➀ Qu’est ce que la zone de confort ? (interview de Richard AubĂ©)

Introduction

Qu’est ce que la zone de confort ? RĂ©pondre Ă  cette question n’est pas si anodin et si simple qu’on pourrait le croire. L’enjeu de comprendre ce « concept » est la premiĂšre Ă©tape pour qui veut grandir, rĂ©aliser ses rĂȘves voire se donner la possibilitĂ© de dĂ©passer ses croyances limitantes.

En fonction de la nature de l’individu, cette sortir de sa zone de confort peut avoir diffĂ©rentes significations. Ce qui me paraĂźtra difficile ne le sera pas pour mon voisin, et ce qui ne me pose aucune difficultĂ© sera  peut-ĂȘtre une zone d’inconfort pour lui.

Qu’est ce que la zone de confort ? DĂ©finition

De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, la dĂ©finition classique du dictionnaire renvoie Ă  un Ă©tat dans lequel l’individu se sent bien. Dans cette zone de confort, la personne est Ă  l’aise, en forme et en pleine capacitĂ© de ses moyens.

On peut la distinguer Ă©galement au niveau de stress que ressent l’individu. C’est mĂȘme un excellent baromĂštre puisque plus il ressentira du stress (envoyĂ© par son cerveau) plus cela voudra dire que son cerveau ressent une forme de danger car ressentant l’incapacitĂ© d’exploiter son plein potentiel, pour une raison ou une autre.

Ces raisons peuvent renvoyer directement Ă  la pyramide des besoins et Ă  la satisfactions des besoins dits primaires :

  • les besoins physiologiques (manger, boire, dormir, respirer etc…)

  • et les besoins de sĂ©curitĂ© (ne pas se sentir en danger)

Sur ce blog j’essaie de faire connaĂźtre l’outil psychologique de connaissance de soi qu’est le MBTI et il est possible de faire un parallĂšle.

Le modÚle inspiré des travaux de Carl Jung, considÚre une hiérarchie des fonctions chez tous les individus allant de fonction dite « dominante », à celle dite « inférieure ».

Pour faire simple, la premiĂšre est celle que nous maitrisons trĂšs bien (sans aucun effort), pour laquelle nous sommes performants, et la fonction « infĂ©rieure » est celle au contraire qui reprĂ©sente notre talon d’Achille.

Et bien pour faire le parallĂšle, il est possible d’affirmer que lorsque nous devons utiliser (par la force des choses) notre fonction infĂ©rieure, nous sortons de notre zone de confort.

Richard Aubé, ou comment sortir de sa zone de confort pour se réaliser

Oser sortir « de ses pantoufles en béton »

J’ai dĂ©couvert Richard AubĂ©, au travers d’une interview de David Laroche, Ă  ses dĂ©buts. J’avais Ă©tĂ© fascinĂ© par le positivisme de cet homme, Ă  tel point que j’avais achetĂ© son livre expliquant comment sortir de son espace de bien-ĂȘtre.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Richard AubĂ© est un confĂ©rencier canadien, se dĂ©finissant lui-mĂȘme comme un agent de changement.

Ce terme en dit long puisque il dĂ©crit sa « mission » comme le fait d’aider les gens Ă  grandir et Ă  se rĂ©aliser pleinement. Une sorte de coach de l’épanouissement personnel pourrait-on dire.

Dans cet entretien, il nous parle de ses origines modestes et de l’environnement familial compliquĂ© dans lequel il a grandi.

Outre la situation sociale précaire de ses parents, Richard a du faire face à la violence de son pÚre.

MalgrĂ© ces bases compliquĂ©es, le confĂ©rencier nous explique dans sa discussion avec David Laroche, qu’il avait dĂ©libĂ©rĂ©ment dĂ©cidĂ© de « casser le moule » et de ne pas reproduire le modĂšle familial.

DÚs lors, dÚs cette décision prise il commença par prendre en main son avenir, sa destinée.

Cette prise de conscience et cette farouche volonté lui vient à 26 ans, ùge auquel il décide de « sortir de ses pantoufles en béton » comme il le dit.

Il s’oriente alors vers ce qui le passionne vraiment, le dessin en 3 dimensions
 MĂȘme si ce n’était pas la voie la plus sĂ»re, il dĂ©cide de suivre son envie, ce qui le prend aux tripes.

Il ne faut pas oublier que le Canada, est un pays qui reste trĂšs influencĂ© par la culture amĂ©ricaine sur le plan Ă©conomique. Les mythes (ou rĂ©alitĂ©s chacun jugera) du « tout le monde peut rĂ©ussir s’il le dĂ©sire vraiment » et du « no pain, no gain » (que l’on traduirait par « pas de sueur pas de rĂ©compense »), imprĂšgnent en profondeur les mentalitĂ©s.

A ce moment de l’interview, Richard AubĂ© insiste surtout sur le fait qu’on lui a martelĂ© cette philosophie au cours de ses dĂ©buts.

D’ailleurs on peut dire qu’il est la preuve vivante que tout est possible puisque, parti du bas de l’échelle, il s’est hissĂ© au poste de Directeur National de l’entreprise en seulement 12 annĂ©es.

Par la suite, pour continuer sur sa lancĂ©e, il dĂ©cida d’écrire des livres pour impacter le monde diffĂ©remment et aider les gens Ă  changer d’Ă©tat d’esprit et sortir de leur espace de bien-ĂȘtre (les fameuses pantoufles en bĂ©ton).

Le rĂ©sultat atteint dĂ©passa toutes ses espĂ©rances puisque, outre donner des confĂ©rences sur le sujet, son livre, expliquant comment sortir de son espace de bien-ĂȘtre, est aujourd’hui devenu un « best-seller » en AmĂ©rique du Nord et plus gĂ©nĂ©ralement dans tout le monde francophone !

Quels enseignements tirer du fait de se mettre dans l’inconfort ?

Finalement, les grands enseignements des propos de Richard AubĂ© que l’on peut retenir sont les suivants :

  • affronter ses peurs vaut la peine, c’est une dĂ©marche contre-nature mais toujours bĂ©nĂ©fique.

  • mĂȘme si l’on a eu un passĂ© compliquĂ©, il est possible, voire nĂ©cessaire, de prendre la dĂ©cision d’ĂȘtre heureux : l’état d’esprit fait toute la diffĂ©rence.

  • nous avons le devoir de choisir notre environnement et de bien nous entourer ; il est mĂȘme nĂ©cessaire d’éliminer de notre cercle proche les personnes « nous tirant » vers le bas : il en va de notre responsabilitĂ©.

  • tout part de l’estime que l’on a de soi-mĂȘme ; il ne faut pas confondre estime de soi et confiance en soi, mais le regard que l’on porte sur la personne que l’on est joue un rĂŽle majeur dans notre bien-ĂȘtre. Avant 12 ans l’estime de soi dĂ©pend fortement de l’environnement familial, et aprĂšs nous pouvons nous-mĂȘmes y travailler.

  • Mieux, Richard AubĂ© insiste sur le fait que le point majeur dans cette quĂȘte se situe au niveau de la prise de conscience de notre Ă©tat. Une fois que nous acceptons qui nous sommes, nous pouvons commencer Ă  travailler sur notre accomplissement personnel.

  • De mĂȘme, nous devons travailler sur le dĂ©passement de notre dĂ©pendance au regard des autres. C’est justement un sujet que j’ai rĂ©cemment abordĂ© sur le blog, dans un article, oĂč je montrais Ă  quel point nous avions tout Ă  gagner Ă  nous dĂ©tacher de l’opinion des autres. Nous devons accepter que l’on ne peut pas plaire Ă  tout le monde !

  • la derniĂšre grande rĂ©flexion que le confĂ©rencier aborde lors de cet entretien porte sur la responsabilitĂ© de chaque ĂȘtre dans sa propre rĂ©alisation.

« Ce que tu vis, ce que tu apprends on s’en moque
 c’est ce que tu en fais qui importe ».

Avec ces mots trĂšs forts, il souligne l’importance de ne pas chercher Ă  se trouver d’excuses
 pour satisfaire notre besoin de reconnaissance, ĂȘtre fier de soi et pour notre propre bien finalement !

DĂ©passer ses peurs et se mettre dans l'inconfort

A Retenir

 

Pourquoi sortir de sa zone de confort ? La rĂ©ponse Ă  cette question, nĂ©cessite de comprendre avant toute chose la signification du concept de zone de bien-ĂȘtre de l’individu.

Cerner les subtilitĂ©s qui font que nous sommes Ă  notre aise dans telle ou telle situation est une Ă©tape trĂšs importante. La nature Ă©tant bien faite, notre inconscient va progressivement nous l’inculquer.

Cependant, chercher de façon consciente Ă  en dĂ©terminer les particularitĂ©s est une dĂ©marche qui permet d’accĂ©lĂ©rer notre maĂźtrise du bonheur.

Nous devons donc prendre conscience de ce qu’est notre propre zone de confort ainsi que notre zone d’inconfort. Cette prise de conscience est Ă©galement une phase qui permet plus rapidement de comprendre ses croyances limitantes, en travaillant sur ses peurs, sur ses points faibles.

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hĂ©sitez pas Ă  le partager sur vos rĂ©seaux sociaux, cela me fera Ă©normĂ©ment plaisir 😉😉

 
Partager

13 rĂ©flexions au sujet de “➀ Qu’est ce que la zone de confort ? (interview de Richard AubĂ©)”

  1. Merci Nico pour cet article ! Il faut oser sortir de sa zone de confort pour pouvoir Ă©voluer, pas si simple Ă  faire mais excellent pour booster sa confiance en soi ! 😉

     
    RĂ©pondre
    • Effectivement Caroline travailler sa confiance pour oser… c’est une bonne dĂ©marche 🙂

       
      RĂ©pondre
  2. j’ai longtemps Ă©tait pĂ©trifiĂ©e par mes peurs… pas toujous faciles de les affronter mais indispensable pour progresser!

     
    RĂ©pondre
    • Et oui !! 🙂 Commencer par des petites peurs c’est une bonne dĂ©marche.

       
      RĂ©pondre
  3. Merci Nicolas, ça donne envie d’en dĂ©couvrir plus sur Richard AubĂ© et de lire son livre ! En tout cas, j’ai pu voir que toutes les personnes qui « rĂ©ussissent » et font quelque chose d’extraordinaire de leur vie ont toutes en commun le fait de se dĂ©passer et de sortir de leur zone de confort justement… A mĂ©diter 🙂

     
    RĂ©pondre
    • Exactement Aline ! Merci pour ce partage 🙂🙂

       
      RĂ©pondre
  4. personnellement je me suis toujours posĂ© la question si on a un growth mindset – on se pousse continuellement donc la sortie de la zone de confort est continuelle. Par consĂ©quent, moins brutale du coup, je ne suis pas certaine avec se concept. Je suis plus pour un mindset de dĂ©veloppement continue. De plus je trouve bien d’ĂȘtre efficace et d’ĂȘtre dans une zone de confort. HonnĂȘtement, je comprends pas trop cette tendance de sortie de zone, pourquoi on en parle tant.

     
    RĂ©pondre
    • Wow !! Merci pour ce partage Isabelle 🙂🙂. Personnellement je pense que l’on parle beaucoup de ce concept (« il faut sortir Ă  tout prix de sa zone de confort ») car il parle assez facilement Ă  tout le monde et est trĂšs accessible. Pratiquer au quotidien est facile ! Merci encore pour ton retour franc.

       
      RĂ©pondre
  5. Merci pour ce bel article! Je ne connaissais pas Richard AubĂ©, ça m’a donnĂ© envie d’en savoir plus. Et de passer vraiment Ă  l’action en sortant de ma zone de confort!

     
    RĂ©pondre
  6. Merci pour cet article Nicolas ! Cette derniĂšre reflexion m’a beaucoup touchĂ© : « Ce que tu vis, ce que tu apprends on s’en moque
 c’est ce que tu en fais qui importe ». Nous devons en nous rappeler plus souvent et prendre conscience de notre responsabilitĂ© d’appliquer tout ce que nous apprenons en direct ou le transmettre. Quitter ma zone de confort me rend personnellement heureuse, car soit je rĂ©ussis dans ces efforts, soit j’apprends d’eux. Merci encore !

     
    RĂ©pondre
    • Merci pour ce retour et ces encouragements Genka ! C’est gĂ©nial de prendre du plaisir Ă  sortir de ce que l’on sait faire !! bravo

       
      RĂ©pondre
  7. Sortir de sa zone de confort permet de se construire et de rĂ©aliser que dans l’ensemble, on parvient Ă  rĂ©aliser la majeure partie de ce qui nous paraissait hors de portĂ©e ; cela renforce la confiance et l’estime de soi. Sortir de sa zone de confort est aussi une notion trĂšs utilisĂ©e en thĂ©rapie, et dans les addictions notamment.

     
    RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.