➀ Comment dĂ©velopper sa confiance en soi avec une meilleure communication ?

Cet article a été écrit par Luc du blog Capsurvous.com

Avant Propos

La confiance en soi peut ĂȘtre abordĂ©e sous diffĂ©rents aspects et il y a autant de leviers pour l’activer que de personnalitĂ©s.

Certes, on y retrouve les fondamentaux comme se dĂ©faire de ses pensĂ©es limitantes, ne plus culpabiliser, s’auto-congratuler, s’aimer, affronter ses peurs, etc


Mais quand on y rĂ©flĂ©chit, le manque de confiance en soi vient souvent du regard des autres et des pensĂ©es nĂ©gatives que l’on a de soi-mĂȘme vis-Ă -vis des autres.

Tout repose sur notre capacité à nous exprimer pour créer du lien avec les autres sans se dévaloriser. Ne vous inquiétez pas il y aura toujours des gens qui chercheront à le faire à votre place.

On ne peut pas plaire Ă  tout le monde et j’allais dire heureusement. Cela dit, il s’agit tout de mĂȘme de la crĂ©dibilitĂ© que l’on s’accorde.

Comment accueillir la perception qu’ont les autres de vous concernant votre apparence, votre façon de vous exprimer etc…

On parle donc bien de communications non verbale et verbale. A partir de lĂ  il est juste nĂ©cessaire d’en prendre conscience pour s’accepter tel que l’on est et de crĂ©er une distance avec les personnes qui ont une perception nĂ©gative de vous.

D’ailleurs, elles ne le font pas forcĂ©ment exprĂšs mais simplement en fonction de leur propre cadre de rĂ©fĂ©rence qui ne correspond pas au vĂŽtre.

Partant de ce constat, il ne s’agit pas de changer sa personnalitĂ© mais d’amĂ©liorer sa communication verbale et non verbale et surtout d’en canaliser l’adĂ©quation.

Un peu comme un musicien qui maßtrise ses gammes. Son style ne plaira pas à tout le monde mais sa justesse technique le rendra crédible aux yeux des autres ce qui modifiera leur perception à son sujet.

Pour vous c’est la mĂȘme chose. L’idĂ©e est de dĂ©velopper votre satisfaction personnelle en maĂźtrisant mieux votre expression orale que ce soit en communication interpersonnelle ou devant un auditoire.

Confiance en soi

Quand on parle de confiance en soi on fait souvent référence à la capacité à se réaliser par le contrÎle de tùches ou de situations.

Par dĂ©clinaison ça nous renvoie Ă  la notion de compĂ©tences et ou d’expĂ©riences qui nous permettent d’atteindre nos objectifs.

Mais la confiance en soi c’est aussi un Ă©tat d’esprit qui s’entretient par la pensĂ©e positive en reconnaissant ses points forts.

C’est ne pas se laisser dĂ©valoriser par les autres par manque d’assurance justement. C’est aussi savoir accepter les compliments.

Ce n’est pas toujours Ă©vident pour les personnes timides qui rencontrent certaines difficultĂ©s Ă  avoir confiance en elles notamment devant un public.

Comment ĂȘtre confiant et aller de l’avant quand tout ne fonctionne pas comme on le souhaiterait ?

Il est important de croire en soi.

La communication – une compĂ©tence

Image de deux personnes qui Ă©changent, parlent, communiquent

Photo de Bruce Mars – Unsplash

S’il existe de nombreux leviers pour dĂ©velopper sa confiance en soi, il en est un qui est incontournable pour captiver son interlocuteur ou un auditoire. Il s’agit de la communication et plus particuliĂšrement de la prise de parole en public.

Bien plus qu’une compĂ©tence, l’exercice oratoire peut mĂȘme ĂȘtre considĂ©rĂ© comme un art Ă  certain niveau de maĂźtrise.

La maĂźtrise du verbe et de l’élocution est sans conteste une compĂ©tence technique mais Ă©galement comportementale.

D’ailleurs les gens qui ont une aisance en prenant la parole en public dĂ©gagent une confiance en eux sur la forme. Cette perception sera d’autant plus forte si le fond est cohĂ©rent et crĂ©dible.

Mais la communication est un concept complexe qui implique plusieurs dimensions qu’elles soient verbales ou non verbales. Et tout l’art consiste à en contrîler la synchronisation.

On ne devient pas un bon orateur du jour au lendemain. Comme tout débutant, il faut tout simplement oser se lancer pour prendre confiance en soi.

La Communication non-verbale

La communication verbale repose sur plusieurs critĂšres que sont les mots, les registres lexicaux, l’élocution, la tonalitĂ©, le volume, le rythme et la respiration.

Les Mots

Ils ont un sens originel mais peuvent avoir plusieurs significations selon le contexte de la phrase et du champ lexical utilisĂ©. Leur association avec d’autres termes peut changer leur interprĂ©tation.

C’est pour cette raison qu’en communication lorsque l’on parle de « canal de communication » cela nous renvoie Ă  un code de langage usuel utilisĂ© par notre ou nos interlocuteurs. On parlera de registre de langage.

Les différents types de registre de langage

Ils correspondent Ă  l’utilisation de mots avec une certaine signification liĂ©e Ă  des milieux socio-professionnels et ou culturels.

Or le langage est la traduction de la pensĂ©e. MĂȘme si nous parlons la mĂȘme langue nous ne parlons pas obligatoirement le mĂȘme langage.

  • Registre verbal

Chacun d’entre nous utilise un langage verbal qui s’est construit au fil des annĂ©es en fonction de notre environnement familial, culturel et ou professionnel. Nous utilisons un champ lexical avec nos mots pour exprimer nos idĂ©es.

Ce registre verbal n’est pas figĂ© et sera d’autant plus riche si nous le dĂ©veloppons par la lecture par exemple. De cette maniĂšre on se constitue une base de donnĂ©es de plus en plus Ă©tendue que notre cerveau enregistre.

Ainsi nous multiplions également les combinaisons de syntaxes que notre mémoire tient à notre disposition.

  • Registre familier

Le registre familier c’est le langage populaire qui utilise des expressions particuliĂšres et locales comme l’argot. C’est le langage aussi utilisĂ© dans le cercle familial ou dans une communautĂ©. Les mots et les expressions ont une signification qui peut s’apparenter Ă  un codage verbal dont seuls les initiĂ©s comprennent le sens.

  • Registre courant

C’est le mode de langage quotidien qui utilise un champ lexical compris par tous. Les mots et les expressions font appel au sens commun. Il est perçu et intĂ©grĂ© par le plus grand nombre.

  • Registre professionnel

Photo d'un Ă©change dans le cadre du travail

Image par Anastasia Gepp de Pixabay

C’est le langage utilisĂ© dans un contexte socioprofessionnel. Il utilise des mots et des expressions propres Ă  un domaine d’activitĂ© ou Ă  un mĂ©tier. A ce niveau le registre professionnel est mĂȘme utilisĂ© comme langage courant. Cela ne pose pas de problĂšme tant qu’il est appliquĂ© dans son microcosme, en revanche, utilisĂ© dans un environnement de registre courant ou familier cela peut susciter de l’incomprĂ©hension voire un sentiment de rejet.

On retrouvera ce type de registre chez les informaticiens, les médecins, les marketeurs du web et toutes les professions avec un champ lexical typé.

C’est d’ailleurs le reproche que l’on peut souvent faire aux experts qui s’expriment Ă  un public de non-initiĂ©s sans adapter leur champ lexical en langage courant pour ĂȘtre compris aisĂ©ment.

La tonalité

C’est le ton utilisĂ© qu’il soit grave ou aigu. A ne pas confondre avec le volume. Pour ce critĂšre c’est la nature qui nous a dotĂ© d’une voix avec sa tonalitĂ©. Cela dit, si cela reprĂ©sente un gĂšne voire un complexe il est tout Ă  fait possible de travailler sa tonalitĂ© pour la modifier. Les coachs vocaux sont lĂ  pour vous accompagner. Nombreux sont les chanteurs et comĂ©diens qui se font accompagner pour travailler et amĂ©liorer leur tonalitĂ© vocale.

Cette pratique se rĂ©pand de plus en plus dans le milieu de l’entreprise pour les personnes amenĂ©es Ă  faire de la prise de parole en public rĂ©guliĂšrement.

Le volume

Si la communication verbale a pour objectif de se faire comprendre c’est aussi d’ĂȘtre audible. Il ne suffit pas d’avoir un discours cohĂ©rent et intelligible si personne ne l’entend. Le volume de la voix est trĂšs important et doit ĂȘtre adaptĂ© Ă  la taille de l’auditoire. MĂȘme avec l’utilisation d’un micro le volume doit ĂȘtre adaptĂ©.

Image d'un microphone

Image par Free-Photos de Pixabay

Les lecteurs de cet article ont Ă©galement aimĂ© :  ➀ Pourquoi la considĂ©ration et la gratitude nous sont nĂ©cessaires ?

Ça Ă  l’air Ă©vident mais n’avez-vous jamais Ă©tĂ© confrontĂ© Ă  un formateur, enseignant ou confĂ©rencier qui s’adressait Ă  son public avec un volume de voix trop faible.

D’ailleurs lorsque l’on parle de volume de voix on pense souvent Ă  l’idĂ©e de parler fort. Il n’en est rien. Paradoxalement l’utilisation du silence peut s’avĂ©rer trĂšs efficace pour rĂ©cupĂ©rer l’attention d’un auditoire. C’est une technique bien connue des formateurs et des enseignants.

Le rythme

Le rythme de la voix aura un impact direct sur le cĂŽtĂ© soporifique ou stressant d’une prĂ©sentation. Un discours lu trop rapidement pourra fatiguer un public ou Ă  l’inverse, trop lent, pourra devenir ennuyeux. Le tout Ă©tant de trouver l’équilibre entre les deux.

En sachant que le rythme de la voix est directement lié à la respiration.

La respiration

Ça Ă  l’air anodin mais mĂȘme si nous gĂ©rons naturellement notre respiration lorsque nous parlons, en situation de prise de parole l’exercice peut s’avĂ©rer plus difficile qu’il n’y parait. La capacitĂ© de gĂ©rer sa respiration influencera la longueur de nos phrases et leur comprĂ©hension. Le fait de faire des phrases courtes rend la tĂąche plus aisĂ©e pour reprendre sa respiration. Il n’y a rien de pire que des phrases entrecoupĂ©es qui nous font perdre le fil en tant qu’auditeur.

L’élocution

C’est l’équilibre entre tous les points prĂ©cĂ©dents. Une bonne Ă©locution c’est la fluiditĂ© et la clartĂ© avec lesquelles on va transmettre un message. Les phrases sont limpides, le rythme et la respiration sont bons. Le volume et la tonalitĂ© sont raccords.

DĂ©velopper une bonne Ă©locution permet d’avoir une certaine agilitĂ© dans l’utilisation des mots pour exprimer des idĂ©es. Ce n’est pas une aptitude innĂ©e chez beaucoup de personnes mais la bonne nouvelle c’est qu’elle peut se travailler pour ĂȘtre amĂ©liorĂ©e. Et pour ça, rien de tel que la pratique.

Les bons communicants ont trĂšs bonne Ă©locution. Ils savent utiliser un registre de langage comprĂ©hensible par le plus grand nombre. Et lorsqu’ils utilisent des termes techniques ils en expliquent le sens.

La communication non-verbale

La communication non verbale c’est ce que notre inconscient dĂ©code. Elle est beaucoup plus importante que la communication verbale surtout si les deux modes de communication ne sont pas en adĂ©quation.

Elle passe par la gestuelle notamment des mains, la posture, l’apparence, les mimiques du visage, le regard et de maniĂšre plus gĂ©nĂ©rale par le langage corporel.

La gestuelle

Elle reprĂ©sente autant d’indices que de gestes que l’on produit. Et mĂȘme le fait de ne pas faire de geste envoie un message Ă  son interlocuteur. Elle se manifeste par les mouvements avec les mains, les jambes, la tĂȘte, les Ă©paules, les bras, etc.

La gestuelle appuie ou pas notre discours. Elle traduit une intention ou une volontĂ©. Elle souligne des mots, des expressions et des Ă©motions si elle est bien utilisĂ©e. A l’inverse elle perturbe et brouille le message.

Que ce soit le positionnement des mains par exemple ou des jambes, votre interlocuteur en aura une certaine interprétation.

ScĂšne d'une discussion avec les mains

Image par Gerd Altmann de Pixabay 

L’apparence

Quoi qu’on en dise, l’apparence vestimentaire joue un rĂŽle prĂ©pondĂ©rant dans notre communication non verbale.

Il ne s’agit pas de considĂ©rer qu’il y a une bonne ou une mauvaise apparence vestimentaire mais de prendre en compte que selon l’environnement cela reprĂ©sente un code. Et qu’en fonction de votre prise en compte de ce code vous serez considĂ©rĂ© ou pas.

Pour ĂȘtre plus clair, si vous vous « pointez » en costume dans une rĂ©union ou tout le monde est en short vous allez ĂȘtre en dĂ©calage avec les autres. Si vous arrivez en short Ă  une rĂ©union oĂč tout le monde est en costume vous prenez le risque de ne pas ĂȘtre crĂ©dible.

On a tous vu Steve Jobs faire ses prĂ©sentations trĂšs sĂ©rieuses en jean et en sweat devant des milliers de personnes lors du lancement de ses produits « apple ». Ce n’était pas un problĂšme dans la mesure oĂč sa tenue Ă©tait aussi un code vestimentaire dans le milieu des nouvelles technologies.

L’apparence vestimentaire est un code d’appartenance Ă  un groupe, un milieu, un statut ou un Ă©vĂ©nement socioprofessionnel. Le nier peut parfois entrainer certaines dĂ©convenues mĂȘme si aujourd’hui les pratiques vestimentaires se sont largement dĂ©mocratisĂ©es.

Il suffit juste d’en avoir conscience. Aprùs chacun fait ses choix.

Les mimiques du visage

Elles renvoient de précieuses informations en termes de communication. Là aussi, elles peuvent confirmer ou infirmer la communication verbale.

Que ce soit un froncement de sourcils ou un sourire pincé, ces mimiques traduisent un ressenti et des émotions qui en disent long sur ce que vous pensez vraiment.

Inconsciemment vos interlocuteurs les interprÚtent comme autant de messages positifs ou négatifs.

Image du langage corporel

Image par Ryan McGuire de Pixabay

Les lecteurs de cet article ont Ă©galement aimĂ© :  ➀ 3 raisons de dĂ©velopper sa flexibilitĂ© et 1 outil parfait pour y parvenir

Le langage corporel

Le langage corporel est l’ensemble de vos mouvements et gestes qui traduisent votre Ă©tat et votre comportement. Le langage corporel peut transpirer la confiance en vous comme l’absence totale d’assurance. Il en dit long sur qui vous ĂȘtes.

La maniĂšre dont vous marchez et votre façon de vous dĂ©placer sont autant d’indicateurs concernant votre personnalitĂ©.

Le regard

Quoi de plus parlant que le regard ? A lui seul il peut faire passer un message sans que l’on ait besoin de prononcer un seul mot. Il n’y a rien de plus expressif que le regard. En communication non verbale c’est un levier trùs puissant.

On connaĂźt tous l’expression « il m’a fusillĂ© du regard ».

image d'un chien qui regarde en coin

La posture 

La posture fait partie du langage corporel. Elle appuie et souligne Ă©galement une intention et un Ă©tat d’esprit.

Si l’on reprend l’exemple de l’élĂšve avachi sur sa chaise en cours il donnera l’impression Ă  son enseignant ou formateur qu’il porte peu d’intĂ©rĂȘt Ă  son discours.

Imaginez avoir cette posture lors d’un entretien d’embauche. Pas terrible, non !

En revanche si l’élĂšve est assis normalement avec le corps lĂ©gĂšrement en avant et les coudes appuyĂ©s sur le bureau avec un regard orientĂ© vers l’enseignant, ce dernier aura le sentiment d’avoir en face de lui un Ă©lĂšve Ă  l’écoute.

Bref, les exemples pourraient ĂȘtre nombreux et vos avez bien compris de quoi il s’agit et de l’impact que cela peut avoir aussi bien en positif qu’en nĂ©gatif.

Adéquation entre communication verbale et non verbale

Image de personnes qui s'expriment sans la parole

Comme on vient de le voir dans les chapitres précédents la communication verbale et non verbale sont indissociables.

Le tout Ă©tant qu’elles soient le plus synchronisĂ©es entre elles. C’est ce que l’on appelle joindre le geste Ă  la parole. Cette expression qui nous semble familiĂšre veut bien dire que l’un ne va pas sans l’autre.

Alors bien sĂ»r, lorsque l’on s’exprime on utilise tous des gestes plus ou moins appuyĂ©s. On le fait naturellement et on ne se pose pas de questions.

Mais alors qu’est ce qui change lorsque l’on est amenĂ© Ă  prendre la parole en public et qu’on commence Ă  se gratter la tĂȘte ou faire des gestes qui ne semblent pas naturels.

C’est tout simplement la sensation de se sentir observĂ© et jugĂ© qui met en panique notre cerveau et notre perception. On commence Ă  se demander si l’on est bien, si ce que l’on dit est correct et bien dit, etc.

En fait on se pose plein de questions qu’on ne se pose pas en discussion avec des proches ou des amis.

Alors que dans le fond il suffit juste d’ĂȘtre naturel et de faire comme d’habitude sans se soucier de ce que vont penser les autres.

C’est au fil du temps avec la pratique qu’on amĂ©liorera son Ă©locution et sa gestuelle et que les deux seront de plus en plus synchronisĂ©es de maniĂšre naturelle.

On améliore ses présentations et le trac disparait un peu plus à chaque prestation orale.

L’art de s’exprimer

Donc oui, la communication est une technique que l’on peut travailler et maitriser de mieux en mieux.

Cependant, s’exprimer de maniĂšre fluide pendant longtemps en utilisant diffĂ©rentes tonalitĂ©s, diffĂ©rents rythmes, jouant avec le volume de la voix tout en utilisant une gestuelle marquĂ©e, c’est un art qui s’acquiert avec de l’expĂ©rience et de la pratique.

C’est comme si chaque point Ă©voquĂ© avant Ă©tait un curseur que l’on savait rĂ©guler en fonction de l’intensitĂ© et de l’émotion que l’on souhaite donner Ă  notre discours.

Comme un musicien qui maitrise la technique de son instrument et en joue avec de plus en plus d’agilitĂ© en le domptant avec les annĂ©es.

A un moment donnĂ© on en vient Ă  ĂȘtre capable d’improvisation.

DĂ©velopper sa confiance en soi en maĂźtrisant sa communication

Quand on communique on dit qui on est. On dévoile une partie de sa personnalité à travers son mode de pensée.

Une communication contrÎlée va augmenter positivement la perception des autres à votre encontre. La maßtrise du schéma de communication que vous soyez émetteur ou récepteur du message va vous permettre de vous caler plus facilement sur le canal de communication de vos interlocuteurs.

Vous identifierez plus facilement leurs champs lexicaux et leurs codes de langage qu’ils soient verbaux ou corporels.

En apprenant à mieux communiquer vous apprendrez à mieux vous connaßtre, à mieux gérer votre gestuelle et à dompter votre élocution et tous les curseurs qui la composent.

Vous serez plus Ă  l’aise. Vous allez crĂ©er des automatismes qui deviendront naturels dans votre façon de vous exprimer. Vos interlocuteurs vous comprendront mieux et auront une meilleure perception de vous.

Vous passerez du stade de l’incompĂ©tent inconscient au stade de compĂ©tent inconscient. C’est-Ă -dire que vous ne vous rendrez plus compte que vous gĂ©rez parfaitement votre communication.

Vos relations avec les autres s’amĂ©lioreront et l’effet miroir sera positif. Et Ă  votre tour, vous percevrez ceux qui manquent de confiance en eux car ils ne savent pas comment s’exprimer.

En Résumé

Un individu se dĂ©veloppe en Ă©tant en relation avec les autres. Pour cela, il a besoin de crĂ©er du lien avec son environnement en communicant. Il est donc nĂ©cessaire d’avoir confiance en soi pour oser aller vers les autres. Comme nous venons de le voir, il existe plusieurs clĂ©s pour dĂ©velopper une communication simple et efficace pour reprendre confiance en soi. Savoir communiquer c’est aussi savoir identifier ses interlocuteurs afin de mieux les choisir pour sortir de sa zone de confort et maĂźtriser sa zone d’influence.

PrĂ©sentation de l’auteur :

photo de l'auteur

Je suis Luc Levasseur, infopreneur, blogueur et formateur.

Depuis 20 ans dans la formation tout d’abord comme conseiller, formateur et responsable formation. J’ai crĂ©Ă© mon blog Cap Sur Vous pour partager avec vous toutes mes expĂ©riences dans les domaines de l’organisation, la communication, le management et la pĂ©dagogie. Je me suis aperçu avec les annĂ©es que ces compĂ©tences avaient largement participĂ© Ă  mon propre dĂ©veloppement personnel en termes d’estime, de confiance et d’affirmation de soi.

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hĂ©sitez pas Ă  le partager sur vos rĂ©seaux sociaux ça me fera Ă©normĂ©ment plaisir ! 😉😉

 
Partager

4 rĂ©flexions au sujet de “➀ Comment dĂ©velopper sa confiance en soi avec une meilleure communication ?”

  1. Article trĂ©s intĂ©ressant qui est essentiel pour le domaine de la formation et de la prise de parole en public. Les trois dimensions de la communication Visuel – Vocal – Verbal qui s’entrecroisent et doivent ĂȘtre travaillĂ© sĂ©parĂ©ment. J’adhĂšre totalement Ă  ce sujet et le met en application chaque jour de formation et de cours que je donne.

    Merci Ă  toi et Ă  Luc de l’avoir mis en avant.

     
    RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.