➀ Peur du chaos, phobie de la dĂ©sorganisation [VIDEO]

Introduction

Dans cet article (tirĂ© de la vidĂ©o du mĂȘme nom), je vous propose d’aborder la peur du chaos, la peur du dĂ©sordre, l’apprĂ©hension face au manque d’organisation propre notamment Ă  deux profils psychologiques de la matrice MBTI.

En fait, cette vidĂ©o s’inscrit dans une sĂ©rie que je souhaite faire sur les diffĂ©rentes peurs des profils psychologiques.

Nous appartenons tous Ă  l’une des 16 personnalitĂ©s du modĂšle inspirĂ© des travaux de Carl Jung, qui dĂ©crit 16 fonctionnements psychologiques humains.

Partir Ă  la dĂ©couverte de son profil, c’est commencer Ă  comprendre certains traits de comportements conscients et surtout inconscients qui gouvernent notre vie.

Parmi ces traits de comportement, on peut évoquer les signes du manque de confiance en soi qui nous caractérisent.

De mĂȘme, parvenir Ă  les identifier ou Ă  comprendre ses peurs constitue une formidable opportunitĂ© de dĂ©veloppement pour chaque individu.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Comprendre ses peurs

L’origine de la peur du dĂ©sordre et des inquiĂ©tudes de maniĂšre gĂ©nĂ©rale ?

Donc avant toute chose, je voudrais juste commencer par dĂ©finir ce que sont les peurs et surtout quelle peut-ĂȘtre leur utilitĂ©.

En effet, une peur n’est pas un dĂ©faut Ă  la naissance, une peur ça a une utilitĂ© et l’utilitĂ© d’une peur c’est prĂ©cisĂ©ment de prĂ©server l’espĂšce.

Si on raisonne d’un point de vue « darwinien », on va dire que les peurs permettent aux espĂšces de survivre.

Quand un animal entend un bruit, s’il s’enfuit ce n’est pas du fait des dĂ©cibels qui sont trop forts et qui ont fait mal aux oreilles, c’est plutĂŽt parce qu’il associe le bruit au danger.

En effet, concrĂštement et instinctivement il sait qu’un prĂ©dateur peut le manger.

VoilĂ , donc concrĂštement les peurs ont une utilitĂ© et si les 8 profils psychologiques ont chacun des peurs, il faut gommer l’impression de dĂ©faut.

Avoir peur n’est pas un dĂ©faut ! Non ce n’est pas vrai !

Il s’agit de quelque chose d’ancrĂ© en nous.

Donc la notion de peur, sur le plan de la loi de l’Ă©volution, est trĂšs importante Ă  comprendre, d’ailleurs on peut aussi parler de la pyramide de Maslow.

La pyramide des besoins

Abraham Maslow était un psychologue américain, célÚbre pour « sa » pyramide des besoins humains.

A la base de la pyramide, Maslow considĂ©rait que l’homme devait en prioritĂ© satisfaire ses besoins primaires, c’est-Ă -dire le fait de devoir manger, boire, dormir…

Ce n’est qu’une fois ces besoins satisfaits, qu’il va se concentrer sur la couche de besoins supĂ©rieurs, constituĂ©e de besoins un peu moins vitaux mais tout de mĂȘme assez urgents

Et ainsi de suite, plus il Ă©volue, plus il monte dans la pyramide.

Au dessus des besoins primaires, Maslow plaçait justement les besoins de sĂ©curitĂ©, c’est Ă  dire qu’il mit en Ă©vidence le fait que l’ĂȘtre humain avait le besoin de se sentir Ă  l’abri :

  • avoir un toit sur la tĂȘte,
  • se sentir en sĂ©curitĂ© au niveau de son emploi,
  • savoir qu’il va pouvoir manger tous les jours,
  • ne pas sentir sa vie en danger…

Si on revient sur la thĂ©orie de l’Ă©volution des espĂšces de Charles Darwin, Ă  l’Ă©poque de l’homme prĂ©historique, le besoin primaire Ă©tait de se nourrir et de rester en vie.

On peut considĂ©rer qu’Ă  cette Ă©poque, il s’agissait de satisfaire les besoins vraiment essentiels et basiques de l’homme.

Ce n’est qu’au fil de temps que l’ĂȘtre humain Ă  chercher Ă  satisfaire d’autres besoins plus Ă©voluĂ©s.

On comprend ainsi, que la peur est quelque chose d’inhĂ©rent Ă  la nature humaine sur le plan psychologique comme sur le plan de son Ă©volution.

Le rĂŽle des peurs

Cependant, il faut insister sur le fait que les peurs ont un rĂŽle.

LĂ  se situe l’intĂ©rĂȘt de les comprendre et de plonger Ă  leur dĂ©couverte pour parvenir Ă  les vaincre.

Travailler Ă  les dĂ©passer c’est faire un pas de gĂ©ant vers notre Ă©volution, et lorsque l’on comprend cela, on comprend que l’on est paramĂ©trĂ© selon notre profil psychologique.

Ceci fait qu’Ă  la base, Ă  la naissance, nous venons au monde avec la peur du changement, la peur des conflits, la peur de la routine… En fonction de chaque individu.

Il y a des tas de peurs qui peuvent ĂȘtre ancrĂ©es en nous et qui sont directement liĂ©es Ă  notre personnalitĂ© psychologique.

Donc tout l’intĂ©rĂȘt est de comprendre sa propre crainte inconsciente, de se connaĂźtre soi-mĂȘme, pour se donner l’opportunitĂ© de dĂ©passer ses limites invisibles.

Une telle dĂ©marche nous ouvre des opportunitĂ©s magiques, parce que cela nous ouvre des portes vers de nouvelles aventures de la vie que l’on n’aurait jamais connues autrement (si on s’Ă©tait cantonnĂ© dans le fait de ne pas braver l’inconfort).

Il faut apprendre Ă  connaĂźtre ses peurs, apprendre d’oĂč elles viennent et savoir qu’elles sont toutes « franchissables », si j’ose dire.

Donc aujourd’hui nous abordons la peur du chaos, la peur de la dĂ©sorganisation, qui est un sentiment plus spĂ©cifique Ă  deux profils psychologiques : l’ESTJ et l’ISTJ.

Si dans cette sĂ©rie d’articles / vidĂ©os, j’analyse chacune des peurs par paire de profil, c’est parce que les deux personnalitĂ©s psychologiques MBTI en question, ont les mĂȘmes fonctions (dominante et secondaire), simplement elles sont inversĂ©es.

En clair, les deux personnalitĂ©s psychologiques ont les mĂȘmes ressorts qui expliquent leur comportement inconscient.

Je reviendrai dans une prochaine vidĂ©o sur ce qu’est une fonction dominante plus tard.

VoilĂ  donc en gros, les profils ESTJ et ISTJ ont tous les deux des points communs.

On peut commencer par parler de leurs points forts, de leurs facilités.

L’ESTJ est un profil qui a une nature dominante de meneur.

C’est un champion pour organiser les choses, pour prendre en charge le maintien de l’ordre, pour cadrer son environnement.

Ceci est vrai aussi bien dans sa propre vie que dans celle des groupes et des associations auxquels il appartient.

DĂšs qu’il y a plusieurs personnes, c’est lui qui va organiser les choses.

Il a ce talent pour mettre de l’ordre, administrer, structurer les choses dans la vie.

Et bien sa peur naturelle, est justement de perdre le contrĂŽle de l’organisation, de ne plus avoir la main.

Sa peur, de perdre cette autoritĂ©, cache en quelque sorte celle de sombrer dans l’inefficacitĂ©.

Symbole de la peur du manque d'organisation

Image par levelord de Pixabay 

Cela représente son appréhension profonde. 

De son cĂŽtĂ© l’ISTJ, recherche la sĂ©curitĂ©.

Cette particularitĂ© est ancrĂ©e en lui. Ce profil, recherche Ă©galement l’ordre dans toutes les organisations auxquelles il appartient, un peu comme l’ESTJ.

Il aime les lois, les rÚgles, parce que pour lui, elles garantissent le cadre et assurent le bon fonctionnement de la Société.

Donc vous voyez que les deux profils sont assez similaires sur ce plan lĂ , et donc l’ISTJ, lui, a terriblement peur du chaos.

Il redoute grandement le « foutoir » et la désorganisation totale, parce que pour lui cela équivaudrait à une perte totale de ses repÚres.

Cela pourrait mĂȘme l’affecter au niveau de sa vie privĂ©e, que cela pourrait impacter directement.

Ce qu’il ne souhaite surtout pas.

Bref les deux profils psychologiques ont cette phobie en eux, et cela s’explique du fait de leurs paramĂ©trages psychologiques propres.

Donc, Ă  ce stade de l’article, que vous vous soyez reconnu ou pas dans ces descriptions et si vous voulez apprendre sur vous, je ne peux que vous inciter Ă  tĂ©lĂ©charger les descriptions que je propose sur le blog.

En synthĂšse, tout l’enjeu de comprendre sa peur du dĂ©sordre

Au travers de cet article nous avons pu plonger dans un fonctionnement psychologique plus spécifique à deux personnalités MBTI, dont la phobie inconsciente, se situe autour de la peur du désordre, de la désorganisation.

Comme pour tous les profils de la matrice MBTI, cette crainte profonde doit ĂȘtre perçue comme une formidable opportunitĂ©.

PlutĂŽt que de se lamenter sur son sort, comprendre son propre fonctionnement est toujours une bonne chose.

Pour les profils dont la crainte inconsciente est la peur de ne pas se rĂ©aliser dans la vie, une telle dĂ©marche pourra tempĂ©rer une forme d’oppression interne.

Pour les personnalitĂ©s psychologiques qui redoutent de devoir vivre dans une forme de routine, il s’agira d’adapter son style de vie pour entretenir une part d’excitation liĂ©e aux imprĂ©vus, aux changements de derniĂšre minute.

Et ainsi de suite pour chaque particularité propre à son profil.

Tout l’enjeu est de mieux se connaĂźtre et d’Ă©viter des effets qui peuvent influencer notre Ă©panouissement tel que le manque d’assurance, de confiance en soi, l’absence de raison d’ĂȘtre…

La bonne dĂ©marche est donc dans un premier temps de comprendre sa personnalitĂ©, pour pouvoir l’accepter et mettre en place des actions pour en corriger progressivement les imperfections. 

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hĂ©sitez pas Ă  le partager sur vos rĂ©seaux sociaux ! 😉😉

 
Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.