du moment tel qu’il est, au lieu de vivre dans le passé ou le futur… Merci à vous pour ce rappel, donc, sur cette étrange question de la nostalgie !

     
    Répondre
    • Merci pour ce retour Laura et Merci pour ce partage, je ne connaissais pas cet auteur… Je crois que je vais creuser dans cette direction ! 😊😊

       
      Répondre
  3. Merci Nico, très intéressant ! A la base, je ne pensais pas être nostalgique car je ne vis pas du tout dans le passé, mais plus jeune j’ai expérimenté plusieurs épisodes de ce que je peux appeler de la mélancolie… C’était comme si j’étais nostalgique de quelque chose que je n’arrivais pas à définir, quelque chose d’inconscient ou qui venait de plus loin que cette vie-ci ! Bizarre, mais fascinant 😉

     
    Répondre
    • Héhé effectivement Aline, on ne les voit pas toujours débouler Nostalgie et sa soeur Mélancolie… Comme quoi chaque humain est un vaste terrain à découvrir 😊😊. Merci pour ton partage

       
      Répondre
  4. La nostalgie, c’est un problème car bien souvent on ne se remémore que les bons moments du passé ou on les revoit avec des lunettes rose et pas nécessairement comme cela s’était vraiment passé. Je crois qu’il faut parfois se laisser aller à la nostalgie car cela ne sert à rien de se battre contre ses sentiments mais comme tu le dis il faut reprendre confiance en soi et avoir un regard positif sur le présent. 🙂

     
    Répondre
    • Effectivement Lara… Il vaut mieux regarder devant 😊😊. Merci pour ton partage !

       
      Répondre
  5. Excellent article comme d’habitude.
    Comprendre pourquoi je suis si souvent nostalgique m’aide maintenant à mieux faire face à cela. Merci de m’aider à mieux faire l’état des lieux.
    Je crois que parfois on est même pas conscient de ce qui se passe dans nos têtes. C’est pourquoi apprendre à penser à ses pensées est aussi une bonne idée pour mieux lutter contre la mélancolie.
    Merci Nico.

     
    Répondre
    • Oui je suis d’accord Sorelle ! La méditation peut aussi aider, j’aime bien de temps en temps… pour se détacher de ses pensées négatives. Merci pour ton partage 😊

       
      Répondre
  6. Merci pour cet excellent article fouillé et pertinent. J’aime beaucoup ton analyse de la nostalgie et le regard que tu apportes.

     
    Répondre
    • Merci pour ton retour Vincent, ça fait plaisir 😊

       
      Répondre
  7. Un superbe article! C’est vrai que vivre au moment présent est très important et il est toujours bon de recevoir une petite piqûre de rappel de temps en temps! 🙂 Car on a (trop) souvent tendance à l’oublier l’essentiel.

     
    Répondre
    • Effectivement Nathalie ! Merci pour ton retour 😊

       
      Répondre
  8. Merci Nico, je ne connais pas bien la mélancolie, peut-être parce que je suis extrovertie et très orienté présent et futur. Très intéressant j’ai appris quelque chose merci !

     
    Répondre
    • Merci pour ton commentaire Isabelle !! 😊

       
      Répondre
  9. Je n’avais jamais vu la nostalgie sous cet angle. C’est un état que je connais que très peu. J’ai vraiment appris beaucoup de chose en lisant. Merci !

     
    Répondre
    • Et bien merci pour ce retour positif Shirley, tout le plaisir est pour moi ! 😊😊

       
      Répondre
  10. Bonjour,
    Merci pour cet article très clair.
    J’adore pouvoir comprendre les mécanismes de notre cerveau.
    En ce qui me concerne, je trouve que c’est la meilleure façon de pouvoir travailler sur ses forces et ses faiblesses.
    Comme d’habitude, c’est un plaisir d’en apprendre toujours un peu plus grâce à votre blog.
    Au plaisir d’une prochaine lecture.

     
    Répondre
    • Merci à vous Mylène pour votre message que je prends comme un encouragement 😊

       
      Répondre
  11. Article super intéressant. Ça m’a fait pensé à une vieille connaissance avec qui j’étais à l’école il y a maintenant 15 ans et je ne comprends jamais pourquoi il me parle autant de ses années là. Je me rends compte se c’est parce qu’il n’est pas bien dans s vie actuellement et que du coup il reste bloqué sur le passé, une période où peut être il aimait sa vie

     
    Répondre
    • Merci pour ce partage Maëva et ce témoignage malheureusement reflet de beaucoup de vies autour de nous !

       
      Répondre
  12. Lorsque l’on parle de nostalgie, je pense en effet tout-de-suite à la mélancolie et au spleen. Pour ma part, elle n’est pas synonyme de tristesse, du moins au départ ! Ca peut être juste l’envie de se replonger dans des moments agréables passés (comme on s’envelopperait sous une couverture chaude!). Mais, tu as raison, le danger est que la frontière est extrêmement mince entre le joie des souvenirs et la tristesse des moments passés, perdus.
    Le passé est rassurant, l’avenir incertain. Se focaliser sur l’avenir en bâtissant des projets me semblent un bon moyen de ne pas ressasser le passé, qui nous immobilise.
    Merci pour ce nouvel article !

     
    Répondre
    • Merci à toi Julie pour ce partage et ce retour ! On est bien d’accord, Nostalgie et Mélancolie sont sympa mais à petites doses 😊😊

       
      Répondre
  13. Je n’avais jamais pensé que les personnes nostalgiques pouvaient manquer de confiance en eux. Mais en effet, ton explication est intéressante.

     
    Répondre
  14. Hello Nicolas,
    Si je traduis tes explications concernant les nostalgiques, j’en déduis qu’ils ne vivent pas suffisamment dans le présent, exact ?
    Vivre l’instant présent est primordial pour nous et nous l’avons bien compris.
    C’est grâce à ce déclic que j’ai pu atténuer une tristesse latente qui m’habitait parfois.
    Et la création de projets comme ce blog vont dans ce sens également.
    T.

     
    Répondre
    • Et oui, les projets ont cette qualité qu’ils nous empêchent de regarder derrière et nous donnent de l’énergie 😊. Merci à tous les deux pour votre partage d’expérience !

       
      Répondre
  15. Très intéressante cette analyse de la nostalgie, je n’y suis pas sujette (sauf en la provoquant exprès en regardant des photos par exemple), mais plusieurs personnes de mon entourage oui je m’en rends compte maintenant.

     
    Répondre
    • Chaque être est différent et c’est très bien ainsi 😊😊. Merci pour ce partage Marie !

       
      Répondre
  16. La nostalgie est un état transitoire qui doit alerter sur le fait que le présent n’est pas exactement ce qu’on aimerait qu’il soit. En ce sens, elle est très utile.

     
    Répondre
    • Je suis bien d’accord avec cette logique, la percevoir et la considérer comme une alerte dans notre vie 😊

       
      Répondre
  17. Article très intéressant. Cependant, quand la nostalgie est devenue un trait de caractère, un déséquilibre au niveau biologique n’est pas à exclure. Dans ces cas là, depasser son manque de confiance peut nécessiter bien plus que la simple volonté de changer.

     
    Répondre
    • C’est vrai Véro, il ne faut pas que cela devienne un trait de personnalité… la zone de danger est proche dans ce cas ! Merci pour votre partage 😊

       
      Répondre
  18. Bonjour,
    Je n’ai pas du tout tendance à la mélancolie ou à la nostalgie, et néanmoins ton article m’a beaucoup intéressée. J’ai appris plein de chose, et renforcé mon envie de me concentrer sur le présent et l’avenir. Merci!

     
    Répondre
    • Tant mieux alors, Mirentxu ! Merci pour ce partage 😊

       
      Répondre
  19. Bonjour, la mèle Ancolie, est l’art de mélanger de jolies fleurs colorées, rien avoir avec l’art d’être triste de la mélancolie. 😉J’aime votre idée qui dit que nous sommes maîtres de notre temps. Merci😊
    Elisa

     
    Répondre
    • Merci à vous Elisa pour ce partage très poétique 😊

       
      Répondre
  20. C’est vrai que la nostalgie peut être bénéfique pour se remémorer des bons moments passés mais qu’il ne faut pas non plus vivre le moment présent et visualiser son futur pour avancer.

    Merci Nicolas pour cet article très complet.

     
    Répondre
  21. Article très intéressant, qui donne matière à réfléchir.
    C’est vrai que nous ne sommes pas tous égaux face à nos émotions, car notre sensibilité est plus ou moins développée.
    Je trouve cela dommage que les personnes plus sensibles soient pointées du doigt comme étant différente car je trouve justement que se plonger dans notre passé nous permet de nous connaître d’avantage 🙂
    Mais, nous avons tous des fonctionnements différents et cet article le démontre-bien. A chacun d’accepter le sien pour avancer 🙂

     
    Répondre
    • Je suis tout à fait d’accord Julia… et je rajoute que cette différence est une richesse 😊😊 Merci pour ce partage

       
      Répondre
  22. Oh Lala…J’étais très nostalgique avant, et écoutais même des musique en boucles qui me feraient penser à certains moments du passé pour revivre ces périodes etc… Ouf ! tout cela est terminé maintenant, je ne suis plus nostalgique ni mélancolique, mais il a fallu faire un gros travail sur moi-même et je me sens beaucoup mieux.
    C’est presque l’inverse aujourd’hui, si j’entends une musique même trop mélancolique je zape car cela me plonge dans des émotions que je n’ai plus envie de vivre.
    En tous cas vous décrivez bien ce qu’est la mélancolie et la nostalgie.

     
    Répondre
    • Merci pour votre partage Rachel ! Vous avez très bien résumé l’article avec vos mots et la description de votre histoire, je trouve 😊😊

       
      Répondre
  23. Ah la nostalgie ça me connait… Très bon conseils! D’ailleurs, comme stratégie pour “revenir en arrière”, il y a également l’usage abusif des mélodies “tristes”… Le jour où j’ ai commencé par changer ma playlist, ça m’a pas mal aidé aussi. Et en même temps, les mélodies dramatiques sont si belles …

     
    Répondre
  24. Salut Nico,
    Je comprends le spleen dont tu parles, cela m’arrive parfois. D’ailleurs il semblerait que mon profil ait le sentiment et la sensation introvertis.
    Pour autant je n’ai pas l’impression de vivre dans le passé, je me sens résolument tournée vers le futur. Je rêve toujours de “changer le monde” (rien que ça !) et je ne fonctionne que par objectifs…
    Parfois la nostalgie me gagne, mais c’est de courte durée. Mes coups de blues sont plutôt dus au fait que les choses n’avancent pas assez vite à mon goût ou bien lorsque le désespoir me gagne car j’ai l’impression que c’est trop tard…peut-être la peur du futur que tu évoques ?

     
    Répondre
    • En tant qu’INFJ tu es Ni dominante, Fe secondaire, Ti en tertiaire et Ne en inférieure. Mais perso je trouve que ce sont souvent les “J” qui vivent dans le passé (ou le présent) car incapable de se projeter 🙂 Ca doit jouer ! Ton côté de vouloir (d’espérer) changer le monde est typique des NF, les idéalistes Ahah !! Merci pour ton retour Astrid

       
      Répondre
  25. Bon je me suis trompée : sentiment et sensation extravertis. C’est peut-être pour cela que je ne reconnaissais pas tout à fait la situation ! 😉
    oups !

     
    Répondre
  26. Hello Nicolas, merci pour ton article sur la nostalgie. En morphopsychologie le fait d’être tourné vers le passé, qui peut même aller jusqu’à rejeter en bloc tout ce qui est nouveau, est l’apanage du type introverti de base. Encore un point commun entre nos deux pratiques !
    @+Isabelle

     
    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.