➀ Comment rĂ©ussir Ă  prendre de la hauteur ?

Introduction

Être capable de prendre du recul face aux alĂ©as de la vie n’est pas donnĂ© Ă  tout le monde.

Pourtant cette posture vis Ă  vis des Ă©vĂšnements que nous rencontrons, est considĂ©rĂ©e comme la rĂ©action idĂ©ale que nous devrions tous ĂȘtre capables d’adopter.

Avant d’aller plus loin dans cet article, il est important de s’entendre sur ce que veut dire prendre du recul prĂ©cisĂ©ment ?

Il est en effet crucial d’ĂȘtre capable de rĂ©pondre Ă  cette question si l’on souhaite rĂ©ussir durablement Ă  changer son comportement et en tirer des bĂ©nĂ©fices.

« J’ai besoin de prendre du recul », est une phrase qui est trĂšs souvent prononcĂ©e lorsque l’on souhaite reprendre ses esprits.

Cela peut aussi signifier vouloir changer son angle de vue, changer la façon innĂ©e que l’on a de concevoir un problĂšme.

Parfois un simple « switch », comme les anglo-saxons disent, de la façon de considĂ©rer une situation peut faire toute la diffĂ©rence dans le comportement que l’on va adopter et donc dans nos rĂ©sultats.

Avant d’aborder « comment » rĂ©ussir Ă  prendre de la distance et se dĂ©tacher de notre impulsivitĂ©, nous allons essayer de comprendre pourquoi c’est une dĂ©marche capitale.

Dans la troisiĂšme partie nous ferons la dĂ©monstration que tous les profils psychologiques ne sont pas Ă©gaux dĂšs lors qu’il s’agit de relativiser.

Image symbole des capacités cérébrales

Pourquoi faut-il prendre du recul ?

Pour relativiser ce qui n’est pas dramatique

Si l’on veut se convaincre que finalement dans la vie peu de choses sont vraiment dramatiques, on peut tout d’abord se rassurer en se rĂ©fĂ©rant Ă  la sagesse populaire.

En s’intĂ©ressant aux dictons, adages, citations sur la prise de recul, il est possible de mesurer la rĂ©elle gravitĂ© de ce qu’il nous arrive.

Toutes ces phrases du peuple nous invitent Ă  comparer notre fortune et donc Ă  prendre de la hauteur.

Par exemple le célÚbre proverbe :

« Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ».

Exprimant bien l’importance de ne jamais sombrer dans le dĂ©couragement total, ce proverbe est un appel Ă  prendre de la distance face aux alĂ©as de la vie.

Il peut nous arriver des mĂ©saventures mais aprĂšs tout, nous sommes encore vivants et avons de ce fait la capacitĂ© d’inverser le sens des choses.

On peut également citer dans un domaine plus précis, la fameuse expression :

« Plaie d’argent n’est pas mortelle »

LĂ  encore pour modĂ©rer la gravitĂ© de soucis financiers, la sagesse populaire a coutume de reconsidĂ©rer les problĂšmes d’argent en comparaison de la chose la plus importante.

Rapporter la prĂ©ciositĂ© de l’existence permet facilement de tempĂ©rer tout type de tracas qu’ils soient pĂ©cuniaires ou matĂ©riels.

La langue française est riche de nombreuses autres expressions permettant Ă  quiconque d’attĂ©nuer, de nuancer une situation dĂ©licate ou subie.

« Quand la santé va, tout va »,

« A chaque jour suffit sa peine »,

« Qui peut le plus peut le moins »,

« On a fait 30, on fait 31 »…

Pour faire abstraction de contrariĂ©tĂ©s finalement secondaires ou pour trouver un supplĂ©ment d’ñme qui permet de relativiser un effort Ă  fournir, la culture de notre pays est riche de belles paroles.

Toute cette morale populaire permet de prendre conscience que ce qui nous tombe dessus, est certainement dĂ©jĂ  arrivĂ© Ă  d’autres avant nous et que par consĂ©quent rien n’est insurmontable.

image de sagesse populaire

Image par Tom und Nicki Löschner

Pour voir les choses sous un autre angle

Savoir temporiser dans le feu de l’action est une qualitĂ© aux yeux de tous ceux qui vivent trop intensĂ©ment les Ă©preuves et les surprises de la vie.

Une qualitĂ© qu’ils envient souvent et pour cause.

Quand on est emporté par ses émotions dans des jugements excessifs qui nous font prendre de mauvaises décisions, on admire forcément les personnes capables de faire un pas en arriÚre.

Cette attitude est la clĂ© car elle permet Ă  quiconque de dominer son cƓur et d’écouter sa raison.

En rĂ©ussissant (car ce n’est pas donnĂ© Ă  tout le monde) Ă  se dĂ©tacher du torrent intĂ©rieur qui peut trĂšs facilement nous amener Ă  prendre de mauvaises dĂ©cisions, on change d’angle de vue.

On aborde une mĂȘme situation diffĂ©remment, et ça fait toute la diffĂ©rence !

Forcément, en réussissant à se détacher de notre impulsivité on parvient à une forme de relativisation du moment présent.

Mine de rien ce dĂ©tachement, cet Ă©loignement de l’aspect terre Ă  terre de la rĂ©alitĂ© que l’on vit peut nous permettre de mieux juger les Ă©vĂ©nements.

Pour juger apprĂ©hender une situation l’idĂ©al est et sera toujours d’avoir une vue d’ensemble, une vision globale de la situation et pour cela nous avons besoin de prendre du recul.

ConcrĂštement, cette attitude pourra ainsi nous conduire Ă  vivre la mĂȘme situation dans la peau d’un autre intervenant, Ă  voir les mĂȘmes Ă©vĂ©nements en considĂ©rant le point de vue d’une personne tierce.

Ainsi nous serons naturellement amenés à comprendre les tenants et les aboutissants de maniÚre générale et plus uniquement selon notre seul point de vue.

image de fragilité

Pour gagner en objectivité et faire les bons choix

Le bénéfice qui est le plus précieux selon moi, quand on prend du recul, est donc bien de réussir à se détacher de son émotivité.

Car qui dit se détacher de son émotivité, dit gagner en objectivité.

En apprenant Ă  s’éloigner du cƓur de l’action et du cĂŽtĂ© ingĂ©rable de notre sensibilitĂ©, nos jugements deviennent forcĂ©ment plus justes.

Ce constat, il nous est impossible de le faire Ă  chaud.

Quand nous agissons Ă  froid, nous agissons d’une maniĂšre bien moins excessive et souvent trĂšs diffĂ©rente de ce que notre agitation passagĂšre nous aurait conduit Ă  faire.

D’ailleurs, il est coutume de considĂ©rer que la colĂšre est mauvaise conseillĂšre. Or, ke:

« un Ă©tat affectif violent et passager, rĂ©sultant du sentiment d’une agression, d’un dĂ©sagrĂ©ment, traduisant un vif mĂ©contentement et accompagnĂ© de rĂ©actions brutales »

Les mots « violent », « vif » et « rĂ©actions brutales », renvoient bien Ă  cette notion d’impulsivité !

A ce moment de l’article, je ne peux que vous inviter Ă  faire le test pour dĂ©terminer quel est votre profil psychologique selon les travaux de Carl Jung.

En effet toutes les personnalitĂ©s dĂ©crites par le modĂšle MBTI n’ont pas le mĂȘme rapport aux Ă©motions et donc les mĂȘmes schĂ©mas de prise de dĂ©cisions.

L’objectivitĂ© n’est pas donnĂ©e Ă  tout le monde 
 et c’est ce que nous verrons dans la deuxiĂšme partie.

Savoir faire les bons choix en fonction de sa personnalité

Prendre du recul pour mieux sauter

Prendre du recul vis-Ă -vis d’une situation ne signifie pas se dĂ©tourner de son but.

Comme si l’on dĂ©sirait mieux franchir un obstacle ou passer une situation difficile, il peut s’agir de prendre son Ă©lan pour l’affronter avec plus de conviction.

Être trop prùs du mur ne vous assure pas le fait de mieux distinguer votre but.

Parfois faire un pas ou deux en arriùre est une attitude contre-intuitive et pourtant c’est la meilleure que l’on puisse adopter.

Moins la vision de l’objectif est nette et plus hĂ©sitante est notre dĂ©marche.

C’est une attitude parfaitement humaine et normale.

Dans le milieu de la vente on dit qu’un objectif bien dĂ©fini est dĂ©jĂ  Ă  moitiĂ© atteint


C’est dire si le fait de prendre du recul sur une situation, partant du principe que cela nous permet de mieux distinguer notre objectif, peut ĂȘtre un comportement bĂ©nĂ©fique.

Tout l’enjeu est d’avoir la sagesse d’accepter de s’éloigner pour mieux prendre notre envol vers notre objectif final.

Prendre ses distances pour mieux viser ses buts

Image par 3D Animation Production Company 

Tous les profils ne sont pas Ă©gaux pour Relativiser

Si vous ĂȘtes habituĂ©(e) Ă  lire ce blog, vous savez Ă  quel point il est important de comprendre que si tous les ĂȘtres ont un vrai potentiel (sans exception), ce potentiel diffĂšre d’une personne Ă  l’autre.

Ainsi, tous les profils psychologiques ne sont pas Ă©gaux dĂšs lors qu’il faut prendre du recul.

Nous allons essayer de dĂ©terminer quelles particularitĂ©s de votre personnalitĂ© peuvent ĂȘtre des indices.

La fonction Sensation a du mal Ă  prendre de la hauteur

La fonction cognitive de recueil de l’information est une premiùre piste à suivre.

En effet, Carl Jung avait diffĂ©renciĂ© le mode Intuitif basĂ© sur le sixiĂšme sens, de celui Sensitif qui s’appuie sur l’utilisation prioritaire par l’individu de ses 5 sens.

LĂ  oĂč cette diffĂ©renciation peut nous apporter des Ă©lĂ©ments de rĂ©ponse quant Ă  notre rapport au relativisme, c’est quant aux particularitĂ©s associĂ©es Ă  l’utilisation de tel ou tel canal.

Les individus « Sensitifs » représentent environ 70 % de la population et ils ont une approche trÚs terre à terre des événements.

N’étant pas conceptuels pour un sou, ils aiment le pratique et le concret.

Cette tendance est trÚs marquée chez 4 profils psychologiques tout particuliÚrement :

  • l’ESTP, dit l’entrepreneur ou l’homme (ou la femme) d’action,
  • l’ESFP, surnommĂ© l’interprĂšte, l’acteur,
  • l’ISTJ aussi appelĂ© le logisticien ou l’homme (ou la femme) Ă  tout faire,
  • et l’ISFJ dĂ©nommĂ© le protecteur, l’infirmier(e)
Les lecteurs de cet article ont Ă©galement aimĂ© :  ➀ 4 raisons de changer d’état d’esprit dans votre vie

Le point commun des profils psychologiques « sensitifs » est qu’ils sont tous rĂ©solument tournĂ©s vers l’action.

Image des hommes d'action

Image par Peggy und Marco Lachmann-Anke

Ils ont besoin d’agir pour se sentir bien ce qui les amĂšne souvent Ă  faire, puis dĂ©faire ce qu’ils ont rĂ©alisĂ© pour mieux recommencer.

Mais cela n’est pas grave, car c’est comme cela qu’ils avancent vers leur solution.

Si vous désirez savoir si vous faites partie des 8 profils psychologiques privilégiant leurs 5 sens, je ne peux que vous inviter à faire le test « maison » que je propose.

La fonction Feeling s’emballe vite

« Mieux vaut 5 secondes de réflexion plutÎt que des années de regrets ».

Le seconde fonction psychologique intĂ©ressante vis Ă  vis de la capacitĂ© qu’a un ĂȘtre humain Ă  prendre de la distance face aux alĂ©as de la vie est la fonction Feeling.

Cette fonction n’est pas une fonction de recueil de l’information mais une fonction de dĂ©cision.

C’est celle par laquelle l’individu va trancher. On estime que 50 % de la population utilisera prioritairement son cƓur, son affect, et que les autres 50 % privilĂ©gieront leur logique, leur raison pour prendre leurs dĂ©cisions.

LĂ  oĂč il est intĂ©ressant de se pencher sur cette diffĂ©rence de fonctionnement, c’est que les individus s’appuyant en premier sur l’écoute de leurs Ă©motions pour dĂ©cider auront plus facilement tendance Ă  rĂ©agir Ă  chaud.

Leur émotivité pouvant les déborder, ils ont moins le réflexe de mesurer les tenants et les aboutissants de leurs actes avant de se lancer.

Cela peut mĂȘme jouer sur l’estime de soi, ce qu’il faut prendre en compte si l’on souhaite ĂȘtre heureux !

Pour eux, rĂ©ussir Ă  calmer l’intensitĂ© de leurs pulsions affectives reprĂ©sente un enjeu de taille pour rĂ©ussir Ă  prendre du recul dans leur vie.

image sur l'importance des sentiments

Le tempérament des profils dits « rationnels », champion pour prendre du recul !

Le 3Ăšme Ă©clairage liĂ© au profil psychologique qui peut nous donner des indications quant Ă  la facultĂ© d’une personne Ă  prendre de la distance face aux Ă©vĂ©nements de la vie est son « tempĂ©rament ».

Le psychologue David Keirsey, avait distingué 4 groupes de profils psychologiques qui se distinguaient par leurs comportements.

Le groupe des 4 personnalitĂ©s psychologiques dits des « rationnels » est celui que l’on peut considĂ©rer ĂȘtre un modĂšle pour ce qui est de prendre du recul face aux accidents de la vie.

Ce « tempérament » se distingue par son sang froid et sa capacité à relativiser les surprises de la vie.

Les 4 profils le composant ont tous en commun d’ĂȘtre intuitifs quand ils recueillent les informations pour prendre leurs dĂ©cisions et logique dans leur processus de choix.

Ils se caractĂ©risent par leur quĂȘte de perfection et de maĂźtrise des concepts.

ContrĂŽlant parfaitement l’intensitĂ© de leurs Ă©motions ils reprĂ©sentent le modĂšle de comportement Ă  adopter si l’on souhaite en permanence garder ses distances avec l’emballement Ă©motionnel.

Pour illustrer des exemples de personnalités du « tempérament » rationnel on peut citer Margaret Thatcher, Bill Gates ou encore Steve Jobs.

image photo de Steve Jobs refléchissant

Comment savoir prendre du recul face à une situation difficile ?

Comment relativiser dans son boulot ?

Si il y a bien un domaine dans lequel il est frĂ©quemment nĂ©cessaire de savoir prendre du recul, c’est dans celui du travail.

La raison la plus Ă©vidente est tout simplement, que le monde de l’entreprise est celui du stress et de la pression par excellence.

DĂšs lors la pression des timings Ă  respecter, des objectifs Ă  atteindre ou simplement de son image Ă  contrĂŽler en permanence, vont venir perturber la sĂ©rĂ©nitĂ© de l’employĂ©.

Si l’on sent que notre environnement est en train de prendre le dessus sur notre calme intĂ©rieur, il peut ĂȘtre salvateur de tout couper (dans la limite du possible) pendant un instant.

Couper le tĂ©lĂ©phone, sortir du cycle infernal de l’entreprise qui agit comme une lessiveuse ne nous laissant plus le temps de reprendre nos esprits.

C’est dans ces moments-lĂ  qu’il est nĂ©cessaire de savoir faire un pas de cĂŽtĂ©.

Image symbole du rythme du boulot

Image par Mohamed Hassan 

En Ă©tant un lieu trĂšs souvent associĂ© au stress, l’entreprise favorise par lĂ  mĂȘme l’émergence des angoisses et la perte de quiĂ©tude.

La consĂ©quence plus ou moins marquĂ©e en fonction des personnalitĂ©s est l’incapacitĂ© Ă  agir Ă  froid et avec distance.

Une solution naturelle et instinctive pour se sentir mieux est d’agir conformĂ©ment Ă  ses prĂ©fĂ©rences psychologiques.

De toute façon, si ce n’est pas fait consciemment, notre subconscient nous y poussera tît ou tard.

Les individus sensitifs, se sentant bien dans l’action auront besoin de se rĂ©fugier dans des tĂąches rĂ©pĂ©titives quand les intuitifs prendront naturellement un temps de pause (presque en avançant au ralenti).

Prendre de la distance face au stress en vivant l’instant prĂ©sent

La mĂ©ditation du fait qu’elle incite Ă  se recentrer sur soi est une excellente pratique si l’on dĂ©sire se dĂ©tacher de la tyrannie du mental.

Parce qu’elle permet de se dĂ©tacher de la spirale infernale dans laquelle notre quotidien nous plonge, elle est comme une parenthĂšse.

C’est une parenthùse pendant laquelle chaque individu peut s’autoriser à ne plus rien penser.

Plus qu’un simple loisir occasionnel, l’attitude visant Ă  vivre l’instant prĂ©sent reprĂ©sente une vĂ©ritable philosophie de l’existence.

Le livre best seller d’Eckart Tolle, « Le pouvoir de l’instant prĂ©sent », a permis depuis des annĂ©es, Ă  ses lecteurs de vĂ©ritablement transformer leur vie en se sentant plus Ă©panouis et en rĂ©ussissant Ă  trouver une forme de paix intĂ©rieure.

Dit di cela on voit bien Ă  quel point marquer un temps d’arrĂȘt, rĂ©ussir Ă  se concentrer sur une autre rĂ©alitĂ© et percevoir notre existence diffĂ©remment, sont importants.

Plus que cela, ce changement de posture physique et mentale amÚne inévitablement quiconque entame la démarche à gagner en sérénité.

Plus que jamais il est bon d’affirmer haut et fort qu’il est urgent de ne rien faire
 si ce n’est un pas de cĂŽtĂ©.

image sur la relaxation

Comment prendre du recul face à une situation difficile grùce à la pensée positive

Toujours sur le plan du travail de l’esprit, il est une autre technique qui permet de prendre du recul versus son quotidien : la pensĂ©e positive.

Cette derniÚre permet véritablement de prendre de la distance face aux événements de la vie, pour mieux avancer, avec plus de confiance en soi et sortir de sa zone de confort.

ConcrĂštement elle se traduit par le fait de rĂ©pĂ©ter rĂ©guliĂšrement des phrases optimistes, que le subconscient emmagasine sans qu’il n’y paraisse.

A travers cet exercice on cherche avant tout Ă  exploiter l’incroyable pouvoir du cerveau, et plus prĂ©cisĂ©ment de la partie inconsciente de celui-ci.

On considĂšre que l’ĂȘtre humain n’utiliserait qu’une faible part du potentiel de son cerveau. Une vieille croyance (semble-t-il fausse cependant) avancerait le chiffre de 10 %…

Quoi qu’il en soit la matiĂšre grise de l’ĂȘtre humain constitue vĂ©ritablement une mine d’or cachĂ©e que nous avons toutes et tous la possibilitĂ© d’exploiter.

Et c’est bien lĂ  le principal obstacle
 cette capacitĂ© immense n’est pas visible et pas connue.

Du coup, nous ne sommes pas en mesure d’en profiter et de l’exploiter Ă  des fins d’amĂ©lioration de notre quotidien.

Pour en revenir avec la puissance et la qualité de nos intentions, il est nécessaire de filtrer.

Il faut avant tout veiller Ă  ne pas laisser les pensĂ©es nĂ©gatives s’installer.

Certes cela suppose d’ĂȘtre vigilant(e).

Au début la démarche sera difficile car non naturelle, et progressivement elle deviendra de plus en plus naturelle


On peut commencer par veillez à la qualité de ses pensées, à ne pas se juger trop sévÚrement.

Il est nĂ©cessaire d’ĂȘtre fier de soi, de ce que l’on fait et d’apprendre Ă  s’aimer.

image symbolisant la lute contre ses peurs

Plus simple encore Ă  mettre en place : s’exposer le moins possible aux flux d’informations des mĂ©dias, qui nous abreuvent de nĂ©gativitĂ© et de mauvaises nouvelles.

Les effets sont immédiats !

Bref, parfois il s’agit de savoir prendre du recul sur nos habitudes du quotidien pour mieux avancer.

Remettre en question ce que nous avons toujours fait, pour tester de nouvelles pratiques.

Apprendre à se détacher du regard des autres

Le regard des autres est quelque chose de plus ou moins difficile à gérer


Pour illustrer les raisons de cette difficultĂ© je vais Ă©voquer le conte du pĂšre, de l’enfant et de l’ñne :

« L’histoire est celle d’un enfant qui demande Ă  son pĂšre quel Ă©tait le secret du bonheur ? PlutĂŽt que de lui rĂ©pondre directement, son pĂšre l’emmena dans la ville avec leur vieil Ăąne.

Le premier jour, le pĂšre monta sur le dos de la vieille bĂȘte suivi Ă  pied par son fils. Devant cette scĂšne les habitants du village dirent :

Que le pĂšre Ă©tait indigne de laisser son enfant marcher.

Le lendemain, le pĂšre installa son fils sur l’ñne et l’accompagna en marchant Ă  cĂŽtĂ© de la bĂȘte. En voyant cela les villageois critiquĂšrent :

Ce fils devrait avoir honte de manquer de respect à son pÚre, obligé de suivre à pied .

Le jour suivant, le pÚre et son fils montÚrent sur le vieil ùne et les commentaires des habitants furent alors :

Ni ce fils, ni son pĂšre n’ont de pitiĂ© pour la pauvre bĂȘte.

Le quatriĂšme jour, ils portĂšrent eux-mĂȘmes toutes leurs affaires, laissant l’ñne trotter Ă  cĂŽtĂ© d’eux. Les habitants voyant cette scĂšne ne purent s’empĂȘcher de commenter :

A quoi bon avoir un Ăąne et porter soi-mĂȘme toutes ses affaires ?

Finalement le pĂšre rĂ©sume la morale de l’expĂ©rience Ă  son fils en lui expliquant que le secret du bonheur Ă©tait de toujours faire ce que l’on aime
 car il y aura toujours des gens pour critiquer ».

Morale d'une histoire sur l'opinion d'autrui

La trop grande importance accordĂ©e Ă  l’opinion des autres dĂ©pend de multiples facteurs : notre histoire personnelle, notre niveau de confiance, ou mĂȘme de notre profil psychologique.

Savoir prendre du recul face au regard d’autrui nĂ©cessite donc de s’interroger sur sa personnalitĂ©, de faire une vĂ©ritable introspection.

L’enjeu n’est pas des moindres puisque que d’une telle dĂ©marche il est possible d’apprendre Ă  dire, « Non ».

« Non » Ă  ce que l’on veut nous imposer contre notre volontĂ©.

« Non » Ă  ce que nous n’avons pas choisi.

« Non », Ă  ce que l’on ne veut pas vraiment !

Croire au destin pour relĂącher la pression

Enfin, une autre technique que j’aime appliquer personnellement pour prendre de la distance face aux Ă©vĂ©nements de la vie, c’est de croire que bon nombre de choses sont Ă©crites.

Croire au destin ne signifie pas ĂȘtre rĂ©signĂ©.

Être convaincu que ce qui doit arriver, arrive ne veut pas dire ĂȘtre fataliste.

Je reste persuadĂ© que chaque ĂȘtre humain Ă©crit son histoire, mais en parallĂšle la vie nous fait passer par des Ă©tapes qui forgent notre personnalitĂ©.

Pour chaque épisode de notre existence nous avons la possibilité de décider de la façon dont nous réagissons. Lùcher prise ou non ?

De l’attitude que nous adoptons et des enseignements que nous tirons dĂ©pend notre futur.

Le fait de considérer que les épreuves que nous sommes amenés à traverser sont inévitables nous donne de la force.

Si on ajoute Ă  cette vision le fait que chaque difficultĂ© est l’occasion de se transformer, on peut considĂ©rer que prendre du recul face Ă  la vie devient une formidable occasion de se dĂ©velopper !

Pour cela il est nĂ©cessaire d’adopter le bon Ă©tat d’esprit !

“Les destins conduisent celui qui accepte, et traĂźnent celui qui refuse.”

SĂ©nĂšque

citation de SénÚque sur la destinée

A Retenir

Comme nous venons de le voir, savoir lùcher prise et faire un pas de cÎté est une posture qui se travaille.

Une telle attitude n’est pas forcĂ©ment naturelle, mais elle peut vraiment faire de grosses diffĂ©rences dans des tas de domaines.

Que ce soit pour agir sur un Ă©ventuel manque de confiance en soi, en s’appuyant sur son expĂ©rience passĂ©e, ou en limitant la casse en prenant garde Ă  ne pas jeter le bĂ©bĂ© avec l’eau du bain, savoir temporiser est une grande qualitĂ©.

Que ce soit par des exercices de mĂ©ditation, en apprenant Ă  Ă©couter son corps ou en dĂ©veloppant une certaine philosophie de la vie, il existe aujourd’hui de nombreux outils pour rĂ©ussir Ă  se dĂ©tacher de la pression de la vie moderne.

En somme il s’agit d’essayer de prendre du recul pour mieux avancer. Cela peut vĂ©ritablement changer la façon d’aborder les Ă©preuves de la vie.

“Je ne perds jamais. Sois je gagne, sois j’apprends.”

Nelson Mandela

Citation de Nelson Mandela pour apprendre dans l'Ă©chec

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hĂ©sitez pas Ă  le partager sur vos rĂ©seaux sociaux 😉😉

 
Partager

18 rĂ©flexions au sujet de “➀ Comment rĂ©ussir Ă  prendre de la hauteur ?”

  1. Bonjour Nicolas, merci pour ce nouvel article, je suis sur la mĂȘme longueur d’onde, je passe par les diffĂ©rents stades et la palette des outils que tu proposes et c’est tout Ă  fait juste, quand on est intuitif , on a beau savoir qu’il faut prendre du recul ,connaĂźtre les outils cela demande beaucoup de discipline pour arriver au self control.

     
    RĂ©pondre
    • Je suis persuadĂ© que ce que l’on appelle ‘expĂ©rience’, rejoins cette maĂźtrise de soi… Le tout est d’apprendre sur soi, Ă  la moindre occasion ou leçon que la vie nous donne. Merci pour votre retour Ingrid 😊.

       
      RĂ©pondre
  2. “Pour chaque Ă©pisode de notre existence nous avons la possibilitĂ© de dĂ©cider de la façon dont nous rĂ©agissons. LĂącher prise ou non ?” Si l’on devait rĂ©sumer ton article en une phrase, je trouve que cell-ci serait parfaite. J’aime beaucoup Ă©galement cette notion du sixiĂšme sens de Jung … et j’aime la rĂ©sumer par le fait que l’action de nos 5 sens dĂ©clenche un 6Ăšme sens – l’intuition.

    Bel article et à bientît de lire les prochains 🙏

     
    RĂ©pondre
    • Merci pour ce retour trĂšs positif Eric !! Effectivement nous ne choisissons pas (toujours) ce qui nous tombe dessus, mais le tout est toujours garder Ă  l’esprit que nous avons le choix dans la façon de nous adapter. Au plaisir de futurs Ă©changes 😊

       
      RĂ©pondre
  3. Bonjour Nico ! Article trĂšs complet, merci ! De mon cĂŽtĂ©, j’ai appris Ă  rĂ©guler certains de mes comportements excessifs ou qui me portaient prĂ©judice grĂące au test CliftonStrenghts de Gallup. Au-delĂ  du simple rĂ©sultat, c’est un chemin de progression et dĂ©veloppement que j’ai dĂ©couvert. Ce chemin m’a mĂȘme conduit jusqu’Ă  New Delhi pour me former et devenir coach certifiĂ© par Gallup ! Bonne continuation.

     
    RĂ©pondre
  4. En voyant les profils concernĂ©s par la difficultĂ© Ă  prendre de la hauteur, je ne suis pas Ă©tonnĂ©e par ma forte Ă©motivitĂ©. J’envie celles et ceux qui rĂ©ussissent Ă  prendre de la hauteur facilement .

     
    RĂ©pondre
    • Certes c’est une chance de ne pas se laisser emporter par ses Ă©motions mais le fait d’avoir une sensibilitĂ© surdĂ©veloppĂ©e est aussi une bĂ©nĂ©diction de ressentir de maniĂšre aussi puissante le bon… Merci pour ce tĂ©moignage Marie

       
      RĂ©pondre
  5. La mĂ©thode consistant Ă  croire au destin me parait la seule farfelue. En effet, le destin se dĂ©finit comme ce qu’on ne peut pas changer. Si c’est bien utile de savoir qu’on ne revient pas sur le passĂ©, croire que le futur est lui aussi indĂ©pendant de notre volontĂ© ne peut mener qu’au suicide.

     
    RĂ©pondre
    • Merci pour ce point de vue Vie. Ne pourrait-il pas y avoir une sorte de chemin prĂ©dĂ©fini ? De nombreuses religions ou cultures s’appuient sur des sortes de vocations, de chemins de croix… qui seraient presque des Ă©preuves sur terre.

       
      RĂ©pondre
  6. Encore un article trĂšs complet et documentĂ©, comme d’habitude 😊. C’est un point que je travaille depuis quelques temps, mais j’ai encore une marge de progression assez consĂ©quente. Ton article va m’aider Ă  avancer sur ce point. Merci !

     
    RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.