➀ Signes, origines et consĂ©quences d’un manque d’assurance ?

Si je devais donner une image pour illustrer le manque d’assurance Ă  une forme de grippe : on se sent fĂ©brile, sans Ă©nergie, on a envie de ne rien faire
 Bref, telle une maladie cette faiblesse au niveau de la confiance en soi agit comme un boulet que l’on traĂźne.

Mais le parallĂšle ne s’arrĂȘte pas lĂ  car comme ce mal-ĂȘtre, le dĂ©faut de certitudes a ses symptĂŽmes.

Ce sont tous ces signes avant-coureurs qui annoncent une période douloureuse dans laquelle nous allons ou sommes déjà rentré(e)s.

Au lieu d’avoir le nez qui coule et des maux de tĂȘte, la personne en passe de souffrir (plus ou moins durablement) d’un manque d’audace est assez facilement repĂ©rable.

La mauvaise nouvelle, est que si ces signes de manque de conviction sont visibles, nous pouvons ĂȘtre jugĂ©s en consĂ©quence
 On se fait tellement vite une image des gens aujourd’hui.

Mais la bonne nouvelle, est ce qu’ĂȘtre capable de dĂ©tecter ces signaux peut nous permettre de mettre en place un plan d’actions plus rapidement et donc plus efficacement.

Dans cet article nous allons tĂącher dans un premier temps d’énumĂ©rer les principaux indices qui ne trompent pas et nous signalent que nous manquons de certitudes.

Ensuite, nous creuserons du cĂŽtĂ© des origines pour essayer d’entrevoir les causes majeures de cette dĂ©faillance d’assurance qui peut radicalement affecter l’existence et empĂȘcher de reprendre confiance en soi.

Enfin dans la troisiĂšme partie, nous Ă©valuerons les consĂ©quences (forcĂ©ment nĂ©gatives) et l’impact que peut avoir une affection de nos croyances.

Image symbole des symptomes du manque de confiance en soi

Principaux Symptîmes du manque d’estime et de confiance en soi

Comment reconnaĂźtre les premiers signes d’une personne qui pĂȘche en terme de convictions ?

DifficultĂ© Ă  s’affirmer : on subit sa vie

Le premier des symptĂŽmes presque Ă©vident est la difficultĂ© Ă  s’imposer. J’entends par lĂ , un problĂšme pour s’affirmer et cela se manifeste sur plusieurs plans :

  • Sur le plan de l’espace, avec une rĂ©elle phobie Ă  l’idĂ©e d’occuper la place centrale de la scĂšne. La personne en manque de confiance a tendance Ă  s’effacer en se positionnant derriĂšre les autres membres du groupe.
  • Sur le plan de la discussion en parlant presque Ă  voix basse quand il faudrait au contraire s’affirmer d’un ton ferme, convaincu et non hĂ©sitant.
  • Mais Ă©galement sur le plan des idĂ©es, en amenant et dĂ©fendant ses propres opinions sans forcĂ©ment se « placer » dans un camp par facilitĂ©. On devient suiveur par simplicitĂ© pour ne pas s’exposer…

Ce premier prodrome est d’autant plus Ă©vident, que c’est Ă  la fois un signal et une consĂ©quence d’un Ă©tat de doute.

Tout le monde a dĂ©jĂ  vĂ©cu cette situation dĂ©stabilisante oĂč l’on parle mais oĂč personne ne semble nous entendre, cette scĂšne oĂč nos questions ou remarques ne donnent lieu Ă  aucune rĂ©action.

Avoir une personnalitĂ© et l’imposer aux autres n’est pas si Ă©vident…

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Plus on perd confiance plus on s’efface et plus on s’efface plus on perd son assurance…

C’est un cercle vicieux qu’il faut ĂȘtre en mesure d’inverser pour le rendre vertueux.

Mais le pire est que ce schĂ©ma ne se produit pas uniquement au cours de scĂšnes isolĂ©es de notre vie, il s’applique de maniĂšre gĂ©nĂ©rale Ă  l’ensemble de notre existence.

C’est en ça qu’il est important d’avoir conscience de ces premiers signes pour ĂȘtre en mesure de les dĂ©tecter que ce soit chez nos proches ou chez nous-mĂȘmes.

Le signal que l’on se pose trop de questions, que l’on doute

Le fait de s’interroger dans la vie peut ĂȘtre un signe d’éveil et de volontĂ© de progresser. AprĂšs tout remettre en question ce qui est imposĂ© comme un modĂšle par la SociĂ©tĂ© est au contraire la preuve d’une certaine force de caractĂšre.

Mais quand je dis que se poser trop de questions peut rĂ©vĂ©ler une forme d’inquiĂ©tude vis Ă  vis de l’avenir et une forme d’apprĂ©hension quant Ă  ses capacitĂ©s, je ne parle pas du mĂȘme type de questions.

Il y a une diffĂ©rence Ă©vidente entre s’interroger pour chercher Ă  amĂ©liorer un systĂšme ou une situation et se questionner pour des choses futiles et sans grande importance. Les enjeux se cachant derriĂšre les rĂ©ponses Ă  ces questions sont le meilleur baromĂštre pour Ă©valuer le niveau de sĂ©rĂ©nitĂ© d’un individu.

S’attacher Ă  rĂ©soudre des problĂšmes futiles met en Ă©vidence un manque criant d’audace et d’affirmation de soi.

L’habitude de broyer du noir et de se refermer sur soi-mĂȘme

La manifestation la plus commune d’une personne qui doute est certainement morale. Chacune des dĂ©cisions Ă  prendre, mĂȘme la plus simple, donne naissance Ă  des hĂ©sitations.

L’effet psychologique et physique qui accompagne ce tĂątonnement est souvent le fait de se refermer sur soi-mĂȘme.

Cela semble logique car si une personne Ă©volue dans un Ă©tat de crainte, c’est tout son corps qui va rĂ©agir « en mode survie » et vouloir se protĂ©ger en se contractant.

Plus qu’un comportement il s’agit d’une rĂ©action naturelle et automatique qui, concrĂštement, nous amĂšne Ă  ne plus sortir, Ă  ne plus parler aux autres personnes voire mĂȘme Ă  fuir ses propres amis
 En un mot on se dĂ©sociabilise progressivement.

Le pire dans cette situation c’est qu’on a beau en avoir conscience, on ne parvient pas à lutter contre !

Tel un boxeur acculĂ© dans les cordes on se recroqueville, on encaisse en attendant que cela passe. Malheureusement, il est rare que sans un plan d’action concret et des mesures drastiques cela fonctionne.

Image symbole de pessimisme et d'incertitude

Image par prettysleepy1 de Pixabay

La tendance Ă  Vivre dans le passĂ© et ne pas profiter de l’instant prĂ©sent

Autre indication sur le fait que l’on souffre d’un manque de confiance en soi : on vit dans le passĂ©.

Partant du principe que l’on ne maĂźtrise pas tout ce qui nous arrive dans le prĂ©sent et qu’on ne sait pas de quoi demain sera fait, on peut avoir tendance Ă  chercher du rĂ©confort dans ses souvenirs.

En d’autres termes, on vit dans le passĂ© pour ĂȘtre certain de ce que l’on va y trouver et vivre en dehors des troubles du prĂ©sent


Puisque nous choisissons les souvenirs dans lesquels nous nous rĂ©fugions, nous avons le pouvoir d’évoluer dans une ambiance qui nous fait du bien.

Si ce rĂ©flexe est effectivement bĂ©nĂ©fique pour notre moral, il peut se rĂ©vĂ©ler ĂȘtre un piĂšge.

En effet, vivre dans ses souvenirs c’est s’empĂȘcher de vivre l’instant prĂ©sent et se priver de faire des projets pour le futur.

En fin de compte, on se complaĂźt dans une forme de naĂŻvetĂ© et de mĂ©lancolie car on refuse d’affronter les incertitudes et de prendre des risques dans notre vie prĂ©sente.

Le réflexe de se trouver des excuses

Se chercher en permanence des excuses est Ă©galement une attitude de faiblesse, rĂ©vĂ©latrice d’une personne qui souffre d’indĂ©cision. Les affres de cette forme de scepticisme quant Ă  sa capacitĂ© Ă  rĂ©ussir sont trĂšs handicapantes car elles paralysent vĂ©ritablement la personne.

Si vous ĂȘtes dans ce cas, vous savez de quoi je veux parler.

Le manque d’assurance vous immobilise au point de vous rendre spectateur de votre propre vie et plutĂŽt que de parvenir Ă  rĂ©agir vous prĂ©fĂ©rez vous trouver des excuses.

Vous cherchez une Ă©chappatoire, une justification pour ne pas vous mettre en action et tenter de changer les choses.

Le plus difficile dans ce genre de situation, est d’ĂȘtre honnĂȘte avec soi-mĂȘme car une personne qui cherche des prĂ©textes plutĂŽt que des solutions sait au fond d’elle qu’elle ne prend pas les bonnes dĂ©cisions en se voilant la face.

Elle le sait, mais elle n’agit pas. Elle cherche des excuses plutĂŽt que des solutions par facilitĂ©.

Ce type de comportement est le symptîme d’une personne en manque d’assurance.

La facilité à procrastiner

Un autre indice qui laisse prĂ©sager un manque de sĂ©rĂ©nitĂ©, peut ĂȘtre la fĂącheuse tendance Ă  remettre au lendemain.

Sur ce plan, il est nĂ©cessaire de rester prudent car sur la plan psychologique, une des 4 dimensions qui constitue votre profil MBTI, est la prĂ©fĂ©rence du mode d’action.

Si certains individus apprĂ©cient particuliĂšrement le fait de prĂ©voir et d’anticiper toutes leurs actions (les personnes dites « Jugement »), d’autres privilĂ©gient le fait d’agir Ă  la derniĂšre minute (les ĂȘtres dits « Perception »).

Ces derniers considĂšrent inconsciemment que dĂšs lors qu’elles choisissent et agissent elles se privent peut-ĂȘtre d’une opportunitĂ© Ă  venir
 Ceci expliquerait, qu’elles considĂšrent la possibilitĂ© de dĂ©cider en derniĂšre minute comme le meilleur moyen de faire le bon choix.

Le modĂšle psychologique MBTI explique clairement que cette prĂ©fĂ©rence n’est pas voulue mais bien innĂ©e donc peu de chance de l’inverser.

Si vous souhaitez essayer de déterminer votre profil psychologique, vous pouvez faire le petit test que je propose.

Cependant, la tendance Ă  systĂ©matiquement remettre au lendemain, si elle n’est pas liĂ©e Ă  votre personnalitĂ© psychologique, peut ĂȘtre un symptĂŽme d’un manque de confiance.

On a tellement peur d’échouer, qu’on repousse les Ă©chĂ©ances en faisant l’autruche.

Si cette attitude ne mùne rarement à une solution, elle est bien l’expression d’une douleur.

Image symbolise le fait de repousser les échéances signe de manque de confiance en soi

Image par Gerd Altmann de Pixabay 

L’inclination Ă  chercher des coupables

Avant derniùre marque d’un manque de certitude : le fait de chercher des coupables.

Dans le mĂȘme esprit que la dĂ©marche consistant Ă  se chercher des excuses, une personne en mal de confiance en elle, peut ĂȘtre amenĂ©e Ă  chercher un responsable Ă  tous ses maux.

Cette attitude est une forme de réflexe défensif.

En effet, pour ne pas ĂȘtre pointĂ© du doigt l’individu va tenter de faire une diversion en mettant sous le feu des projecteurs une tierce personne.

Cela peut ĂȘtre considĂ©rĂ© comme une forme de lĂąchetĂ© mais c’est plus un signe rĂ©vĂ©lateur non pas de la personnalitĂ© intrinsĂšque de la personne mais plutĂŽt de son Ă©tat psychologique du moment.

Si vous ressentez ce type de syndrome, que souvent vous adoptez un tel comportement, il est fort Ă  parier que vous ne vous sentez pas bien dans votre peau.

Au contraire, une personne sĂ»re d’elle a gĂ©nĂ©ralement l’habitude d’assumer ses responsabilitĂ©s voire plus.

Elle est capable psychologiquement d’affronter une situation conflictuelle et de se poser en « sauveur ».

Constater des signes physiques

Enfin, huitiùme et dernier diagnostic que je tiens à aborder dans cet article, qui peut laisser penser qu’une personne souffre d’une carence de convictions : les signes physiques.

Aussi incroyable que cela puisse paraütre, notre corps n’est pas une simple enveloppe physique.

Ce dernier a un vĂ©ritable langage et une simple observation peut en dire long sur l’état de confiance d’un ĂȘtre.

De nombreux signes physiques trahissent ce que nous ressentons au fond de nous et savoir détecter certains indices peut nous révéler un état psychologique.

Je ne développerai pas ce sujet dans cet article mais si cela vous intéresse je vous renvoie à cet autre texte du blog traitant du langage du corps.

Pour faire simple, une personne en manque de confiance a gĂ©nĂ©ralement tendance Ă  se recroqueviller sur elle-mĂȘme au lieu de se tenir bien droite.

Sa dĂ©marche peut Ă©galement la trahir, si elle marche d’un pas hĂ©sitant au lieu d’avancer d’un pas ferme. Une simple observation sur sa façon de se mouvoir en dit long


Le regard Ă©galement peut vous en dire plus que vous ne le pensez sur l’état psychologique d’un individu.

Quand on est sĂ»r de soi, le regard se porte sur la ligne de l’horizon tandis que lorsque l’on doute nos yeux ne vont pas fixer plus loin que le mĂštre devant nous.

Toujours concernant le regard, il est aisĂ© de constater qu’une personne en pleine confiance vous parlera en vous regardant dans les yeux tandis qu’une personne qui doute a gĂ©nĂ©ralement un regard fuyant


Bref, je ne suis pas spĂ©cialiste en morphopsychologie, mais il est Ă©vident que le « body-langage » en dit long sur l’état psychologique d’une personne.

Quand le corps nous trahit et envoie des signes du manque de confiance en soi

Image par Gerd Altmann de Pixabay 

Quelles sont les origines du manque d’assurance

On n’est pas Ă  sa place dans son cercle de frĂ©quentations

« Ne pas se sentir à sa place » est un sentiment particuliÚrement déstabilisant.

Outre le fait que l’on peut ressentir l’impression d’un manque de lĂ©gitimitĂ©, cette sensation peut nous faire perdre nos moyens.

Parce que l’on est trop intùgre et que l’on ne veut pas jouer un rîle qui n’est pas le nître on peut ressentir le fameux syndrome de l’imposteur.

Autant chez certaines personnes, cela n’a aucun effet, autant chez d’autres cela peut leur faire perdre totalement leurs moyens. Se sentant en total dĂ©calage, cela peut les amener Ă  douter d’eux mĂȘmes ne se sentant pas Ă  leur place.

Plus simplement, ces personnes peuvent percevoir un dĂ©calage entre leur entourage et leurs vraies valeurs. Difficile dans ce cas lĂ  de jouer le rĂŽle d’un personnage qui n’est pas le nĂŽtre sur une longue pĂ©riode


Jim Rohn un célÚbre écrivain, coach et conférencier américain affirmait que :

« Vous ĂȘtes la moyenne des 5 personnes que vous frĂ©quentez le plus. »

Jim Rohn

C’est bien la preuve que les personnes que l’on frĂ©quente le plus ont une influence sur qui nous sommes.

Se forcer à composer nous met inévitablement dans un inconfort psychologique inévitable qui à terme nous fait perdre nos moyens.

Cela peut se produire dans sa vie personnelle mais Ă©galement au travail. Si on vous confie une mission Ă  responsabilitĂ©s et que vous n’en avez pas les compĂ©tences, inĂ©vitablement tĂŽt ou tard vous ressentirez une forme de malaise.

D’une part car il vous sera difficile de dĂ©livrer les rĂ©sultats attendus et d’autre part de maniĂšre plus gĂ©nĂ©rale car vous ne voudrez pas dĂ©cevoir les gens qui ont cru en vous.

On arrive pas Ă  exister et s'imposer car on a des symptomes du manque de confiance en soi

Image par Free-Photos de Pixabay

Son Ă©ducation

Un manque d’assurance peut Ă©galement trouver ses origines dans notre inconscient. On peut Ă©voquer par exemple, les Ă©crits du psychologue amĂ©ricain Fitzhugh Dodson, pour qui de nombreuses aptitudes se dĂ©termineraient avant l’ñge de 6 ans.

Dans son ouvrage rĂ©fĂ©rence, il expose sa thĂ©orie selon laquelle les premiĂšres annĂ©es de la vie seraient dĂ©terminantes dans l’éducation que donnent les parents.

MĂȘme si nous n’en avons pas conscience, il est fort probable qu’un manque de confiance en soi Ă  l’ñge adulte trouve des origines dans notre enfance.

Le truc qui rend plus complexe le fait de lever le voile sur cette potentielle explication, c’est que trĂšs souvent le fait que nous n’en avons aucun souvenir prĂ©cis.

Au mieux, on peut avoir un ressenti gĂ©nĂ©ral mais sans tĂ©moin8  il est impossible d’identifier un traumatisme si ancien.

Pourtant il est prouvé que nos premiÚres années jouent un rÎle essentiel sur notre personnalité.

Un enfant Ă©levĂ© dans un cadre familial Ă©quilibrĂ© avec des parents qui l’encouragent et le fĂ©licitent a, une fois adulte, inĂ©vitablement plus de chance d’avoir confiance en lui.

Le profil psychologique (MBTI)

L’influence de notre profil psychologique (au sens MBTI du terme) peut Ă©galement apporter un autre Ă©clairage aux origines d’un manque de certitudes.

Parmi les 16 personnalitĂ©s identifiĂ©es par le modĂšle certains d’entre eux sont rĂ©putĂ©s ĂȘtre de vrais bulldozers quand d’autres, plus sensibles, sont plus susceptibles de manifester des hĂ©sitations.

Je pense en priorité aux 8 profils prenant leurs décisions prioritairement en se basant sur leur affect, et encore plus à ceux dont cette fonction est leur fonction dominante (principale).

Les 4 personnalités psychologiques en question sont :

  • les ESFJ, dits les « altruistes »,
  • les ISFP surnommĂ©s les « artistes »,
  • les ENFJ, aussi appelĂ©s les « professeurs »,
  • et les « INFP », dits les « idĂ©alistes ».

Leur manque de recul face aux Ă©vĂšnement de la vie peut dĂ©clencher chez eux de vraies remises en question. ParticuliĂšrement influençables, ils peuvent se laisser entraĂźner dans une spirale mentale les menant au doute si elles n’y prennent pas garde.

Si vous ne connaissez pas lequel des 16 profils psychologiques identifiés par le MBTI vous correspond, je vous invite à faire le test (non officiel) que je propose sur mon blog.

Le mental humain influence notre niveau de confiance et déclenche les symptomes du manque de confiance en soi

Image par Gerd Altmann de Pixabay 

Les consĂ©quences majeures du manque d’assurance

Dans cette derniÚre partie nous allons aborder rapidement quelques unes des conséquences majeures du manque de confiance en soi.

Pour approfondir cette thématique en particulier, je vous invite à parcourir le blog.

Les effets sur l’estime de soi

PremiĂšre consĂ©quence majeure, qu’il me tient Ă  cƓur d’aborder, c’est la perte d’estime de soi.

Pour souligner Ă  quel point cette rĂ©percussion est nĂ©faste pour l’ĂȘtre humain, il suffit d’Ă©voquer les travaux d’Abraham Maslow.

Ce psychologue amĂ©ricain est restĂ© cĂ©lĂšbre pour ses travaux sur la thĂ©orisation des besoins de l’ĂȘtre humain.

En deux mots, il a reprĂ©sentĂ© sous la forme d’une pyramide les 5 catĂ©gories de besoins que chaque ĂȘtre humain a au cours de sa vie.

Au cours de sa vie, car Maslow explique bien qu’au fur et Ă  mesure que l’on comble certains de ses besoins, il est possible d’essayer de satisfaire la strate supĂ©rieure.

  • A la base de sa pyramide, les besoins Ă©lĂ©mentaires : ceux physiologiques (manger, boire, se reproduire…).
  • Au dessus, Maslow identifia les besoins dits “de sĂ©curitĂ©” (au niveau de sa situation Ă©conomique, de son intĂ©gritĂ© physique etc…)
  • La troisiĂšme strate que le psychologue amĂ©ricain distingua, fut celle des besoins d’appartenance. L’homme Ă©tant un “animal social”, nous avons ce besoin de nous sentir appartenir Ă  un groupe (amis, famille…)
  • Le niveau supĂ©rieur de la pyramide est prĂ©cisĂ©ment le besoin d’estime de soi ! Maslow le dĂ©finit comme le besoin que nous avons tous d’ĂȘtre reconnus et respectĂ©s par les autres.
  • Enfin la derniĂšre couche est constituĂ©e par la quĂȘte de rĂ©alisation de soi, par le besoin d’accomplissement personnel.

image de la pyramide de Maslow des besoins

MĂȘme si la thĂ©orie du psychologue amĂ©ricain a depuis Ă©tĂ© critiquĂ©e sur certains aspects, il n’en demeure pas moins que tout le monde s’accorde Ă  souligner l’importance de se sentir considĂ©rĂ© et estimĂ© pour l’ĂȘtre humain.

Malheureusement, le manque de confiance en soi agit directement sur cet aspect psychologique de notre personnalitĂ© et c’est en ça qu’il peut nous entraĂźner dans une spirale nĂ©gative.

Renforcer son mental, prendre conscience de ses forces, de ses qualitĂ©s uniques, permettent de s’estimer et ainsi de combler un besoin vital que nous avons tous en tant qu’ĂȘtre humain.

Ainsi il est possible d’arrĂȘter de se rabaisser, de minimiser ses propres rĂ©ussites et donc de s’auto-saborder…

Les répercutions sur ses choix de vie

Pour vraiment prendre conscience de l’impact que peut avoir un manque de confiance, il est nĂ©cessaire de prendre de la hauteur et de raisonner au niveau de son existence toute entiĂšre.

Combien de choix majeurs effectuĂ©s tout au long de notre existence ont Ă©tĂ© ou seront influencĂ©s par notre Ă©tat d’esprit.

Se dire que le fait de douter de ses propres capacitĂ©s peut nous influencer dans des dĂ©cisions cruciales qui influenceront le reste de nos jours, prĂ©cise encore plus l’enjeu dont nous parlons.

Cela peut aussi bien ĂȘtre au niveau de choix dans notre vie professionnelle (se lancer dans une nouvelle voie qui nous a toujours attirĂ©e) que sur un plan plus personnel (oser aborder quelqu’un).

On ne mesure pas Ă  quel point aborder les Ă©vĂšnements de notre existence avec de l’aplomb peut jouer un rĂŽle important.

Pour vous en convaincre, essayez d’imaginer ce que serait votre vie actuelle si vous aviez toujours osĂ©. Quelles pourraient ĂȘtre les consĂ©quences majeures que vous connaĂźtriez aujourd’hui ?

Mais vous pouvez objecter que vous avez peut-ĂȘtre fait le bon choix en laissant filer certaines opportunitĂ©s
 C’est vrai !

Mais en dehors de certains cas extrĂȘmes dans lesquels vous auriez mis en pĂ©ril votre intĂ©gritĂ© physique ou financiĂšre, il est fort Ă  parier qu’un surplus d’assurance vous aurait Ă©vitĂ© certains regrets Ă©ternels.

Conséquences sur les choix que l'on fait dans la vie

Image par Free-Photos de Pixabay

Les conséquences sur son cercle privé

Contrairement Ă  ce que l’on pourrait croire votre indĂ©cision permanente n’a pas uniquement des effets (nĂ©gatifs) que sur vous-mĂȘme.

Cela peut aussi avoir des conséquences directes sur votre entourage proche.

Vos amis d’une part peuvent avoir tendance Ă  s’éloigner progressivement. Suivant la mĂȘme logique que des personnes sĂ»res d’elles nous rassurent et nous attirent, faire preuve d’hĂ©sitations en permanence peut avoir l’effet inverse.

On pourrait presque lier ce phĂ©nomĂšne Ă  la notion de charisme. Nous sommes plus facilement attirĂ©s par quelqu’un qui s’impose naturellement que par quelqu’un d’effacĂ©.

Mais lĂ  oĂč les rĂ©percussions sont les plus gĂȘnantes (pour ne pas dire plus), c’est lorsqu’elles affectent directement notre cercle familial.

Un parent qui n’a pas confiance en lui sort inĂ©vitablement du rĂŽle que la SociĂ©tĂ© lui « impose » de tenir. Aux yeux de ses enfants, c’est un repĂšre en moins pour sa propre construction.

Comment comprendre Ă  l’ñge oĂč l’on se construit que nos parents ne sont pas les personnes les plus solides au monde ?

Comme nous l’avons dit prĂ©cĂ©demment beaucoup de choses se jouent dans l’enfance et ce constat rend d’autant plus dommageable le fait pour un parent de manquer de confiance en lui.

Image qui symbolise les conséquences de nos choix le manque de confiance en soi

Image par Free-Photos de Pixabay

L’influence au travail

MĂȘme si le domaine professionnel n’est pas aussi important dans une vie, il n’en reste pas moins qu’il est le secteur pour lequel il est le plus rĂ©guliĂšrement important de dĂ©montrer ses certitudes.

Dans quasiment tous les secteurs d’activitĂ©, les personnes qui arrivent Ă  s’imposer sont souvent celles faisant preuve de plus d’hardiesse et inspirant le plus d’aplomb.

Un chef a besoin d’ĂȘtre rassurĂ© quant Ă  la fiabilitĂ© de ses Ă©quipes et si les compĂ©tences intrinsĂšques de l’individu restent la meilleure garantie, l’impression qu’il dĂ©gage joue pour beaucoup dans la confiance qu’il inspire.

Dans un monde professionnel tendant Ă  ĂȘtre de plus en plus concurrentiel, cette dimension n’est pas Ă  nĂ©gliger.

Conclusion

MĂȘme si nous n’avons approfondi toutes les consĂ©quences qu’un manque de confiance en soi peut avoir sur notre vie, il est Ă©vident que nous touchons lĂ  un sujet majeur.

Pouvant avoir des effets sur le moyen et le long terme il est crucial de prendre ce sujet au sérieux pour soi comme pour ses proches.

DĂšs lors, ĂȘtre en mesure de dĂ©tecter les premiers signaux que quelque chose ne va pas, devient une aptitude salvatrice.

MĂȘme sans aller jusqu’à une telle extrĂ©mitĂ©, Ă©viter de s’enfoncer dans le doute est gage de libertĂ©.

LibertĂ© d’oser, libertĂ© d’entreprendre, libertĂ© de sortir de sa zone de confort


Commencer par diagnostiquer que la situation n’est pas optimum, est la premiĂšre Ă©tape pour mettre en place un plan d’actions pour tenter de relativiser certains Ă©vĂ©nements et reprendre confiance en soi.

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hĂ©sitez pas Ă  le partager 😉😉

 
Partager

8 rĂ©flexions au sujet de “➀ Signes, origines et consĂ©quences d’un manque d’assurance ?”

  1. Bonjour Nico, ton article m’a plu et moi aussi j’ai connu ce pb de manque de confiance , c’est un problĂšme profond qu’il faut exorciser en soi mĂȘme , il faut apprendre Ă  se pardonner et pardonner aux autres qui nous ont fait du mal, il faut faire ce travail sur soi mĂȘme pour devenir la mesure version de nous mĂȘmes, car si nous vivons avec nos vieux dĂ©mons ils vont nous dĂ©truire et dĂ©truire les gens autour de nous. Et tu as raison il faut entrepre Dre , osez car qui ne risque rien n’a rien, ça ne sert vraiment Ă  rien de chercher un bouc Ă©missaire . Pleurons , reconnaissons nos erreurs et relevons nous . La vie c’est un combat il faut toujours essayer de faire des choses qui vont nous amener a nous amĂ©liorĂ© de maniĂšre positive😊. Merci Nico pour cet excellent article.

     
    RĂ©pondre
  2. Un super article trÚs complet et intéressant ! Merci beaucoup !

     
    RĂ©pondre
  3. Merci pour cet article ! Le manque d’estime et de confiance en soi jouent un rĂŽle trĂšs important dans notre dĂ©veloppement. Ils empĂȘchent mĂȘme souvent complĂštement cela …

     
    RĂ©pondre
  4. Super article, c’est bien analysĂ©, je m’interroge sur les certitudes dont tu parles, j’ai un peu de mal Ă  en avoir, je vois tellement de personnes qui en ont trop et pas forcĂ©ment justes, mais je conçois aisĂ©ment que c’est important d’en avoir!
    Cet article est clair et me sera bien utile, un grand merci!

     
    RĂ©pondre
    • Tout est une question d’Ă©quilibre je pense 🙂 . Merci pour votre retour !

       
      RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.