➤ Pourquoi faut-il faire confiance dans la vie ? (chapitre 2)

Introduction

Pourquoi est-il si difficile d’accorder sa confiance facilement à notre époque ?

Pourquoi a-t-on l’habitude de se méfier des inconnus avant de leur accorder le bénéfice du doute ?

Dès ses premières années, un enfant entend généralement plus souvent de la part de ses parents des invitations à la prudence, voire à la méfiance, plutôt que des encouragements à croire en la bonté d’autrui

Si cette attitude de la part d’une mère peut s’entendre, elle n’en demeure pas moins handicapante pour le reste de la vie de son fils ou de sa fille.

Nous sommes ainsi conditionnés dès notre plus tendre enfance, à avancer sur la défensive.

Nous sommes formatés à nous méfier de tout et de tout le monde.

Imaginez ce qui se passerait si l’on changait l’état d’esprit de toute une génération en même temps…

Imaginez, que la défiance et la suspicion laissent place à la croyance et à la foi en son semblable

Notre Société serait totalement transformée !

Cet article fait partie d’une série de 9 textes, qui résument ou plutôt s’appuient sur les chapitres du bouquin, « Tout va mal… Je vais bien ! », de Monsieur Philippe Bloch.

Dans ce livre l’auteur prend le pari de nous démontrer que malgré tout ce que l’on peut entendre, nous avons toutes les raisons de garder espoir en l’avenir et de faire de beaux projets.

Image d'une personne qui fait confiance les yeux fermés

Image par Jackson David de Pixabay

Apprendre à accorder sa confiance mène au bonheur

Vivre avec trop de sécurité c’est se créer sa propre prison

L’idée que défend l’auteur est que trop de prudence dans la vie, peut nuire à un épanouissement de l’être humain. 

Pour imager son idée, Philippe Bloch invite le lecteur à sortir de son cocon, renvoyant ainsi à la nécessité de quitter sa zone de confort.

Ce n’est qu’en osant prendre des risques que l’on est vraiment libre et en mesure de vivre ses rêves.

Selon lui il est nécessaire de parvenir à dépasser l’éducation que l’on a eu en tant qu’enfant qui constitue la principale entrave au vrai bonheur.

« Quoi que vous rêviez d’entreprendre, commencez-le. L’audace a du génie, du pouvoir et de la magie. »

Goethe

Citation pour avoir enfin le courage de tenter

Apprendre à faire confiance dans la vie

Dans la suite du chapitre, l’auteur insiste sur les effets insoupçonnés d’une attitude qui s’appuierait sur la franchise mutuelle, basée sur la croyance en autrui. 

Selon lui, parvenir à accorder sa confiance les yeux fermés serait le chemin vers le bonheur. 

Dès lors que l’on ne vit plus sur la retenue, on peut se livrer totalement et profiter d’expériences de partage.

En cela, « l’autre » que l’on découvre pleinement, représente une porte d’entrée vers notre propre satisfaction, vers notre propre félicité.

« Dès l’instant où vous aurez foi en vous-même, vous saurez comment vivre. »

Johann Wolfgang von Goethe

Citation de Goethe pour inviter à faire confiance

Le manque de confiance envers autrui a un coût

Après avoir souligné les avantages qu’une attitude fondée sur des relations de confiance, a généralement sur l’être humain, Philippe Bloch nous donne d’autres arguments.

Non seulement le contrôle des citoyens par la Société représente un coût financier direct (le contrôle des chômeurs par exemple), mais en plus une telle démarche contribue à créer un climat de méfiance entre les citoyens eux-mêmes.

Plus encore, le pessimisme hexagonal, le fameux « french paradox », aboutit à une déprime collective que l’on peut assimiler à une entrave vers le bonheur.

Les français ont tout pour être heureux, mais ils ne le sont pas forcément… 

Tel est le paradoxe que souligne l’auteur et tel est le prix ou plutôt le coût du manque de confiance en l’avenir, en son prochain.

« Il existe un puissant sentiment de foi en l’avenir individuel, mais qui ne parvient plus à se projeter à l’échelon collectif. »

Robin Rivaton

Les conséquences négatives de ne plus accorder sa confiance

La défiance envers l’autre

Parmi les effets négatifs du climat de méfiance, de la perte de confiance envers tous ceux qui nous entourent, on peut citer l’apparition d’une forme de pessimisme généralisé.

Ce qui est terrible à dire est que cette ambiance négative est à la fois une cause et une conséquence et que du coup, elle contribue à créer dans la Société, une forme de spirale pessimiste.

En effet, dès lors que les mentalités que nous côtoyons n’aspirent plus aucune foi dans les politiques qui gouvernent, dès lors que la suspicion et la défiance sont dans toutes les têtes, c’est l’atmosphère générale qui en pâtit. 

A force d’entendre des histoires de corruption, de mensonges et d’escroqueries de la part de ceux qui dirigent le pays dans les médias, le citoyen lambda finit par perdre tout espoir.

Dès lors, les valeurs de solidarité et d’entraide laissent place à une forme de méfiance à l’égard des autres citoyens que l’on juge bien plus facilement profiteurs ou paresseux.

La transformation des mentalités et le fait de ne plus croire en l’équité des chances dans la Société est naturellement une mauvaise nouvelle qui aura forcément des effets ravageurs à moyen et long terme sur le moral général.

« Parfois la solitude n’est que le résultat d’une vie pleine de défense. »

Augusto Branco

Perte de solidarité dans la Société

Evoquer les effets sur le moral général, cela revient à souligner que l’impact de ne plus être capable d’accorder sa confiance à son prochain, puisque cela détruit petit à petit les liens qui unissent les citoyens entre eux.

Que ce soit avec la disparition de la notion de sacrifice ou simplement le refus de faire un effort pour l’intérêt collectif (en prenant sa part du travail commun) et ce sont les fondements même de la Société qui sont menacées.

Or, comme le souligne Philippe Bloch, la confiance et l’entente dans une Société sont les bases de la démocratie. Cette dernière est ainsi menacée par toutes formes de communautarismes et de clivages entre citoyens.

Pour l’auteur, c’est la conséquence évidente de l’échec des hommes politiques.

Un système scolaire à réformer

Dans son livre l’auteur s’attarde également sur le décalage du système scolaire qui n’est plus selon lui en phase avec l’épanouissement des élèves.

Tout le problème est que c’est précisément à l’école que commence la vie d’un être humain et que c’est là que l’on doit prendre l’habitude de chercher à s’épanouir.

En décrivant le système scolaire comme une machine à détruire la confiance et à créer de l’ennui, Phillipe Bloch pose les bases du mal qui sabote les bases de notre Société.

En soulignant qu’il n’est pas normal de voir des adolescents manifester dans la rue leurs inquiétudes pour l’avenir du système de retraite, l’auteur met le doigt et démontre à quel point l’école agit comme une broyeuse d’espoirs.

Au lieu d’ouvrir les esprits et d’entretenir (voire de développer) l’estime personnelle et la confiance en soi, le système scolaire actuel contribue grandement à détruire l’espoir de s’en sortir chez les individus les plus faibles.

Au lieu de rebattre les cartes et de donner une prime au mérite cette machine ne laisse aucune chance aux plus fragiles et les fait douter de leurs propres capacités.

Pour ne rien arranger, l’institution serait menacée par sa difficulté à s’adapter aux nouvelles technologies, et aux nouvelles façons d’acquérir le savoir.

Sur ce plan il y a urgence à réformer l’école, pour le bien des générations futures qui risquent fort de se trouver en total décalage avec la réalité de leur monde.

Comment retrouver confiance selon Philippe Bloch ?

La technique des petits pas

La technique des petits pas, aussi connue sous le nom de Keizen au japon, définit à l’origine une technique d’amélioration continue dans le milieu industriel.

« Sème un acte, tu récolteras une habitude; sème une habitude, tu récolteras un caractère; sème un caractère, tu récolteras une destinée. »

Tenzin Gyatso

L'importance d'avancer vers son but dans la vie avec confiance

Chaque jour, il suffit de faire un petit pas vers le mieux, pour atteindre à la fin de l’année des résultats nettement meilleurs. 

Ce qui fonctionne dans le milieu industriel, peut également être appliqué dans la vie de tous les jours. On peut ainsi décider de lire 2 pages d’un livre de développement personnel chaque jour du premier mois. Puis, le second mois, en lire quatre tous les soirs et ainsi de suite…

En fin d’année on aura lu 3 livres. On aura fait un pas de géant ! 

Et le plus fou, c’est que tout le chemin parcouru avec cette méthode l’est généralement sans effort. Sans s’en apercevoir on peut progresser dans tous les domaines de sa vie à condition de mettre de bonnes habitudes en place, et d’avoir de la rigueur.

A Retenir 

Le constat fait par l’auteur semble évident : nous devons réapprendre à faire confiance, nous devons réapprendre à être optimiste pour l’avenir.

 Comment changer son état d’esprit ? Et bien pour Philippe Bloch, cela passe par une forme de lâcher prise.

C’est en cessant de vouloir tout contrôler que nous pouvons mieux vivre et aller vers le bonheur.

Changer son mindset, doit même être une démarche nationale, une démarche que tous les français devraient entreprendre, car chaque culture est différente, chaque pays a plus ou moins de facilités à lâcher la bride pour oser changer ses habitudes

A la différence des pays anglosaxons, plus libéraux, la France est encore trop ancrée dans ses traditions et dans la préservation de son patrimoine selon Philippe Bloch.

Mais ce qu’il faut retenir, est qu’un tel état d’esprit peut évoluer et que le fait de plus souvent accorder sa confiance est un excellent remède. 

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hésitez pas à le partager 😉😉

 
Partager

2 réflexions au sujet de “➤ Pourquoi faut-il faire confiance dans la vie ? (chapitre 2)”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.