3 arguments majeurs d’ignorer l’opinion d’autrui !

Introduction

Comment affronter le regard des gens ? Comment se moquer du regard des gens ? Si vous vous posez ce genre de questions c’est que vous souffrez peut-être de blemmophobie

Car oui, la science donne un nom à cette douleur qui concerne plus de gens que vous ne pensez. D’ailleurs, le fait d’avoir qualifié cette souffrance par un terme spécifique est sans doute la meilleure preuve que ce mal est très répandu dans notre Société.

Il faut bien le reconnaître, la dictature du paraître régit de plus en plus nos comportements, nos faits et gestes du quotidien. Mais même si nous sommes de plus en plus influencés par le regard des autres, il existe des moyens de s’en défaire.

Dans cet article, je vais vous présenter 3 raisons essentielles, à mes yeux, qui doivent vous motiver à vous détacher de ces influences néfastes à votre épanouissement. Car inévitablement, de la peur du regard des autres découle un manque de confiance en soi inévitable.

Cultiver l’indifférence pour oublier le regard des autres

Susciter une réaction c’est capter le regard des autres

Récemment j’ai vu une vidéo d’un blogueur que je suis, dans laquelle il expliquait quelque chose de très juste… En tant que personne très suivie sur les réseaux sociaux, il expliquait comment il vivait les inévitables critiques qu’il recevait.

Car une chose est certaine, plus vous vous montrez, plus vous vous exposez aux jugements (désagréables ou pas) des autres.

De nos jours, avec la place de plus en plus centrale que prennent les réseaux sociaux dans notre quotidien, il faut avoir le cuir bien épais pour encaisser les commentaires trop facilement malveillants.

critique-regard-des-autres

Ce blogueur, donc, expliquait tout simplement que le contraire de l’amour n’était n’est pas la haine mais l’indifférence. Cette remarque anodine est lourde de signification. Cela veut tout simplement dire que la meilleure des réactions à avoir face à une critique gratuite et méchante ne doit surtout pas être de laisser parler notre cœur. La meilleure des attitudes à adopter est le détachement. Feindre l’insensibilité doit devenir un réflexe.

Et après tout, si on suscite une réaction par nos propos, nos écrits ou par notre attitude c’est déjà que l’on existe. Nous le verrons un peu plus tard dans cet article mais plaire à 100% des gens est un exercice plus que difficile.

Jean-Jacques Goldman avait raison

Quand je me suis décidé à écrire cet article et mis en tête de parler de l’influence que le regard des autres peut avoir sur nous, j’ai immédiatement pensé à Jean-Jacques Goldman.

Pourquoi ? Et bien pour deux raisons.

La première, bien entendu, pour l’une de ses chansons du début de sa carrière. Pour expliquer ce titre Goldman raconta dans une interview que pour lui l’indifférence était l’un des pires sentiments que l’on pouvait éprouver à l’égard d’un autre être.

Même si l’intention de son titre était plus de condamner cette attitude, il explique bien qu’à ses yeux l’indifférence est une réaction bien plus puissante que le mépris ou la violence.

La seconde raison, est la pochette d’un de ses disques… Le grand Jean-Jacques Goldman, que tout le monde reconnaît aujourd’hui comme un monument de la chanson française, avait connu des débuts difficiles.

Lors de ses premiers concerts, il fut littéralement lynché par certains critiques… De quoi décourager plus d’un artiste. Et lorsqu’en 1996 il sortit un “best of”, je me souviens du petit livret qui accompagnait les deux CD…

article-critique-goldman

 

Autour d’une synthèse de toutes les critiques assassines ne lui prédisant aucun avenir, ces quelques mots : “Merci d’être venus quand même…”. Il s’adresse en fait à son public, qu’il remercie d’avoir préféré juger par lui même plutôt que de suivre les avis très négatifs de la presse.

A travers cette anecdote, je veux montrer à quel point le fait de savoir pourquoi, pour qui, ont fait les choses est une motivation suffisamment puissante pour permettre de se libérer du regard des autres et de poursuivre malgré la critique.

Au final, quelques années se seront passées et JJG a pu répondre de la meilleure des manières qui soit.

NB : sous chaque critique était bien précisé le nom de l’auteur et du journal.

Vous êtes unique (donc peu importe le regard des autres)

Il faut de tout pour faire un monde

“Il faut de tout pour faire un monde”

Autrement dit, que cela plaise ou non, le monde se compose de toutes sortes de gens.

Et heureusement !

En ayant conscience que chacun sur cette terre a sa place, que comme l’éléphant et la fourmi ont leur importance, vous avez également votre rôle à jouer. Accepter ce constat permet à l’évidence de se détacher du regard des autres.

Sans rentrer dans le détail des concepts du MBTI, simplement en restant au niveau des travaux de David Keirsey, il est possible d’en faire la parfaite démonstration.

David Keirsey, était un psychologue américain, qui s’intéressa aux “16 types MBTI” décrits par Isabel Briggs Myers et sa mère Katerine Cook Briggs (à l’origine de l’outil d’évaluation psychologique). Son énorme apport, fut le constat des liens qui existaient entre certains profils et le fait d’aboutir à des regroupements pertinents.

Il décrit au final 4 “tempéraments” :

  • Celui des “Idéalistes”, comme l’était Marcel Proust

  • Celui des “Rationnels”, comme peut l’être Bill Gates le fondateur de Microsoft

  • celui des “Artisans” (de projets), dont l’un des représentants est l’acteur et réalisateur Sylvester Stallone

  • et celui des “Gardiens” (des traditions), comme par exemple le Pape François.

Bref, chacun de ces 4 “tempéraments” se caractérise par un fonctionnement neurologique qui lui est propre, et même si chacun d’eux se re-subdivise en 4 sous-groupes, il n’en demeure pas moins que des grandes tendances se dégagent.

Sans rentrer dans le détail, des individus d’un groupe auront forcément du mal à comprendre que l’on puisse avoir un mode d’agissement différent du leur.

Un conservateur du tempérament des “Gardiens” aura du mal à concevoir le côté “dans la lune” et jamais les pieds sur terre que peut avoir une personne du “tempérament des “Idéalistes” sans un minimum de prise de recul.

point-de-vue

Chaque être a des qualités et des faiblesses

Les travaux du MBTI montrent bien que chacun des 16 “types” a ses propres préférences neurologiques, ce qui explique qu’il fonde ses prises de décisions sur sa logique avant d’écouter son cœur ou l’inverse…

Chacun a également ses propres facilités (ses talents), et c’est peut-être là, la meilleure façon de comprendre que chacun a sa place.

Un bon parallèle peut être fait avec le rugby. Pourquoi le rugby ? Parce que c’est le sport des complémentarités par excellence.

Dans une équipe de rugby, il y a aussi bien des joueurs trapus et costauds nécessaires dans les mêlées, que des grands pour récupérer les ballons en touche. Il y a aussi ceux qui courent vite et ceux qui bottent les coups de pieds de pénalité…

Certes vous avez des faiblesses, comme tout le monde ! Mais comme au rugby, le MBTI met en évidence que chacun a aussi des qualités spécifiques qui le rendent nécessaire.

En sachant que vous êtes unique, pour aurez déjà plus confiance en vous; et c’est prouvé, plus un individu a confiance en lui, moins il existera pour le regard des autres.

Acceptez que l’on ne puisse pas plaire à tout le monde

Vivre SA vie et se réaliser pas pour le regard des autres mais pour soi

Comment se moquer du regard des gens? Et bien en étant heureux !

En prenant conscience que vous êtes le seul maître de votre vie et que vous avez pour responsabilité de “vous réaliser” avant tout, vous allez naturellement oublier le regard des autres.

Partant du principe que l’on ne peut pas plaire à tout le monde ; considérant que le bien le plus précieux, que nous avons tous, est le temps car on ne peut le racheter… Comment ne pas se détacher de l’opinion des gens ? Comment ne pas voir la vie comme un compte à rebours qui nous incite à tout faire pour concrétiser nos rêves ?

Pour dépasser la peur du regard des autres, le secret est de se concentrer sur soi, sur qui l’on est vraiment. Le cœur ne ment pas ! Car après tout qui sait ce que vous désirez intimement mieux que vous ? Comment sans savoir ce qui l’anime, pourrait-on juger un être ?

Être aligné à votre vraie nature est la meilleure garantie, le meilleur bouclier que vous puissiez avoir contre le regard des autres. Et puis, comme le chante le rappeur Youssoupha

“Plaire à tout le monde c’est plaire à n’importe qui.”                                                                                                                                                                                 Youssoupha

Être fier de la personne que l’on est

La fierté est un sentiment qui existe en chaque être humain. A l’origine du besoin de reconnaissance il distingue l’homme de l’animal. Comme évoqué précédemment, quelle que soit votre personnalité vous devez savoir que vous êtes unique.

Au sein du MBTI il existe 16 profils, mais chaque être humain n’en demeure pas moins unique. Les nuances font que sur les 8 milliards d’individus sur terre il n’existe pas deux êtres semblables. Se savoir singulier rend n’importe quelle personne forcément incomparable…

La clé de la fierté, est de prendre conscience de cet aspect incomparable et unique. Le MBTI, permet en plus, de mettre des qualificatifs sur cette spécificité. C’est là que quiconque peut apprécier la personne qu’il est.

Sachant cela, pourquoi surestimer le regard des autres ?

D’ailleurs, dans le best seller de Don Miguel Ruiz, “Les 4 accords toltèques“, le second des 4 accords, “ne prends rien personnellement”, insiste bien sur le fait que ce que disent les gens n’est en fait “qu’une projection de leur propre réalité”… en aucun cas de LA réalité.

4-Accords-tolteques

En considérant que le point de vue d’autrui n’est pas forcément notre vérité, il est possible de prendre de la distance avec la pression que le regard des autres peut mettre sur notre comportement.

Vivre pour soi devrait définitivement être la philosophie de vie de qui veut être heureux.

En Deux Mots

Tout au long de cet article, nous avons vu qu’il était fréquent de subir le jugement de l’œil extérieur. Comment ne plus avoir peur du regard des gens ? Comment se libérer du jugement des autres ? Et bien tout d’abord par la prise de conscience.

Il est nécessaire d’admettre que le regard de l’autre influence l’image de soi inévitablement. Si l’on ne peut pas vivre en faisant abstraction de ce phénomène naturel, en réalisant cette incidence et en admettant nos qualités naturelles, il est tout à fait possible de limiter l’influence du regard d’autrui.

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux, cela me fera énormément plaisir 😉😉

Partager
Les lecteurs de cet article ont également aimé :  Comment être confiant et profiter de la période de confinement pour apprendre ?

55 réflexions au sujet de “3 arguments majeurs d’ignorer l’opinion d’autrui !”

  1. C’est un très bon article comme toujours, c’est quelque chose que j’ai compris tard mais lorsque cela est enfin enregistré, nous devenons libre ! C’est fou comme nous pouvons être emprisonné par cette peur du regard des autres, ça nous empêche de faire tellement de choses

    Répondre
  2. Excellent article, merci Nicolas. J’adore ta photo «y’en a 3», «non, y’en a 4» 😂
    C’est tellement ça ! Quand on commence à comprendre que chacun a raison selon sa vision du monde, on peut être serein, plus besoin de chercher à avoir raison, plus de conflit, juste de l’ouverture. Merci pour ce rappel.
    Je me souviens d’une citation, je ne sais plus de qui : «je ne connais pas la recette du succès, je connais par contre celle de l’échec : vouloir plaire à tout le monde !»
    Toute belle journée ☀️

    Répondre
  3. Très très bon article !
    Se défaire du regard des autres n’est pas forcément facile. Dans certains cas /situation aucun problème et pour d’autres même en sachant que c’est notre propre vision qui est limitante (en nous laissant être touché par le regard des autres)!
    C’est un travail de tous les jours 😉

    Répondre
  4. L’influence qu’a le regard des autres sur nos actes et notre vie est complètement démesurée. Que ce soit nos parents, amis, collègues ou compagnon, il est difficile de parvenir à s’en détacher. Difficile également de faire ma part des choses entre les avis intéressants à prendre en compte pour se développer et ceux qu’il faut ignorer. Je ne sais plus qui avait dit cette phrase mais il s’agissait d’un conférencier qui disait que pour 100 personnes qui avaient entendu son speech, il y avait 100 interprétations differentes de son discours!

    Répondre
    • Merci pour ce partage Wendy !😉 Je pense que c’est précisément ce qui nous différencie de l’animal, cette conscience de qui l’on est… Après il faut savoir gérer et c’est pas toujours facile c’est certain ! 😉😉

      Répondre
  5. Merci pour cet excellent article qui me conforte dans le lien que je vois entre développement personnel – et en particulier le fait de développer sa confiance en soi – et l’habileté à communiquer avec succès et à agir concrètement sur le monde qui nous entoure. Toutes les méthodes et techniques pour mieux vivre/communiquer avec les autres ne fonctionnent que si nous nous observons nous-même avec un regard bienveillant!
    J’aime le fait que tu parles du MBTI. En revanche, je pense qu’il faut parler de profils ou de préférences “psychologiques” ou “cognitives” mais pas (pas encore?) de “neurobiologiques” ou “neurologiques” car le Myers et Briggs n’étaient pas du tout en neurosciences mais en psychologie. Mais si tu as des références sur des études en neurosciences sur le sujet, je suis preneuse!!!
    En tous cas bravo pour cet article passionnant!

    Répondre
  6. Super article, Nico. Se détacher du regard des autres… vaste sujet. D’autant plus que le désir d’appartenance au groupe, c’est un reflexe reptilien essentiel. Etre exclus du groupe, c’est se retrouver seul à subsister par soi-même, l’horreur pour des petits êtres sociaux comme nous xD La réponse classique, c’est forcément beaucoup d’efforts pour être dans la “normalité” qui est souvent définie par le regard des autres. Mais quand on arrive à s’en détacher un petit peu, alors, on goûte à la liberté… et on se rend compte que ceux qui jugent sont finalement ceux qui ont le plus peur !

    Répondre
  7. Au sujet de cette distance a mettre entre son jugement et le regard de l autre il y a une phrase qui m a un jour paru comme une révélation.
    Cette phrase c est ” je vais te dire un secret, ce que pense les autres ça ne regarde qu’eux”.
    De mémoire cette phrase est de Sylvie Vie464

    Répondre
  8. J’ai directement pensé au 2e accord quand tu as mentionné le regard des autres. Si on ne prend pas les choses personnellement, on ne peut pas être touché. Si qqun fait une critique pas très sympa sur nous, il ne faut pas le prendre personnellement. C’est en effet une projection.
    Il est important de pouvoir vivre avec cette force ( sans blemmophobie) au risque ed se laisser détourner de son objectif et donc d’en perdre la motivation.

    Répondre
    • Exactement !! Et qu’est ce que cela ferait du bien au plus grand nombre d’en prendre conscience !Merci à tous les deux pour votre contribution 🙂

      Répondre
  9. J’aime personnellement penser que l’opinion des autres leur appartient… donc je la leur laisse. Je peux l’écouter, sans pour autant la prendre pour moi. Ce qui m’appartient à moi, c’est ma vie, mes choix, mon intégrité, alors j’essaye de les honorer du mieux possible chaque jour 🙂

    Répondre
    • Effectivement Valentine si on en est capable c’est la bonne réaction à avoir… Malheureusement 50% de la population de réagit pas prioritairement avec sa “logique” mais le fait en priorité avec son coeur… et là c’est une autre musique 🙂

      Répondre
  10. Super article. Effectivement affronté le regard des autres n’est pas toujours simple ! Ton invitation à prendre du recule et à plus de conscience est inspirante et rassurante. Merci pour ce partage ! PS: c’est toujours un plaisir de lire tes articles, à chaque fois j’en apprend un peu plus sur la psychologie, le cerveau et la confiance 😀

    Répondre
  11. Superbe article ! L’anecdote sur Jean-Jacques Goldman est édifiante et en rassurera plus d’un ! C’est terrible, car notre époque donne la parole à tous et surtout, aux plus mal intentionnés. Je trouve que le meilleur moyen de ne pas s’emporter face aux attitudes haineuses, c’est de se dire qu’elles en disent plus long sur celui qui les porte que sur celui qui les reçoit. En somme, il faudrait toujours avoir de la peine pour ceux qui se permettent de nous juger sévèrement, car ils projettent leur propre mal-être sur les autres plutôt que de l’affronter… Enfin, ça c’est pour gérer les critiques négatives, mais le vrai combat est de ne pas non plus chercher l’approbation dans un regard extérieur 🙂

    Répondre
  12. Ce qui aide grandement à supporter le regard des autres est de savoir pourquoi on se comporte ou on agit de telle ou telle manière car quand on connait personnellement les raisons profondes de nos agissements, le regard des autres passent beaucoup mieux.

    Mais la tendance à la blemmophobie peut aussi, à mon avis, naître d’une dévalorisation de la part de notre entourage proche, voire même dans certains cas de nos parents pendant l’enfance. Dans ce cas, la réparation de l’estime de soi est primordiale pour pouvoir se détacher de regard des autres.

    Répondre
  13. De nouveau un très bon article et de très bons commentaires également. C est très enrichissant de vous lire toutes et tous. Tout à fait d accord avec l idée qu il ne faut pas perdre de temps avec le regard et le jugement des autres… La vie est courte…profitons-en et vivons-la comme nous l entendons !

    Répondre
  14. Je suis tombé par hasard sur votre article (et votre site) Nicolas. Très intéressant ! Je suis curieux d aller lire les autres publications…À bientôt.

    Répondre
  15. Article très intéressant ! Hélas selon l’éducation, l’environnement, c’est parfois difficile de passer outre les critiques , il faut y travailler chaque jour ! et lire régulièrement les accords toltèques aide vraiment. Mais quel bonheur quand on arrive à se débarrasser des avis des uns et des autres : on se sent allégée et très sûre de soi !
    Adèle

    Répondre
  16. Bonjour Nicolas, malheureusement c’est vrai, à vouloir plaire à tout le monde on est souvent déçu car on fait inévitablement des mécontents ! Pour ma part , j’écoute les critiques (bienveillantes ou acides) mais finalement j’agis souvent selon mon idée et c’est dans cette situation que je me sens être “moi-même”.
    On devrait apprendre sur le bout des doigts “Les accords toltèques”.
    Merci pour ton article .

    Répondre
  17. Je ne connaissais pas ce terme de blemmophobie, qui semble être une pathologie très invalidante. Mais même sans en arriver là, le fait de trop se reposer sur le regard des autres ne peut effectivement qu’empêcher d’avancer dans la vie…

    Répondre
    • Merci pour votre partage Arnaud, effectivement je pense qu’il existe différents degrés mais qu’arrivé un certain point, cela est très handicapant.

      Répondre
  18. Très bon article Nicolas !
    C’est essentiel pour rentrer dans sa pleine puissance de se libérer du regard des autres
    Je préfère l’idée d’inspirer les autres plutôt que me préoccuper du regard qu’ils posent sur moi !
    À bientôt

    Répondre
  19. Bravo bel article, c’est un sujet très important et il faudrait que ce soit quelque chose de plus naturel. Nous devrions apprendre à nos enfants l’importance de ne pas s’arrêter au regard des autres et l’importance de ne pas se juger les uns les autres

    Répondre
    • Effectivement Mae mais est ce que l’éducation peut contrebalancer la nature humaine ? Là est la question je pense. Merci pour ton commentaire 😊😊

      Répondre
  20. Nicolas,
    Un article intéressant que j’ai pris plaisir à parcourir.
    En ce qui me concerne, au fil des années, j’ai fait certains constats.
    L’un deux est qu’il ne suffit pas de se rendre “invisible” pour éviter les critiques. Il y a aura toujours quelqu’un pour parler de toi, même si tu es certainement moins concerné que les personnes sur le devant de la scène.
    Un autre point est que nous sommes pas toujours exemplaires de notre côté. Sous couvert de bienveillance ou de bienséance, nous avons aussi parfois tendance à juger rapidement. Avec une “ouverture d’esprit” limitée par nos expériences, notre éducation…

    Répondre
  21. merci pour cet article fondamental… Le regard des autres nous influence tellement
    Malheureusement, souvent dans le mauvais sens. Il nous freine plus qu’il nous encourage.
    Mais même lorsqu’il est rempli d’admiration, et qu’il est donc très positif, je pense qu’il est nécessaire de le prendre seulement comme un encouragement et pas comme un jugement afin de garder la tête froide.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.