➀ Comprendre le mystĂšre des songes pour mieux gĂ©rer son affect

Certains vous diront que l’ennemi n° 1 de la confiance en soi, c’est les Ă©motions. Qu’il est absolument nĂ©cessaire d’apprendre Ă  maitriser ses Ă©motions, faire face quand la colĂšre, la panique ou la jalousie nous envahissent.

Certes, savoir garder son sang-froid est utile dans bien des cas.

Mais trop vouloir contrÎler, gérer ou réguler ses émotions sans chercher à les comprendre nous mÚne souvent à reproduire des comportements destructeurs ou stériles.

Les pensĂ©es ou Ă©motions « dites » nĂ©gatives tout comme les rĂȘves, bien souvent peu considĂ©rĂ©s, ont tout Ă  fait leur place et leur utilitĂ© dans notre rĂ©alitĂ© quotidienne.

En nous alertant de maniĂšre plus ou mois agrĂ©able, ils reprĂ©sentent des moteurs de transformation Je vous invite pendant ces quelques minutes de lecture Ă  regarder diffĂ©remment le rĂŽle des rĂȘves et des Ă©motions pour dĂ©couvrir leur potentiel de rĂ©alignement vers plus de cohĂ©rence, de calme et de sĂ©rĂ©nitĂ©.

Alors si cela vous tente, montez maintenant à bord et voguons ensemble sur le fleuve Émotion.

Nous ferons escale au port des neurosciences, sur les rives de la psychologie puis nous visiterons l’affluent de la guidance personnalisĂ©e par les rĂȘves.

 

Image de tranquillité et de calme

PrĂ©sentation de l’auteure :

Cette semaine j’accueille sur le blog, Marie, qui nous Ă©voque dans son article la relation entre les Ă©motions et les rĂȘves.

Bonjour, je suis Marie du blog Lune de rĂȘves. Educatrice spĂ©cialisĂ©e mais aussi rĂȘveuse, voyageuse et chercheuse en vie meilleure, j’ai la chance de publier un article invitĂ© sur le thĂšme des Ă©motions et des rĂȘves. J’espĂšre que vous l’apprĂ©cierez. Bonne lecture !

 

Les recherches neuroscientifiques prouvent le rĂŽle rĂ©gulateur des rĂȘves sur les Ă©motions

Les neurosciences regroupent tous les travaux scientifiques sur le systĂšme nerveux et le fonctionnement du cerveau humain.

Parmi les multiples domaines de recherche, plusieurs milliers de laboratoires dans le monde s’intĂ©ressent aujourd’hui au sommeil et aux rĂȘves.

Les Ă©tudes qu’ils mĂšnent participent Ă  une nouvelle comprĂ©hension du phĂ©nomĂšne du rĂȘve, notamment sur sa fonction naturelle de rĂ©gulation des Ă©motions.

Comment nos cerveaux perçoivent-ils la peur dans les rĂȘves ?

Le 25 novembre 2019, l’UniversitĂ© de GenĂšve publiait un communiquĂ© de presse intitulĂ© « Quand les rĂȘves nous prĂ©parent Ă  affronter nos peurs ».

Les chercheurs de l’UniversitĂ© suisse, en collaboration avec l’UniversitĂ© du Wisconsin (États-Unis), ont identifiĂ© les zones cĂ©rĂ©brales actives lorsque la peur est ressentie en rĂȘve.

Les principales rĂ©gions cĂ©rĂ©brales influentes pendant les rĂȘves angoissants sont impliquĂ©es Ă©galement dans le contrĂŽle des Ă©motions Ă  l’état de veille :

  • l’insula, appelĂ©e aussi cortex insulaire, est gĂ©nĂ©ralement associĂ©e aux fonctions limbiques (cerveau Ă©motionnel). SystĂ©matiquement activĂ© dans les situations stressantes, il joue aussi un rĂŽle dans l’évaluation des Ă©motions Ă  l’état de veille ;

  • le cortex cingulaire a pour fonction la prĂ©paration des rĂ©actions motrices et comportementales en cas de danger ;

  • l’amygdale joue un rĂŽle essentiel dans la gestion de nos Ă©motions, en particulier nos rĂ©actions de peur et d’anxiĂ©tĂ©.

 

interprĂ©tation des rĂȘves qui font peur

Image par Pezibear de Pixabay 

Cette Ă©tude a dĂ©montrĂ© que la peur ressentie en rĂȘve et Ă  l’état de veille, active ces mĂȘmes rĂ©gions du cerveau.

Les chercheurs ont ensuite comparé les IRM des participants face à des images émotionnellement négatives.

Ils ont ainsi mis en Ă©vidence que les personnes qui avaient davantage ressenti la peur pendant leurs rĂȘves gĂ©raient mieux leurs Ă©motions quand ils y Ă©taient confrontĂ©s Ă  l’état de veille.

« Les rĂȘves peuvent ĂȘtre considĂ©rĂ©s comme un vĂ©ritable entraĂźnement de nos futures rĂ©actions et peuvent potentiellement nous prĂ©parer Ă  affronter les dangers ».

Lampros Perogamvros.

chercheur dans le laboratoire Sommeil et Cognition de l’UniversitĂ© de GenĂšve (UNIGE)

Quand nous rĂȘvons, les parties du cerveau responsables des Ă©motions se dĂ©chaĂźnent alors que celles qui les rĂ©gulent Ă  l’état de veille sont mises en sourdine.

VoilĂ  pourquoi les Ă©motions et images perçues en rĂȘves semblent si vraies et intenses. Pour en apprendre davantage sur ce qui se passe dans nos cerveaux quand nous dormons et rĂȘvons, je vous invite Ă  lire cet article sur les cycles du sommeil.

Comment les rĂȘves permettent-ils de mieux maitriser ses Ă©motions ?

Chaque nuit, le cerveau trie, filtre en quelque sorte, toutes les Ă©motions ressenties pendant la journĂ©e. Plusieurs Ă©tudes ont confirmĂ© la thĂ©orie selon laquelle les rĂȘves permettent d’évacuer les Ă©motions dĂ©sagrĂ©ables.

Parmi les personnes qui viennent de divorcer par exemple, celles qui rĂȘvent le plus de leur ex-conjoint(e) souffrent moins longtemps de cette situation.

Le rĂȘve permet de digĂ©rer les Ă©motions vĂ©cues de façon nĂ©gatives, estomper, transformer la colĂšre, la tristesse, la culpabilitĂ© ou la rancƓur.

Le laboratoire des rĂȘves et des cauchemars de MontrĂ©al a publiĂ© une Ă©tude sur le lien entre la difficultĂ© Ă  exprimer les Ă©motions (alexithymie) et les rĂȘves.

Les personnes alexithymiques se souviennent moins souvent de leurs rĂȘves. En comparaison avec les sujets contrĂŽles, leurs rĂȘves se rĂ©vĂšlent plus banals et moins intenses Ă©motionnellement.

Cela ne veut pas dire que vous souffrez de cette maladie si vous ne vous souvenez peu de vos rĂȘves ! Cependant il existe quelques astuces pour y remĂ©dier.

Les applications de la science des rĂȘves sur la gestion des Ă©motions

Selon ces diverses Ă©tudes, il a Ă©tĂ© mis en lumiĂšre que nous rĂȘvons pour : 

  • contrĂŽler nos angoisses ;
  • entrainer notre cerveau Ă  rĂ©agir Ă  des situations stressantes, rĂ©viser nos examens ;
  • dissoudre les Ă©motions dites nĂ©gatives, guĂ©rir d’évĂšnements traumatiques ;
  • dĂ©velopper nos capacitĂ©s Ă  exprimer nos Ă©motions et notre crĂ©ativitĂ© ;
  • faciliter l’apprentissage et l’assimilation de nouvelles connaissances.

PrivĂ©s de sommeil paradoxal, nous risquons l’effondrement.

Le sommeil et les rĂȘves sont indispensables Ă  notre santĂ©. Les applications des recherches neuroscientifiques sur les rĂȘves ont d’ailleurs ouvert des perspectives thĂ©rapeutiques prometteuses.

Il est aujourd’hui de plus en plus largement admis qu’on peut se libĂ©rer des cauchemars rĂ©currents, apprivoiser ses angoisses et son anxiĂ©tĂ© grĂące aux rĂȘves lucides.

La prĂ©vention de certaines maladies ou l’attĂ©nuation de symptĂŽmes est Ă©galement de nouveau Ă©tudiĂ©e.

Les rĂȘves sont une fenĂȘtre ouverte sur notre inconscient et nos Ă©motions

Image par Anastasia Gepp de Pixabay 

En nous permettant de mieux assimiler, apprendre et vivre nos Ă©motions, les rĂȘves agissent sur nous qu’on le cherche ou non.

Oser regarder par la fenĂȘtre qu’ils ouvrent sur les peurs, dĂ©sirs et espoirs que nous n’avions pas perçus consciemment peut nous permettre de comprendre et rĂ©soudre des problĂšmes Ă©motionnels.

C’est ce que d’autres spĂ©cialistes tentent de faire depuis des siĂšcles : extraire le sens, la signification des rĂȘves pour percer les secrets et les profondeurs de la psychĂ© humaine.

Remontons un peu notre fleuve Émotion vers l’histoire moderne de l’interprĂ©tation des rĂȘves.

L’interprĂ©tation psychologique des rĂȘves : du rĂȘve poubelle de Freud au rĂȘve initiatique de Jung  

ConsidĂ©rĂ© comme canal vers l’au-delĂ  dans de nombreuses traditions religieuses antiques, le rĂȘve fut longtemps considĂ©rĂ© comme une fenĂȘtre sur l’avenir.

MĂ©decins, hommes politiques, inventeurs, sans parler des artistes, s’en servaient pour appuyer leurs diagnostics, dĂ©cisions, recherches, crĂ©ations.

TantĂŽt vĂ©nĂ©rĂ©s, reniĂ©s, discrĂ©ditĂ©s, les mystĂšres des rĂȘves ont donnĂ© naissance Ă  d’innombrables thĂ©ories pas toujours trĂšs Ă©tayĂ©es


Deux grands noms de la psychologie moderne donnĂšrent au rĂȘve un nouveau statut et une lĂ©gitimitĂ© moins mystique : Sigmund Freud, le pĂšre de la psychanalyse et Carl Gustav Jung, grand-pĂšre du MBTI, bien connu des lecteurs de ce blog et fondateur de la psychologie analytique.

La thĂ©orie freudienne : expulser ses peurs et ses pulsions par les rĂȘves

Freud plaça l’interprĂ©tation des rĂȘves au centre de la nouvelle discipline qu’il crĂ©a au dĂ©but du XXe siĂšcle, la psychanalyse.

Selon lui, les songes donnaient accÚs aux désirs intimes ou refoulés par notre inconscient. Les examiner offrait donc un moyen de traiter les névroses.

« Les rĂȘves reprĂ©sentent la voie royale vers la connaissance des activitĂ©s inconscientes de l’esprit. »

Sigmund Freud, L’interprĂ©tation des rĂȘves

Le rĂȘve selon Freud s’interpose dans notre perception de nous mĂȘme pour nous protĂ©ger de ce que nous ne pourrions pas supporter.

Il distinguait le « contenu manifeste » (les images et scĂ©narios de nos rĂȘves dont nous nous souvenons) du « contenu latent » (les dĂ©sirs et Ă©motions rĂ©primĂ©es qui les inspirent).

Durant la journĂ©e, le mĂ©canisme de contrĂŽle des Ă©motions et de l’esprit qu’il nommait « censeur » tient Ă  l’écart les pensĂ©es menaçantes ou socialement inavouables.

Elles s’expriment et se frayent un chemin vers la conscience durant notre sommeil, Ă  travers les rĂȘves.

L’inconscient Ă©tait considĂ©rĂ© ici comme le terreau de nos dĂ©sirs primaires refoulĂ©s et les rĂȘves, comme une sorte de purge.

Ils nous permettraient d’expulser nos fantasmes sexuels, peurs et dĂ©sirs incontrĂŽlables pour maintenir notre Ă©quilibre psychique.

La thĂ©orie jungienne : le rĂȘve guide vers l’unification de l’individu

Un autre psychiatre suisse passionnĂ© par les rĂȘves poursuivit le travail de Freud.

De leurs correspondances et rencontres enthousiastes dans un premier temps, naquit une profonde dissonance qui mena Ă  la rupture entre les deux hommes.

Jung critiquait Freud sur son obsession pour le sexe dans l’interprĂ©tation des rĂȘves et le rĂŽle limitĂ© qu’il vouait Ă  l’inconscient.

Pour Jung, les rĂȘves enseignent et rĂ©vĂšlent les secrets de notre personnalitĂ© et de notre vie intĂ©rieure.

À travers les concepts d’inconscient collectif et inconscient individuel, les archĂ©types, ou encore le principe fĂ©minin et le principe masculin (anima et animus), son ƒuvre nous permet de mettre en lumiĂšre et d’intĂ©grer les parties de notre psychisme restĂ©es dans l’ombre, nĂ©gligĂ©es, rĂ©duites au silence.

« Le rĂȘve donne une image vraie de l’état subjectif, alors que l’esprit conscient nie son existence ou ne le reconnaĂźt qu’à contrecƓur. »

Être vraiment soi maitriser ses excùs

Image par Gerd Altmann de Pixabay

InterprĂ©ter ses rĂȘves c’est devenir conscient et maitre de ce qui guide nos (rĂ©)actions

Les rĂȘves nous permettent de rĂ©guler nos Ă©motions naturellement pendant notre sommeil.

Leur interprĂ©tation rend accessibles nos dĂ©sirs rĂ©primĂ©s, mais aussi nos ressources inexploitĂ©es et tous les rouages qui s’interposent, Ă©chappant Ă  notre conscience.

Comme d’autres disciplines favorisant le bien-ĂȘtre, l’interprĂ©tation des rĂȘves permet d’apaiser, comprendre ses rĂ©actions, mieux maitriser ses Ă©motions et gagner en confiance en soi.

Pas dans le sens de contrÎler, dompter pour faire taire nos vives réactions. Cela reviendrait à lutter contre quelque chose de nécessaire.

Au contraire, les Ă©motions prĂ©sentes dans nos rĂȘves comme dans nos vies rĂ©veillĂ©es, nous permettent de retourner comme leur Ă©tymologie le suggĂšre, Ă  ce qui remet en mouvement.

Elles nous donnent l’occasion de redresser la barre de notre embarcation sur le fleuve Émotion quand une crue menace, un affluent que nous avons empruntĂ© devient dangereux, nĂ©faste ou qu’une tempĂȘte Ă©clate dans notre entourage.

L’illogisme des rĂȘves rĂ©vĂšle nos incohĂ©rences et nos angoisses

Sans filtres, ambigus, burlesques ou terriblement angoissants, les rĂȘves peuvent surprendre, dĂ©ranger, perturber fortement. Leur aspect Ă©trange et parfois dĂ©cousu donne libre cours Ă  bon nombre de prĂ©jugĂ©s :

  • ils n’ont aucune logique donc aucun sens ;
  • ils reprĂ©sentent un refuge dans l’imaginaire, une fuite de la rĂ©alitĂ© ;
  • ils nous dĂ©connectent de notre quotidien, s’opposent Ă  la maitrise de soi.

En prenant un peu de recul, ne peut-on pas en dire autant de nos croyances limitantes, nos peurs, nos incohĂ©rences ? Nos rĂȘves, comme nos Ă©motions, nos pensĂ©es expriment et dĂ©crivent notre perception de la rĂ©alitĂ©.

Nous ressentons de la colÚre, des désirs, de la méfiance.

Nous pensons vivre des injustices, des manques ou des trahisons. Et nous pouvons par exemple rĂȘver que notre femme (mari) nous trompe, que nous nous retrouvons nus en public ou que nous sommes poursuivis par une bĂȘte fĂ©roce ou un serial killer


Maitriser ses Ă©motions pour ne pas se laisser dominer par nos peurs

De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, les rĂȘves d’infidĂ©litĂ© rĂ©vĂšlent une tromperie de soi Ă  soi, envers ses propres valeurs.

Les tenues inappropriées dans les lieux publics évoquent la peur du jugement, la timidité, la crainte du regard des autres


Et les rĂȘves et cauchemars de poursuite ou d’agression traduisent un sentiment de menace, souvent en rapport avec notre propre tendance Ă  nous autocritiquer, nous dĂ©valoriser.

L’image du serial killer par exemple Ă©voque ce fonctionnement destructeur qui tue Ă  rĂ©pĂ©tition de beaux et innocents aspects de nous-mĂȘmes.

Évidemment, ces pistes d’interprĂ©tation sont Ă  nuancer en fonction de chaque rĂȘveur et des autres Ă©lĂ©ments de son rĂȘve mais elles permettent de dĂ©jĂ  de mieux s’accepter plus de tolĂ©rance envers soi.

L’interprĂ©tation des rĂȘves dĂ©veloppe notre intelligence Ă©motionnelle

Le langage des rĂȘves possĂšde sa propre logique, celle des symboles. Parfois trĂšs parlants ou complĂštement obscurs, les scĂ©narios et images oniriques sont souvent chargĂ©s Ă©motionnellement.

On peut se rĂ©veiller tantĂŽt en sueur aprĂšs un terrible cauchemar, embarrassĂ© par un rĂȘve Ă©rotique avec son patron ou dynamisĂ© par un voyage extraordinaire qui donne une pĂȘche d’enfer toute la journĂ©e.

La plupart des gens ne prennent pas le temps de noter ni d’interprĂ©ter leurs rĂȘves. Parce qu’ils prĂ©fĂšrent continuer Ă  penser que l’interprĂ©tation des rĂȘves est du charlatanisme pour les amateurs de mystique, qu’il n’est pas possible ou Ă  leur portĂ©e de comprendre un rĂȘve ou qu’ils prĂ©fĂšrent continuer Ă  rĂȘver de maniĂšre abstraite plutĂŽt que de remettre en question concrĂštement leur personne pour grandir.

Pourtant, les rĂȘves sont de prĂ©cieux alliĂ©s pour mieux comprendre et maitriser ses Ă©motions, au quotidien. Une fois interprĂ©tĂ©s, ils nous permettent de prendre conscience :

  • des Ă©motions ressenties la veille, de les identifier, les reconnaĂźtre et les nommer ;

  • des Ă©vĂšnements, paroles, comportements qui ont dĂ©clenchĂ© ces Ă©motions ;

  • des comportements, habitudes de pensĂ©es ou d’agir qui nous freinent, nous paralysent, nous emprisonnent dans nos zones de confort et rĂ©actions incohĂ©rentes ;

  • du dĂ©calage avec nos dĂ©sirs profonds, nos objectifs, nos engagements.

Compilant nos mĂ©moires, notre actualitĂ© quotidienne avec notre intelligence profonde, les rĂȘves nous offrent des opportunitĂ©s de mieux nous connaĂźtre et nous rĂ©aliser chaque nuit.

L’interprĂ©tation des rĂȘves enseigne de façon personnalisĂ©e Ă  maitriser ses Ă©motions

Vous faites souvent des rĂȘves peu agrĂ©ables, voire dĂ©sagrĂ©ables ?

Rassurez-vous, c’est normal ! Certaines personnes rĂȘvent rĂ©guliĂšrement d’agression ou de poursuite tandis que d’autres se souviennent avoir attaquĂ© ou provoquĂ© les personnages de leurs rĂȘves.

Selon une Ă©tude menĂ©e par Calvin Hall et Robert Van de Casteele, deux psychologues amĂ©ricains des annĂ©es 1940, les rencontres violentes en rĂȘve sont deux fois plus frĂ©quentes que les amicales.

Les rĂȘves mettent en scĂšne nos conflits internes et rĂ©vĂšlent le fonctionnement de notre esprit, notre rapport aux autres, au monde extĂ©rieur.

Antti Revonsuo, un neuroscientifique finlandais a Ă©galement relevĂ© dans les annĂ©es 1990 que la plupart des Ă©motions prĂ©sentes dans les rĂȘves sont ressenties comme nĂ©gatives.

Les plus courantes sont la peur, l’impuissance, l’anxiĂ©tĂ© et la culpabilitĂ©.

Chaque nuit, en réorganisant les informations, pensées, émotions perçues pendant la journée, notre cerveau crée une sorte de « film maison ».

Ce scĂ©nario personnalisĂ© emprunte et mĂ©lange Ă©motions, personnages, symboles issus de notre entourage et de notre mĂ©moire. En nous mettant face Ă  nos perspectives, peurs et croyances, les rĂȘves nous encouragent ou nous alertent sur nos actions concrĂštes.

L’interprĂ©tation des rĂȘves offre un voyage vers la connaissance de soi en faisant Ă©merger Ă  la conscience ce qui a besoin de l’ĂȘtre en rapport avec ce que l’on vit : les blocages et les ressources auxquels nous n’avons pas accĂšs.

L’analyse des rĂȘves a souvent Ă©tĂ© rejetĂ©e sans avoir Ă©tĂ© expĂ©rimentĂ©e, dĂ©nigrĂ©e par incomprĂ©hension, mĂ©fiance ou manque de courage.

Des disciplines aujourd’hui reconnues pour leurs vertus apaisantes et thĂ©rapeutiques ont longtemps souffert du mĂȘme traitement : yoga, sophrologie, mĂ©ditation ou hypnose


GrĂące aux travaux des neurosciences, le sommeil et les rĂȘves sortent enfin de l’ombre.

De vieilles connaissances oubliées retrouvent une légitimité.

Le monde infesté dans lequel nous vivons pourrait-il y trouver des réponses aux enjeux de notre époque (mais aussi aux nombreux symptÎmes de manque de confiance en soi dont traite ce blog).

C’est mon point de vue et mon expĂ©rience d’aujourd’hui.

Sur les traces d’ArtĂ©midore, de Gandhi, de Jung, des spĂ©cialistes contemporains des rĂȘves, des fragments et mĂ©moires que je visite chaque nuit, j’emprunte le chemin de la transformation intĂ©rieure.

Je partage mes découvertes et égarements dans les mystÚres du monde onirique sur le blog Lune-de-reves.com

Symbole de maitrise et de compréhension de ses émotions

Image par Gerd Altmann de Pixabay 

La voie des rĂȘves nĂ©cessite du temps, de la pratique, une certaine humilitĂ© et ouverture d’esprit.

En effet, les rĂȘves ne disent pas ce que l’on souhaite entendre. L’égo s’en charge dĂ©jà ! Ne commencez Ă  explorer le contenu de vos rĂȘves uniquement si vous ĂȘtes prĂȘt(e)s Ă  vous remettre en question.

En revanche, si vous souhaitez dĂ©velopper votre intelligence Ă©motionnelle, approfondir votre connaissance de vous-mĂȘme et bĂątir une vie rĂ©ellement en accord avec votre nature profonde, vos rĂȘves sont lĂ  pour ça ! Ecoutez-les !

 

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hĂ©sitez pas Ă  le partager 😉😉

 
Partager

10 rĂ©flexions au sujet de “➀ Comprendre le mystĂšre des songes pour mieux gĂ©rer son affect”

  1. Merci pour cet article trĂšs complet. l’univers des rĂȘves et de leur interprĂ©tation m’a toujours semblĂ© fascinant!

     
    RĂ©pondre
  2. J’essaye justement d’aller vers cette approche et de faire plus attention Ă  mes rĂȘves depuis un certains temps pour me dĂ©couvrir plus. Je trouve le sommeil trĂšs important pour faire le “tri” par contre je n’avais jamais entendu parler de “Parmi les personnes qui viennent de divorcer par exemple, celles qui rĂȘvent le plus de leur ex-conjoint(e) souffrent moins longtemps de cette situation.” A mĂ©diter !

     
    RĂ©pondre
  3. J’ai appris beaucoup de choses avec la lecture de cet article, il est trĂšs complet et agrĂ©able Ă  lire !
    Je me suis toujours intĂ©ressĂ©e aux rĂȘves sans forcĂ©ment aller plus loin, or je pense que je vais m’y pencher plus sĂ©rieusement car c’est une partie de soi que l’on oublie trop souvent 😊
    Merci pour ce bel article !

     
    RĂ©pondre
    • Merci Ă  vous pour ce retour positif Estelle 😊

       
      RĂ©pondre
  4. Quel plaisir d’avoir lu cet article et je suis un grand fan de Carl Jung dont ses Ă©crits m’ont permis de comprendre les liens et dimensions de notre conscient et inconscient. Les rĂȘves , comme tout ce qui se passe dans notre corps et notre esprit, ont une fonction que nous ne pouvons ignorer et en les apprivoisant cela nous permet de trouver un ancrage personnel et intĂ©rieur … selon moi …

     
    RĂ©pondre
    • Merci Eric pour votre partage avec auquel je ne peux que souscrire 😊

       
      RĂ©pondre
  5. Merci pour cet article trĂšs intĂ©ressant. Ma compagne est en parfaite correspondance avec ce que vous dites. Elle rĂȘve beaucoup et ses rĂȘves sont toutes extrĂȘmement rĂ©alistes et prenants. Ils lui servent Ă  nettoyer beaucoup de ses Ă©motions anciennes et rĂ©centes. Je suis sĂ»r que cela l’aide beaucoup, mĂȘme si elle est souvent Ă©puisĂ©e le matin.

    C’est vrai que les rĂȘves sont un excellent moyen d’apprendre Ă  connaĂźtre son inconscient.

     
    RĂ©pondre
    • Merci pour ce retour et ce partage Ă  propos Yan 😊

       
      RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.