▷ Pourquoi a-t-on besoin de reconnaissance ? 3 Solutions pour s’en détacher

Introduction

Vous avez besoin de reconnaissance !! Vous savez que pour vivre, vous avez besoin de manger à votre faim, de boire suffisamment chaque jour ou que vous avez besoin de dormir…

Mais savez vous que vous avez tout autant besoin d’être reconnu(e) en tant qu’être humain ? Cette particularité, n’ en est en fait pas une, puisque c’est une “exigence” que nous avons tous en commun.

De nombreux sociologues ont essayé de comprendre les origines de ce besoin psychologique d’estime de soi.

A travers cet article, nous allons justement essayer de parcourir ce que l’on entend précisément par “besoin de reconnaissance”, d’où ce sentiment provient mais surtout, nous allons nous intéresser aux moyens de le satisfaire… ou pas.

Qu’appelle-t-on besoin de reconnaissance ?

Définition générique et définition selon Maslow

En commençant  cet article je prenais le pari de mettre sur un pied d’égalité, des besoins aussi essentiels (et surtout aussi évidents) que manger, boire avec le besoin d’acceptation que l’on peut éprouver.

Si l’on se réfère à la définition du dictionnaire, le besoin de reconnaissance serait à la fois le désir que nous manifestons d’être estimé(e)s, la nécessité de légitimité que l’on recherche aux yeux des autres.

Cela renvoie également à la notion de gratitude que les personnes de notre entourage (proches ou pas) nous expriment.

Chaque commentaire, chaque photo posté(e) donne l’occasion de satisfaire notre besoin primaire de reconnaissance et d’estime.

estime-de-soi

Besoin d’appartenance Se sentir exister / ne pas être un numéro

La seconde raison pour laquelle selon moi, nous avons ce besoin de considération, c’est tout simplement pour se sentir exister sur le plan psychologique.

Vous vous souvenez peut-être de cette série dans laquelle le héros n’avait de cesse de chercher à exister pour qui il était vraiment, s’exclamant “je ne suis pas un numéro”

Et bien, c’est un très bon résumé !

Ne pas être un numéro, c’est être reconnu pour qui l’on est avec toutes nos particularités.

Quoi de plus neutre qu’un matricule ?

Le fait de substituer une identité par un numéro revient à gommer tout ce qui fait la spécificité de la personne. Or Maslow, encore lui, parle également dans sa théorie de la pyramide des besoins, de celui qui pousse l’homme à se réaliser.

Pour le psychologue, chaque personne pour vivre ressent cette nécessité de s’accomplir par des actions concrètes ou par des enseignements. Indirectement c’est pour exister aux yeux de la Société, exister aux yeux des autres.

Ici, il s’agit bien de besoin de reconnaissance sociale dont l’individu ressent la nécessité, de reconnaissance de la part “du groupe” : des êtres chers, famille et amis, aux personnes plus éloignées gravitant quotidiennement autour de lui.

Voilà le seul cheminement possible si l’on souhaite gagner en estime de soi… du moins c’est ce que croient la majeure partie des gens.

Le risque de dépendance vis à vis du regard de l’autre

Quand on parle de besoin on évoque implicitement l’idée de dépendance. En ce qui concerne le besoin  d’acceptation, le risque majeur est donc logiquement de devenir dépendant du regard des autres.

La recherche de reconnaissance peut en ce sens conduire un individu à forcer sa nature et à jouer un rôle. Plutôt que de s’affirmer tel qu’il est vraiment, il va tenter de renvoyer à ses interlocuteurs l’image d’un autre.

Ceci est inévitablement voué à l’échec pour 2 raisons.

D’une part, car on ne peut pas adopter un comportement qui n’est pas le nôtre sur la durée, sur le long terme. Notre nature reprend forcément le dessus à un moment ou à un autre.

D’autre part, car n’ayant pas les qualités qu’il s’invente, l’individu va inévitablement décevoir les personnes auxquelles il souhaite précisément faire de l’effet.

Pour satisfaire son besoin de reconnaissance il ne pourra pas se valoriser artificiellement.

Pyramide-Maslow-besoins

Comment satisfaire son besoin de reconnaissance ?

Satisfaire le besoin de reconnaissance en prenant conscience de ses forces

Comme nous l’avons vu le besoin de reconnaissance tout comme celui d’estime de soi sont deux sentiments souvent liés à une trop grande importance donnée au regard des autres.

Par là, il faut comprendre que l’individu plutôt que de se centrer sur lui-même va se tourner vers le monde extérieur.

Comment se détacher du regard des autres alors ? La première solution est donc de gagner en assurance tout simplement en étant sûr de ses forces.

Convaincu de son potentiel, n’importe quel être humain sera naturellement plus confiant en ce qu’il dégage et bien plus convaincu d’avoir une bonne image auprès des personnes qu’il côtoie.

C’est donc en réorientant son regard sur lui même et en identifiant ses forces naturelles que l’être humain peut trouver un échappatoire au dictât du regard de l’autre.

Le MBTI est précisément un outil de développement personnel qui permet de prendre conscience de ses forces innées. Parmi les 16 “types” identifiés par le modèle, chacun se distingue par son fonctionnement spécifique mais aussi par ses facilités.

En deux mots ce que tous les psychologues du MBTI ont mis au jour au cours du XX ème siècle, c’est que comme nous naissons droitier et gaucher, nous venons sur terre avec un câblage neurologique qui nous prédispose à être à l’aise pour certaines activités.

le-cerveau-et-ses-fonctions

Même s’il ne faut pas faire de règles de généralités et mettre les gens dans des cases (ce n’est vraiment pas le but), en comprenant notre propre fonctionnement cérébral et nos préférences cognitives, il nous est possible de comprendre le pourquoi de certains traits de notre personnalité.

Dans les grandes lignes (et de manière grossière), nous trouverons :

  • Les personnes du “tempérament NT”, très à l’aise dans les sciences

  • Les personnes du “tempérament NF”, plutôt disposées au métiers de la création artistique

  • Les personnes du “tempérament SP”, remarquables par leur envie d’entreprendre et de mener des projets

  • Et enfin les personnes du “tempérament SJ”, dans leur élément dès lors qu’il faut respecter et appliquer des règles, en clair dans l’application des procédures et l’administration.

Il est à noter que ce dernier “tempérament SJ”, dit des “gardiens des traditions” est le plus représenté statistiquement dans la population (environ 45%), et que c’est également celui qui regroupe le plus de personnes  attachées au sentiment de gratitude. Elles ont donc un très très fort besoin de reconnaissance.

Travailler sur la connaissance de soi est la clé qui mène à l’acceptation et à l’adaptation.

Ce sont  bien évidemment des images d’Épinal, une très brève description des 4 grandes familles (qui chacune regroupe encore 4 “types” de profil) mais ce qu’il faut comprendre c’est qu’en se tournant vers l’analyse et la compréhension de ses forces naturelles, un individu peut prendre conscience de son potentiel.

Dès lors, il se détachera naturellement de la dépendance qu’il éprouve envers l’opinion d’autrui. C’est mécanique !

Se détacher du besoin de reconnaissance en passant à l’action

Prendre conscience de son potentiel est une étape indispensable, mais passer à l’action en est une autre. Pour se libérer pas à pas du besoin de reconnaissance il est indispensable d’agir.

L’action a cette vertu de se prouver à soi-même (en premier lieu) que l’on est capable de réussir à accomplir de grandes choses.

Outre l’autosatisfaction qui gonfle notre amour propre, la concrétisation de nos projets peut également combler le besoin d’admiration.

Encore plus fort que la gratitude et l’engouement, l’admiration perçue de la part d’autrui satisfait notre “ego” et “légitimise” notre place dans le groupe. Car finalement, le besoin de reconnaissance masque une peur profonde : celle d’être rejeté !

En agissant, on se donne la possibilité de prouver au monde notre vraie valeur ce qui équivaut à prendre le dessus sur cette dépendance au regard d’autrui.

passer-action

En synthèse : Réaliser sa légende personnelle

Si je devais décrire le plus belle des façons d’échapper à la tyrannie du regard des gens, je ferais volontiers référence, au plus grand succès littéraire de l’écrivain, Paulo Coelho : L’Alchimiste.

Dans ce livre l’auteur nous conte l’histoire d’un jeune berger qui part à la recherche d’un trésor en Egypte. Son parcours et sa rencontre avec un alchimiste vont donner lieu à une réflexion sur l’importance de grandir (en travaillant sur soi) afin de vivre ses rêves, et surtout afin d’accomplir sa “légende personnelle”.

Cette dernière expression est finalement la meilleure synthèse et la meilleure recommandation que l’on puisse faire à quiconque voudrait dépasser sa dépendance au regard des autres.

Le besoin de reconnaissance à l’égard du monde extérieur n’existe plus dès lors que l’on se réalise pleinement soi-même. Il ne faut pas se tromper de priorité et toujours vivre pour ses rêves… pas pour les autres ! Cela passe inévitablement par le fait de développer son estime personnelle et l’amour de soi.

Que faut-il retenir ?

Finalement, le sentiment de légitimité aux yeux du monde pour un individu est tout aussi essentiel à son épanouissement personnel que le manque de reconnaissance peut être destructeur.

La simple habitude prise par des parents de féliciter leur enfant, le simple remerciement d’un patron à l’attention de ses employés peuvent avoir des effets que l’on ne soupçonne pas.

Et pourtant, c’est souvent à ce genre de petits détails que des existences entières peuvent basculer.

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux ! 😉

Partager
Les lecteurs de cet article ont également aimé :  ▷ Les 3 livres qui ont changé ma vie !

78 réflexions au sujet de “▷ Pourquoi a-t-on besoin de reconnaissance ? 3 Solutions pour s’en détacher”

  1. Trouver sa satisfaction dans les actions que l’ont fait est une première étape pour ne plus dépendre du regard des autres et de l’évaluation qu’ils font de nous.
    A être “sur-adaptés” on satisfait le besoin d’être apprécié par les autres, mais on “subis” leurs diktat. On l’accepte pendant un temps, et après on se rend compte qu’on pourrait être plus heureux à parfois montrer nos limites.

    C’est bien aussi que tu fasses ressortir dans ton article que c’est un besoin commun à tous le monde, et donc qu’a priori, même ceux qui ne le manifeste pas le ressente quand même…

    Répondre
  2. Encore un superbe article ! Merci Nico de nous rappeler l’importance de la reconnaissance pour l’homme et les moyens de s’affranchir du regard des autres. Merci pour ces actions à mettre en place qui peuvent véritablement nous aider à nous sentir mieux.

    Répondre
  3. Bonjour Nicolas. Effectivement se détacher du regard des autres et ne plus avoir besoin de la validation pour exister est un des challenges de chaque humain. Être reconnu pour ses talents, c’est quelque part, être sûr d’être aimé pour ce que l’on est capable de faire

    Répondre
  4. Cela me fait penser à un documentaire que j’ai vu récemment. “Un patron chinois dans l’Ohio” ou quelque chose comme ça… Facile à trouver sur Netflix et très intéressant du point de vue des différences fondamentales de culture.
    Une entreprise chinoise reprend un site fermé aux US et relance l’activité. Accueil en héros, espoir… épreuve de réalité… doute… conflit… résolution…
    La partie à laquelle je pense, c’est quand le manager chinois, qui vit aux US depuis quelques années, présente la culture américaine aux salariés venant de Chine. “Les américains ne sont pas comme nous”, dit-il. “Depuis l’enfance, ils ont l’habitude d’être félicités par leurs parents, quoi qu’ils fassent. Ils n’ont aucune conscience qu’ils peuvent faire des erreurs et se prennent pour les maîtres du monde.”
    Qu’en dis-tu, Nico ?

    Répondre
    • Wow tu m’en poses une colle Sylvie ! Mais ce que tu soulèves est très intéressant (l’impact de notre culture sur la façon que l’on a de vivre et dispenser la reconnaissance) … Cela mériterait un article à part entière je pense. Mais il est évident que l’opposition des 2 cultures que tu cites ne peut pas être plus grand. Je crois que Samuel Huttington (un économiste) avait basé sa théorie sur “le choc des civilisations”… c’est dire ! Merci pour ton partage en tous cas 😊

      Répondre
  5. Très intéressant tout ça! J’avais fait un test MBTI, et effectivement ca me ressemblait. En fait, c’était tout à fait moi.
    Mais je ne le savais pas.

    Je pensais qu’il y avait des erreurs. Simplement parce que l’image que je voulais renvoyer ne correspondait pas tout à fait aux résultats du test. 😅

    Prendre conscience de ses forces, c’est aussi accepter que ce qu’on considère parfois comme des défauts sont en fait des qualités…

    Merci pour cet article enrichissant ! L’ego est l’ennemi 🙂

    Répondre
  6. On demande pas grand chose pour un avoir une belle reconnaissance, mais un petit mot doux c’est très important Une grande fierté pour continuer à évoluer.
    Merci pour cet article car trop de personnes ne sont pas assez reconnu pour le travail effectué.

    Répondre
    • Exactement Steph ! Personnellement j’y suis extrêmement sensible (même trop)… Du coup je travaille dessus !😊 Merci pour ton commentaire 😊

      Répondre
  7. Intéressant et je m’y retrouve tout à fait. Pour certaines personnes, il est toutefois difficile d’aborder les choses sous cet angle car la réalisation et l’accomplissement d’elles-même passe par l’aide aux autres.

    Répondre
    • Exactement Valentine ! Nous ne fonctionnons pas tous de la même façon… mais c’est ce qui fait le charme des relations humaines 😊. Merci pour ton partage !!

      Répondre
  8. Pour ne plus être sous l’emprise de ce besoin de reconnaissance, il est intéressant d’aller chercher et creuser nos croyances, nos limites, nos peurs… un sacré travail 😉 qui n’en termine jamais parce que au final… ce besoin de reconnaissance ne fait il pas partie de notre humanité ?

    Répondre
  9. Tu as bien raison de dire que l’estime de soi peut être favorisée ou non par le comportement des adultes pendant l’enfance. Souvent elle se construit très tôt et en tant que parent ou éducateur, on peut la favoriser en encourageant les efforts de son enfant et lui dire qu’on a confiance en lui et qu’il va réussir.

    Répondre
    • J’en suis aussi convaincu Marie ! Merci pour ton partage (c’est si important concernant le regard que les enfants portent sur eux-mêmes). Merci pour ton partage 😊

      Répondre
  10. Très bon article ! Le besoin de reconnaissance est une plaie. Pendant longtemps j’ai fait des choix et des actions pour faire plaisir aux autres, pour être “reconnu” en société… ça ne m’a jamais rien apporté de bon.

    Il faut apprendre à s’aimer tel que l’on est, être convaincu de ses forces et de ses qualités, être soi-même sans vouloir à tout prix plaire aux autres.

    Répondre
  11. Un petit commentaire pour alimenter ton besoin de reconnaissance, alors ! 😉
    Je trouve ça très intéressant que tu mettes en évidence ses dangers, ou en tous cas ses limites. A notre époque, les réseaux sociaux agissent comme un prisme qui peut magnifier cette reconnaissance (lorsque nos publications “font le buzz”) ou malheureusement détruire un individu trop soucieux de son image et qui se retrouve pris dans la tourmente des “haters”…

    Répondre
  12. Tes articles sont toujours ouahhhh ! Le besoin de reconnaissance est humain et je pense qu’il est difficile de s’en détacher complètement ! Mais on peut prendre le recule nécessaire pour mieux le vivre

    Répondre
  13. Dans beaucoup de choses que je fais, je me demande souvent si je le fais pour moi ou par besoin de reconnaissance… la réponse est souvent “Sûrement un peu des deux”. 😊

    Répondre
  14. Merci pour cet article. Il est vraiment important d’être convaincu de son potentiel, ainsi ça nous permettra d’ouvrir certaines portes, de voir certaines possibilités qu’on ne voyait pas avant et enfin d’être plus confiant

    Répondre
  15. Merci Nico pour cet article. C est vrai que l on dit souvent qu il est important de se détacher du regard des autres. Mais on oublie trop souvent de rappeler pourquoi l homme à besoin de reconnaissance.

    Répondre
  16. Quel bel article! J’avais déjà entendu parler de la pyramide de Maslow, c’est intéressant. Je pense que je suis probablement 50% de tempérament SJ et 50% de tempérament SP.
    Je pense aussi que le besoin de reconnaissance est un besoin essentiel et que les patrons devraient suivre une formation à ce sujet car c’est trop souvent ignoré. La raison pour laquelle je suis devenue indépendante est que je n’avais pas assez de reconnaissance de la part de mon patron et je m’épanouis davantage en travaillant pour moi-même. Je trouve ce blog super intéressant et je vais aller lire les autres articles. 👍 ❤️

    Répondre
    • Comme je suis d’accord ! La reconnaissance est un levier tellement facile à actionner et tellement puissant !! Merci pour votre commentaire Lara 😊

      Répondre
  17. Et bien merci pour cet article qui tombe à point pour moi !
    Après m’être bien perdue dans une relation en voulant absolument mériter considération.
    J’en suis à être au pied du mur ce qui n’est pas plus mal : j’apprends à mettre mes propres curseurs et je me surprends à m’autoféliciter quand je réussi qqch.
    Et surtout je recommence à oser faire des choses rien que pour moi !
    Belle journée

    Répondre
  18. Merci pour ces excellents conseils Nico. Je sens parfois très bien à quel point j’ai besoin d’approbation, que mes avis soient validés. Pouvoir l’observer est déjà la première étape pour pouvoir s’en libérer, qu’en penses-tu ?
    Belle journée ☀️

    Répondre
    • Oui Nicolas je suis d’accord, l’observer et c’est en prendre conscience et cal représente la moitié du chemin !! avant de s’en libérer. C’est une étape indispensable 😊. Merci pour ton partage

      Répondre
  19. Merci Nicolas pour ce super article, il me parle tellement et je me reconnais tellement dedans !
    Le besoin de reconnaissance pour se sentir exister, il m’a suivi pendant tellement longtemps jusqu’à me mener au burn out. Merci pour tes solutions tellement juste. j’aurais aimé tomber sur ton article il y a quelques années. Je le garde sur le coude pour me le rappeler quand je retombe dans mes anciennes habitudes. Merci beaucoup

    Répondre
    • Merci pour ton témoignage Patricia. Se détacher du besoin de l’approbation d’autrui est un long chemin mais il est indispensable à notre pleine réalisation 😊

      Répondre
  20. Je trouve que le besoin de reconnaissance est une des choses les plus importantes mais aussi les plus complexes sur lesquelles travailler tout au long de notre construction identitaire. Car pouvoir s’en détacher me paraît primordial pour ne pas avoir cette dépendance que tu évoques. Mais avoir des avis et regards extérieurs qui enrichissent notre propre expérience est essentiel également pour nous nourrir et nous élever. La faculté de discerner où se trouve l’équilibre à installer entre ces deux pôles est vraiment précieuse.

    Répondre
  21. Un super article Nicolas, c’est une très belle découverte ! Le cheminement de l’article est très bien ficelé et c’est bien sourcé. J’ai englouti ton article tellement il était agréable à lire ! Bref, continue ainsi ^^

    Répondre
  22. Merci mon cher ami pour cet article !
    J’aurais tellement voulu bénéficier de tes conseils il y a quelques années alors que je manquais cruellement de confiance en moi et donc, j’avais l’impression de n’exister que dans le regard des autres : sentimentalement, professionnellement, amicalement, socialement… Il fallait que je plaise, il fallait que je fasse rire, il fallait que je sois à la mode, il fallait que j’attire positivement l’attention.
    Aujourd’hui, j’ai appris à vivre pour moi-même et en cohérence avec mes valeurs.
    Cependant, mon besoin de reconnaissance est toujours présent en moi. J’ai appris aussi à ne pas rejeter une émotion mais à l’accueillir, et à l’accepter comme étant une part de moi-même méritant toute mon attention. Et, cela a littéralement changé ma vie, car cette prise de conscience m’a permis, comme tu le soulignes si bien dans ton article, de définir des actions concrètes à mettre en place.
    Par ailleurs, je ne peux que te féliciter pour le roman dont tu fais référence. L’Alchimiste est l’un des livres qui a créé le plus de déclics en moi. Ton article m’a donné envie de relire ce roman.

    Répondre
    • Merci à toi Jung pour ton partage ! Malheureusement le médicament à de nombreux maux est souvent le temps… A l’âge adulte on peut accélérer le phénomène d’apprentissage avec des lectures et de la formation pour acquérir finalement… LA MATURITE ! Merci encore pour ton commentaire

      Répondre
  23. Encore un super article!
    Je suis tout à fait d’accord avec toi dans ce que tu dis et notamment avec ta conclusion.
    On ne soupçonne pas le pouvoir que peut avoir un simple merci sur la personne qui le reçois et les les dégâts que peut causer le fait de ne pas lui dire.
    Si plus de gens étaient conscients de cela, le monde tournerait sûrement plus rond!
    Merci 😊

    Répondre
  24. Merci Nico pour cet article
    La reconnaissance vaste sujet !
    Réussir à s’accomplir et à vivre sans se soucier du regard des autres ou du moins qu’il ne nous atteigne pas. C’est du boulot ! 😂

    Répondre
  25. Très bel article et tellement vrai ! Personnellement c’est grâce à ma foi que j’apprends à moins être dépendante du regard des autres. Par notre bienveillance, nous pouvons, chacun, être de “généreux donateurs” de reconnaissance…

    Répondre
    • Le point commun entre la connaissance de soi et la foi, c’est qu’elles viennent de l’intérieur de l’homme. En somme nous avons les clés de notre bonheur et de notre épanouissement 😊. Merci pour ce commentaire Christine

      Répondre
  26. Article riche et très intéressant ! Bravo Nicolas ! Je connaissais la pyramide de Maslow mais je ne connaissait les profils… moi je suis complètement NF artiste-idéaliste 😉 il y a aussi les ennéagrammes ça pourrait être super intéressant un article sur ce sujet.

    Répondre
    • Ne dévoile pas ma stratégie de croissance à moyen terme Rachel 😊😊. Effectivement l’ennéagramme est un complément très intéressant pour apprendre à se connaître et à s’accepter !! Merci pour ton commentaire

      Répondre
  27. Qu’est ce qu’il résonne en moi cet article! Il est vraiment très intéressant, et montre que si la reconnaissance fait partie des besoins (encore plus dans l’enfance), il est aussi possible de s’en détacher un minimum pour ne pas tomber dans la spirale: ne vivre qu’à travers la reconnaissance.
    Mais parfois le chemin pour arriver à cette conclusion est long et difficile, surtout quand on part avec comme bagage du manque de confiance en soi (d’une certaine façon, on ne s’autorise pas notre propre reconnaissance pour nous-même).
    Excellent article qui amène à réfléchir .
    Merci !

    Répondre
    • Merci Aude pour ce retour qui me touche. Mais est ce que la confiance en soi est la cause de cette dépendance au regard des autres ou est ce la conséquence ? En tous cas il est possible d’agir et il ne faut pas s’avouer perdant ! Il y a des solutions !! Merci encore pour ce partage Aude

      Répondre
  28. Légitimité et reconnaissance. Quel beau parallèle !
    Quand on ne sent pas légitime, impossible de croire à une possible reconnaissance. Et donc le risque de stagner est grand.
    Très bonne idée de rapprocher les deux !

    Répondre
  29. Bonjour Nicolas,
    l’ESFJ que je suis te remercie :
    1- Pour m’avoir aidé à cerner mon profil
    2- Pour les explications que tu viens de donner sur notre besoin de reconnaissance.
    C’était très enrichissant et permet de mieux comprendre les comportements humains (dans ma tête ça donne : “ah OK c’est pour ça que les gens publient autant de trucs sur les réseaux sociaux !”. C’est une pensée un peu simpliste mais bon… ça passe 🙂

    Je comprends aussi bien mieux pourquoi il me semble que notre société a parfois du mal à accepter le changement : bein oui mais avec 45 % de “gardiens des traditions” aussi !
    Pas évident de faire bouger les lignes !

    Merci ton travail.
    Au plaisir d’une prochaine lecture !

    Répondre
    • Oh une autre ESFJ !! Merci pour ton commentaire Mylène ! Du coup j’ai l’impression d’en savoir énormément sur toi 😊😊. Concernant la prépondérances de SJ, de notre tempérament, il se dit que cela expliquerait que la Société soit construite “pour nous”, selon nos prédilections 😊😊. Le but étant comme tu le dis d’en prendre conscience pour essayer de grandir 😊. Merci pour ton commentaire !

      Répondre
  30. Bonjour Nicolas,
    Très intéressant ton article et que de sincérité.
    Pour ma part, je n’attends plus la reconnaissance d’un patron ou d’autrui. Certes, cela fait toujours plaisir. Mais quand je vois des collègues qui sont en attente de la reconnaissance de leur patron ou de leur manager, je les sens en souffrance…. oui comme des enfants. Enfant, je comprends, car apporter de la reconnaissance cela lui permet de construire sa confiance et son estime de soi. Lorsque j’entends des salariés qui ont travaillé pendant 20 ans au minimum dans la même entreprise et sont licenciés… avec toute la reconnaissance des actionnaires, ils auront une prime de départ (et encore !) et chercheront un travail en mode stress pour aller jusqu’à l’âge légal de la retraite. C’est dur dur de faire bouger les mentalités. Merci pour ton article qui suscite une profonde réflexion.

    Répondre
    • Je souscris à 100% Sabine ! Finalement cet article devrait plus être lu par les managers qui ignoreraient qu’en étant reconnaissant, en le montrant et surtout de manière sincère ont tout à gagner. Il en existe encore, je veux le croire. Certes si n se place du côté des “subalternes” il ne faut pas tomber dans une course où l’on risquerait de vendre son âme au diable 😊😊. Merci pour ta réflexion et ton retour.

      Répondre
  31. Toujours des articles super passionnant bravo. Je pense que c’est totalement humain d’avoir besoin de reconnaissance. Il faut certes savoir prendre du recul et se satisfaire de nos propres actions sans attendre le retour de personnes extérieurs mais je pense qu’il est aussi important d’apprendre a dire aux gens qui nous entoure que ce qu’ils font est bien.

    Répondre
  32. Super !

    Je trouve ton article très juste !

    Le fait que tu partages cette référence de Paulo Coelho : “L’Alchimiste”. C’est très inspirant et ça me donne envie de lire le livre ou de le découvrir tout simplement !

    Si je devais partager une chose pour satisfaire ce besoin de reconnaissance je dirais que c’est tout simplement l’amour de soi. Et l’amour que l’on porte à nos qualités, à nos traits de notre personnalité. Et comme je suis introverti, j’ai personnellement trouvé ces ressources en cherchant à l’intérieur de moi plutôt qu’à l’extérieur. Je sais que ça peut être l’inverse ou les deux à la fois en fonction de notre tempérament.

    Mais le compte y est, le besoin de reconnaissance peut se combler en grande partie par notre propre estime de soi, aimer nos qualités et aimer progresser en l’amélioration de qui on est déjà. Voilà tout !

    Je te souhaites et je vous souhaites de réaliser votre légende personnelle comme tu le dis Nico 😉

    Pierre

    Répondre
  33. Merci Nicolas pour ce très bel article qui serait utile à bon nombre de personnes je pense. Je suis moi-même passée par là et ce n’est qu’en avant découvert ma voie que je me suis “guérie”. Sinon, je rassure régulièrement mon compagnon par des “Bravo !”, des “Tu es génial”, … Et en le regardant souvent avec des yeux admiratifs. Car il ne l’a pas eu forcément de sa famille. Sinon, j’ai écouté “L’alchimiste” (livre audio) et c’est exactement comme tu le décris si bien. Mais ce que j’ai surtout retenu, c’est le secret de la pierre philosophale : C’est lorsque tu changes, que le monde et les gens autour de toi changent”. 😉

    Répondre
    • Merci pour ton retour Eva ! Je suis doublement d’accord avec toi : 1 concernant l’importance des encouragements et du soutien et d’autre part pour l’importance de se recentrer sur soi-même 😊😊

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.