Comment être confiant et profiter de la période de confinement pour apprendre ?

Introduction 

Comment être serein, zen, tranquille ? Comment se relaxer, quand à la radio, à la télévision, dans les journaux et même sur internet, on ne communique que des nouvelles anxiogènes ? Cela ne s’est pas amélioré avec la crise sanitaire mondiale à laquelle 8 milliards d’individus sont confrontés depuis plusieurs mois… Dans un tel climat se relaxer est presque mission impossible ! 

Alors que personne ne sait quand nous pourrons enfin revivre normalement, sans confinement et sans couvre feu, il est pourtant réaliste de faire de cette crise une opportunité, de vivre heureux et de sortir du confinement, grandis.

Pour cela il est nécessaire d’adopter certains réflexes et de bonnes attitudes.

Dans un passé récent, il y a 50 ans, les événements étaient différents, mais tout aussi stressants : on était en pleine guerre froide, puis confrontés aux chocs pétroliers qui provoquaient une crise mondiale… Cependant, on n’était pas exposés à longueur de journée à l’information !

Et pour cause internet et les chaînes d’informations continues n’existaient pas.

communication-reseaux-sociaux

 

Dans cet article je vais vous livrer 3 méthodes ou comportements que j’applique au quotidien pour faire de cette période “particulière”, une chance et de réussir à toujours rester calme.

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs “Comment être zen et productif au quotidien” du blog Habitudes zen, dont j’ai particulièrement apprécié l’article pour savoir comment méditer quotidiennement.

L’occasion de développer de nouvelles compétences 

Fonctionner différemment c’est forcément sortir de sa zone de confort. C’est, par définition changer ses habitudes et avancer dans la difficulté.

Si vous êtes un(e) habitué(e) de mon blog, vous savez que j’aime évoquer les travaux de Carl Jung et du MBTI.

Et bien, cette attitude visant à fuir la facilité et à agir presque contre-nature, c’est exactement comme le fait d’essayer (car ce n’est pas évident) de développer sa fonction inférieure.

La fonction inférieure est selon le modèle celle que l’individu contrôle le moins bien. Les 16 profils en ont une (donc vous aussi). Cette fonction ne commence à être à peu près maîtrisée qu’après l’âge de 50 ans.

Pour faire simple, identifier votre “fonction inférieure” cela revient à désigner votre zone d’inconfort majeure !

manque-confiance-inconfort

De manière concrète, par exemple chez les personnes dites “altruistes” (profil ESFJ tels que le Pape François, Céline Dion ou encore Ed Sheeran…), la fonction inférieure est la “Pensée introvertie”.

Cela signifie que pour eux il est particulièrement difficile d’appliquer des règles logiques. Les personnes ayant cette personnalité MBTI, ont naturellement peur de faire des choses que les autres n’aimeront pas. L’idée de ne pas plaire leur est insupportable et elles ne souhaitent qu’une chose, l’harmonie.

Pour les individus, ENTP (celui dit du visionnaire, de l’inventeur), dont la fonction inférieure est la Sensation introvertie, il sera réellement compliqué de rester organisé et de respecter des instructions…

Chacun des 16 profils, a ainsi une zone d’inconfort. Pourquoi ne pas profiter de cette période exceptionnelle, pour mettre en place de nouvelles habitudes ?

Si on voit les choses sous cet angle, fonctionner comme nous n’avions jamais eu l’idée de le faire, peut nous permettre de grandir.

Et vous ? connaissez vous les points faibles de votre profil psychologique ? Faites le test pour découvrir ces points faiblesse de votre personnalité et faire le bilan de votre situation.

L’opportunité d’apprendre à Relativiser, comment être serein ?

Et si cette crise du coronavirus, nous donnait l’occasion de prendre du recul ? Et si au lieu d’uniquement en subir les désagréments on faisait un pas de côté et que l’on changeait d’angle de vue, pour mieux gérer son stress et adopter le lâcher-prise ?

Après tout la morale populaire a coutume de dire “qu’à toute chose malheur est bon”, alors pourquoi ne pas se relaxer et se débarrasser de ses angoisses ?

La capacité à relativiser les événements de la vie, n’est pas identique chez tout le monde. Si certains analysent assez naturellement les événements avec détachement et en pleine conscience, d’autres au contraire les vivent à 101%…

Avoir une sensibilité exacerbée peut être à l’origine de cette attitude et nous empêcher d’être apaisé.

Une telle nature incite à écouter prioritairement son cœur avant sa tête. Pour les personnes dans ce cas, le fait d’être confinées à la maison, d’être contraintes à ralentir, peut être une formidable occasion de prendre de la hauteur.

D’autre part, la nature humaine est ainsi faite que nous considérons très rapidement comme la norme, une situation qui nous est bénéfique. Le meilleur exemple, est certainement l’électricité ou internet.

S’imaginer vivre sans aujourd’hui nous serait insupportable. Soyez privés de réseau 48H et vous apprendrez à accorder sa juste valeur aux privilèges de nos vies modernes.

Relativiser est une attitude qui n’est pas naturelle. Il faut la cultiver au quotidien en appréciant ce que l’on a !

plexus-solaire-relaxation-apprecier

En fin de compte les gens les plus riches ne sont pas ceux qui peuvent tout s’acheter, mais ceux qui savent apprécier ce qu’elles ont déjà !

Se créer de nouvelles habitudes

Un autre moyen de vivre cette période de confinement et de gérer son stress, vise à profiter du confinement pour se créer de nouvelles habitudes.

Pour gagner en productivité, en efficacité, quoi de plus intéressant que d’envisager la mise en place de nouvelles habitudes.

En instaurant de nouvelles routines du quotidien, il nous est possible d’exploiter de nouvelles opportunités.

Il est possible de changer ses horaires et ses cycles journaliers. En travaillant de la maison, on “économise” mécaniquement du temps… Pourquoi ne pas le mettre à profit pour apprendre ?

Que ce soit apprendre une nouvelle langue, pratiquer une activité physique ou se mettre à la méditation via des exercices de respiration, cette période de confinement est l’occasion rêvée de s’adonner à de nouvelles activités et d’évacuer le trop plein de stress.

En fin de compte, cette philosophie est exactement celle du métro / boulot / dodo, mais en version positive.

Se lever 30 minutes plus tôt, prendre un vrai petit déjeuner, faire quelques exercices physiques, de respiration et de relaxation, puis attaquer la journée. Vers 20H, pourquoi ne pas instaurer une autre routine comme par exemple s’obliger à 30 minutes d’une vidéo Youtube sur un thème bien précis, suivie par 30 minutes de lecture sur le développement personnel par exemple, pour vous permettre de vous coucher plus érudit.

Croyez moi, si vous gardez un tel rythme entre 1 et 2 mois (en fonction de l’habitude), vous serez en mesure de changer en profondeur votre fonctionnement.

creer-habitudes-routines

Pour Résumer

La période que nous vivons est unique, du moins exceptionnelle. On peut voir la chose comme une fatalité ou au contraire se dire que comme dans toutes les crises au cours de l’Histoire, certaines personnes en tireront des bénéfices.

Partant du principe que nous n’avons pas de possibilité d’agir à la résolution de ces années de troubles mondiaux, nous devons être opportunistes, malins tout en développant notre épanouissement.

Il ne s’agit pas d’enfoncer la tête du voisin sous l’eau et d’être individualiste, mais bien d’être confiant et de faire une différence quant à nos agissements.

Se dire que la crise mondiale que nous traversons verra inévitablement l’émergence de nouvelles activités, de nouvelles opportunités est une façon de se motiver à en faire un tournant bénéfique pour notre vie.

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux 😉😉

Partager
Les lecteurs de cet article ont également aimé :  4 Leviers primordiaux pour mieux vivre, s’accepter et révéler son potentiel

89 réflexions au sujet de “Comment être confiant et profiter de la période de confinement pour apprendre ?”

  1. Merci pour cet article très positif ! Comme tu le dis très bien, dans cette crise, à part attendre que la situation s’améliore (grâce surtout aux scientifiques qui ont besoin de temps (et d’argent) et à chacun d’entre nous quand même pour le respect des règles), il n’y a malheureusement pas grand chose à faire à notre niveau donc autant essayer de mettre à profit le temps gagné et de faire ou refaire des choses qui nous tiennent à cœur et qu’on avait peu à peu oubliées.

    Répondre
  2. Bonjour Nicolas, ton article nous rassure en nous donnant quelques astuces pour mieux vivre cette période si pénible . J’ai la chance d’être en bonne santé et effectivement le fait d’instaurer quelques nouvelles habitudes va m’aider à m’adapter et à attendre que tout redevienne “comme avant ” ! en vivant quand même un peu plus au ralenti tant les précautions à respecter sont nombreuses et nécessaires. Merci pour tes conseils !

    Répondre
  3. Merci pour ses conseils ! Comme tu le dis, le confinement peut-être une opportunité si on l’accepte. Car on y gagne une des choses les plus précieuses, du temps. C’est une opportunité pour élargir nos possibilités pour faire ou explorer d’autres choses et peut-être même en ressortir un peu meilleure. 🙂

    Répondre
    • à 100% d’accord ! Le temps et sa gestion sont des notions qu’il faut réapprendre à découvrir avec ce confinement ! 😊 Merci pour ton partage Yannick

      Répondre
  4. Effectivement la capacité à relativiser n’est pas la même chez tout le monde …
    Pour ma part je suis « contente » de cette période car je profite de plus de temps avec mes enfants et eux se créent une complicité qu’ils n’auraient peut être pas eu aussi forte sans ce confinement 😉
    Après mettre en place de nouvelles habitudes avec des enfants en bas âge relève du défi parfois mais un jour à la fois et ça ira !!

    Répondre
  5. Merci pour cet article. Comme tu le dis, il faut savoir voir des opportunités là ou certains ne voient que des contraintes..!
    Pour ma part, pendant le précédent confinement, j’ai profité du temps que j’avais pour me former au maximum et acquérir de nouvelles compétences. Cette fois-ci je suis en télétravail mais je compte bien optimiser le temps que je passais dans les transports pour développer mon bien-être et de nouvelles routines comme tu dis !
    À bientôt 😉

    Répondre
  6. Super article en lien avec l’actualité en plus ! Le premier confinement a été l’occasion pour beaucoup de gens de se poser des questions j’ai eu l’impression… ton article tombe à pic pour ceux qui n’ont pas profité du premier confinement pour se poser les bonnes questions 😀

    Répondre
    • Ahah ! Je partage tout à fait et personnellement j’avoue avoir tiré des leçons de ma “gestion” du premier confinement ! Merci de ton commentaire Vincent 😊

      Répondre
  7. Merci pour cet article. Oui, comme toi je pense qu’en apprenant à se focaliser sur ce que nous gagnons plutôt que ce que nous perdons et à prendre du recul nous pouvons traverser beaucoup plus sereinement la période actuelle. Et c’est une très bonne chose puisque diminuer le stress et l’anxiété améliore notre immunité (parole d’experte sur la question du burn out : le stress diminue notre immunité et nous rend plus sensible aux virus….) Alors oui méditons, pratiquons la psychologie positive, faisons du coaching et apprenons à mieux nous connaître (à travers le MBTI par exemple ;-)) pour traverser sereinement cette période.

    Répondre
  8. C’est vrai qu’il faut rester positif dans ces moments difficiles. En tant que prof de langues, je ne fais pas partie des commerces “essentiels” donc ne peux plus recevoir chez moi ni au centre de langues où je travaille, cependant, je commence ce confinement d’une façon plus sereine que la dernière fois car je m’y suis préparée. Je me suis formée convenablement et ai formé tous mes élèves, y compris les plus récalcitrants, à la formation en visioconférence. J’ai appris de mes erreurs de la dernière fois, en fait, je ne laisse plus à mes étudiants le choix car la reprise est bien trop dure après un mois sans travail en langue pour eux comme pour moi. C’était en quelque sorte la double peine pour moi, moins de revenus et en plus des élèves qui décrochent. Je vais également profiter de ce temps gagné (tous mes déplacements) pour occuper ce temps de manière positive et faire un peu comme tu le préconises plus de méditation et activités positives 😊

    Répondre
  9. Tu as rien raison! Car, après tout, ce n’est pas la situation qui importe, c’est notre façon de la percevoir et d’y réagir. On peut par exemple se dire que ce nouveau confinement nous offre du temps: ressource complètement dévaluée mais tellement précieuse de nos jours…
    Je valide à 100% 🙂

    Répondre
  10. Décidément j’aime beaucoup ta posture Nicolas. Merci pour ce nouvel article qui me permet de me sentir moins seule.
    Honnêtement, je ne suis pas stressée par le confinement ou le virus mais bien par le stress des autres quand je suis en contact avec des gens angoissés.
    Du coup le confinement c’est pas mal pour moi.
    J’avoue après 15 minutes de sidération parce que pour moi (indépendante) ça signifie perdre temporairement mon travail. Mais passé ce moment mon cerveau analyse la situation et mettre très vite des stratégies en place pour me montrer le positif que je peux en tirer en fonction de ce qui se passe.
    Du coup oui je change mes habitudes et ça fait du bien !
    Carole

    Répondre
  11. Voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide est nécessaire en cette période ! Je pense que le confinement est aussi une opportunité pour en apprendre un peu plus sur soi, et de remise en question.
    Personnellement, les médias je ne les écoute pas.; c’est tellement anxiogène. Et le matin je commence par faire la morning routine de Hald Erold, ça me permet d’aborder la journée de manière positive 🙂

    Répondre
  12. Article d’actualité, merci. Nous sommes responsables de “comment nous voulons vivre cette période”. Cette année n’est pas terminée mais elle est formidable pour nous, nous prenons du temps en famille, beaucoup avec les enfants. La diète médiatique, le choix des activités, les moments que nous voulons vivre et partager, notre travail, tout cela se décide et se fait en pleine conscience.

    Répondre
  13. Merci Nicolas pour ton article qui confirme la démarche dans laquelle je suis engagée : plus de temps pour développer de nouvelles habitudes (exercices de respiration, promenades en nature, lectures et formations en ligne!).
    Si tu le permets, je rajouterai un élément qui me permet d’être sereine au quotidien – en confinement ou autre – : je me tiens à l’écart des informations anxiogènes (pas difficile, j’habite dans le fin fond de la forêt!). Peut-être inviter les gens à une “digital detox” serait également une piste de bien-être?

    Répondre
    • Oh que oui ! Surtout que les informations ne sont pas qu’anxiogènes elles sont aussi très orientées (à tord ou à raison). Merci pour ton retour Laura ! 🙂

      Répondre
  14. Bonjour Nicolas,
    J’ai l’impression de me répéter de semaine en semaine, mais qu’est-ce que j’aime tes articles, toujours positifs et motivants! ça fait du bien de te lire et ça permet de relativiser. Merci 😊

    Répondre
  15. J’aime beaucoup ta métaphore du “métro/boulot/dodo” version positive ! Le confinement change nos habitudes, et il faut donc un temps d’adaptation, c’est normal ! C’est effectivement l’occasion de se poser sur ce que l’on veut changer, mettre en place, et commencer à installer de nouvelles habitudes compatibles avec ce nouveau rythme. Mon cas tout personnel : 5 à 10 minutes de piano, le matin ou en fin de journée, une petite séance de sport à 17h, et un accès limité à l’information, sur un temps court (20mn max) et via des sources fiables, pour ne pas être inondé !
    Bonne journée !

    Répondre
  16. Très bon article comme d’hab 😉. Je vis tout ça à 110% et ton article m’a fait du bien. Je vais effectivement prendre de la hauteur et me mettre un coup de pied au cul pour me ressaisir 😅. Lors du premier confinement j’ai supprimer la télé et les medias, cela m’a déjà beaucoup aidé et je continue dans ce sens. Je me sens moins informé, mais J’en avais besoin pour ma santé mentale lol

    Répondre
    • Je suis convaincu qu’il y aura un avant et un après 2020 (année confinement). Nous allons changer nos habitudes en profondeur pour aller vers du mieux ! 😊 Merci pour ton partage Maëva

      Répondre
  17. Bonjour Nicolas,
    Super article plein d’optimisme. J’adore !
    Cela me rappelle une émission que j’écoutais dernièrement à la radio.
    La psychologue (on parlait de cette période avec le Coronavirus suite à la nouvelle annonce de confinement), expliquait qu’en ces temps un peu troubles il est important de se concentrer sur ce que l’on peut agir.
    Elle expliquait que le moral se cultive. Qu’il est important de ne pas entretenir l’angoisse et l’anxiété. Et tout comme toi, elle invitait à regarder l’aspect positif.
    Elle insistait sur l’importance de travailler sa perception.
    Merci pour cet article enrichissant et porteur d’espoir.
    Au plaisir d’une prochaine lecture.

    Répondre
  18. tu as tout à fait raison Nicolas,
    Nous sommes également partisans de cette dynamique. Nous essayons de positiver et de transformer la fatalité en opportunités.
    C’est vrai que nous n’avons pas le choix. Nous devons accepter cette situation de crise sanitaire.
    D’un autre côté, nous avons le choix de meubler ce confinement et de le vivre en ressortant plus forts. L’exercice physique, la méditation, l’apprentissage, l’oxygénation, la lecture… ou tout autre moyen de s’enrichir. Il existe des tas d’opportunités.

    Répondre
    • Lâcher prise sur ce sur quoi nous n’avons pas de prise est la clé du bonheur. Se concentrer sur l’essentiel !! Merci pour votre retour et votre partage à tous les deux 😊

      Répondre
  19. Bonjour Nicolas, merci pour cet article positif qui donne la pêche et remet les idées en place. En effet, sous l’effet du stress environnant il nous est facile de perdre pieds, toute confiance en soi et en l’avenir. Néanmoins, nous avons appris à prendre du recul depuis le premier confinement et j’ai envie de croire que de plus en plus de personnes adoptent les bons réflexes pour se recentrer, observer tout ce qu’elles peuvent -encore- faire et les savourer. Nous les coachs, sommes là pour éveiller les consciences, faire de ces moments difficiles des opportunités.

    Répondre
    • Effectivement Corinne ! Je partage à 100% ! Ce confinement donnera naissance à de nouvelles vocations et des nouvelles habitudes de vie pour une majorité de gens ! 😊 Merci pour ce retour

      Répondre
  20. Essayer de voir ce qu’on peut transformer en positif quand le climat est à la tendance négative, aide en effet à supporter plus facilement ce dernier.
    Je trouve ton article plein de bon sens, avec des pistes concrètes pour aller vers un état d’esprit plus positif.
    Merci !

    Répondre
  21. Tes articles ont un succès fou! Super! Les personnes qui sont dans la survie ou qui ont des enfants ou des parents qui souffrent actuellement auront peut-être des difficultés à voir le positif mais cet article donne de jolies clés comme “apprécier ce qu’on a déjà”, “se créer de nouvelles habitudes” donc de nouvelles pensées et de nouvelles actions. Merci

    Répondre
    • Oui tu as raison Bénédicte il ne faut pas tout voir en rose non plus, mais espérons plutôt que stressons. Il faut être capable de lâcher prise sur les choses pour lesquelles on a pas d’impact et essayer de faire au mieux ! Merci pour ton retour et ta réflexion fort juste 😊

      Répondre
    • Oui les temps demeurent… difficiles ne nous y trompons pas, mais je veux croire qu’un virage sera pris vers le meilleur. Merci pour ton retour 😊

      Répondre
    • Il n’y a malheureusement pas de réponse à cela tous les profils sont susceptibles de la connaître (nous sommes tous humains) mais il est vrai que les profils NF (idéalistes) ont plus de mal à s’adapter à note Société matérialiste. Merci pour ce partage Rodney 😊

      Répondre
  22. J’aime beaucoup que tu tires toujours le positif des situations! De nos jours ce n’est pas évident, il y a évidemment les médias avec leurs annonces anxiogènes constantes mais aussi l’entourage. Ce virus est devenu le nouveau sujet obligatoire dans toutes les conversations.
    Donc, comme tu dis, mieux vaut aller chercher le positif qu’il y a dans tout ça 😊

    Répondre
    • Oui Nadia, sans minimiser la gravité de ce que nous traversons il FAUT garder la tête hors de l’eau pour espérer des lendemains plus beaux ! Merci pour ton retour 😊

      Répondre
  23. Salut Nico, très bon article! La peur nous fait baisser notre système immunitaire et nous rends donc plus fragile, autant rester confiant et profiter pour évoluer encore et toujours plus. Pour ma part je travail dans l’alimentaire donc que ce soit ce confinement ou le précédent (donc celui du printemps 2020 et celui d’automne 2020 pour ceux qui liront ce commentaire peut être plus tard) je ne le subit presque pas du tout car j’ai mon deuxième travail de blogueur qui peut se faire presque intégralement chez moi. Je peux donc continuer ma vie normalement. Néanmoins j’invite tout le monde à suivre les conseils de ton article, d’apprendre plutôt que d’avoir peur.

    Merci pour tous ces conseils et à bientôt 🙂

    Répondre
    • Merci pour ton retour David ! Une chose est certaine de nouveaux modes de travail vont apparaître et les Sociétés vont changer en profondeur. J’entendais qu’on avait même sauter une génération (25 ans) avec cette obligation de s’adapter… Merci pour ton partage 🙂🙂

      Répondre
  24. Rester positif, c’est bien ce qu’il faut en ce moment et, pourquoi pas, tout le temps. Je n’ai pas la télé, je suis sans doute privilégiée du coup puisque je n’ai pas la tête remplie des lamentations quotidiennes des journalistes qui devraient lire ton article et essayer de le transmettre plutôt que de nous abreuver de négatif. A croire que c’est voulu…
    Bien sur, mon quotidien change en ces périodes de confinement, mes repères changent et non, ce n’est pas si facile de positiver. Pourtant, c’est vrai, il faut prendre conscience des routines dans lesquelles on s’était enfermés et dont on a l’opportunité de s’échapper.
    Merci donc pour cet article.

    Répondre
    • Merci pour ce partage Corinne ! Clairement personne ne sait comment ça finira mais une chose est certaine rajouter du stress au stress ne pleut qu’amplifier le mal-être donc autant s’en passer. Merci pour ce partage 🙂🙂

      Répondre
  25. Hello Nico !

    Ton article permet de voir le positif de cette période particulière. Et ça me motive à essayer de changer 2-3trucs chez moi et me créer de nouvelles habitudes. Encore merci pour ce partage.

    Répondre
  26. Merci pour cet article!
    Le premier confinement était en période de printemps: j’ai pu prendre le temps d’assister à la renaissance de la nature, les bourgeons qui fleurissaient, les rayons du soleil qui réchauffaient nos corps et nos cœurs. La douceur de vivre, et les moments privilégiés avec les enfants.
    Ce second confinement est plus difficile pour le moral: cette nouvelle privation de liberté à comprendre et à accepter. Et les journées grises qui minent le moral. Tout comme le précédent, pourquoi ne pas profiter de ce confinement pour prendre conscience des changements de la nature? de s’aligner à nouveau sur notre rythme biologique? cocooning, repos, moments de détente films incontournables,…
    Nous ne pouvons pas contrôler ce qui nous arrive, mais nous pouvons contrôler nos actions, et le sens que nous souhaitons donner à cette période.
    Prenez bien soin de vous 🙂

    Répondre
  27. Salut Nico, à vrai dire, le problème n’est pas que les nouvelles sont toutes anxiogènes, elles l’ont toujours été. Tous les organes de presse vivent en annonçant des mauvaises nouvelles. Le bonheur ne fait pas vendre, les gens heureux n’ont pas d’histoire. Le problème, c’est la multiplication des canaux par lesquels nous parviennent ces mauvaises nouvelles et la quasi impossibilité de leur échapper. A moins de le décider.

    Répondre
  28. Je profite de ce moment de confinement pour m’essayer à la méditation, 20 min par jour, un peu moins que le temps de trajet pour mon boulot. J’en suis contente, ça me permet de mieux me concentrer.

    Répondre
  29. Très bon article comme d’habitude Nicolas.

    J’aime bien l’idée “Si certains analysent assez naturellement les événements avec détachement et en pleine conscience”.

    On considère souvent qu’avoir du détachement c’est s’en foutre alors que pas du tout à partir du moment où l’on en a conscience. Cela signifie tout simplement que l’on sait prendre du recul pour ne pas se laisser aspirer par des événements que l’on ne maitrise pas forcément.

    Effectivement c’est la difficulté qu’ont certains profils qui n’arrivent pas à prendre de la distance. Ils sortent de leur zone d’influence pour aller dans la zone des préoccupations qui les rongera alors qu’ils n’auront aucun levier pour changer ça.

    Merci pour cet article.

    Répondre
  30. Bonjour Nico et merci pour cet article qui donne du baume au cœur !

    Une bonne diète médiatique peut être utile dans ce climat anxiogène ! Il vaut donc mieux s’informer par le biais d’articles factuels plutôt que par ceux dont l’unique but est de faire du sensationnel.
    Adoptons le “métro-boulot-dodo” version positive (j’adore !) 💪
    Pour ma part, j’apprécie tout particulièrement le rituel du matin (qui ressemble à celui que tu décris). En ce qui concerne celui du soir, je recommande de noter “ses gratitudes”, c’est-à-dire ce pour quoi on est reconnaissant(e) 🙏.

    Répondre
    • Merci Maeva pour ce partage 🙂🙂. Effectivement les rituels du soir dont tu parles sont également une excellente méthode pour se libérer l’esprit avant d’aller dormir. Merci

      Répondre
  31. Bonjour et merci pour cet article. Je suis d’accord, il faut rester positif, prendre du recul, apprécier ce que l’on a et profiter des bons moments ☺

    Répondre
  32. Bonjour Nicolas. Un article positif qui fait du bien.
    J’ai moi-même changé plusieurs de mes habitudes depuis près d’un an pour être plus positive, apprendre à relativiser.
    Cela a commencé avec mon journal de kiffs et de frustrations (constat : aucune journée, même la plus compliquée, n’est entièrement mauvaise).
    Et depuis environ 2 mois, c’est Miracle Morning, ma nouvelle routine matinale à laquelle j’ai intégré également la partie Gratitudes.
    Tout cela a changé la façon dont je vois les choses.
    Oui, le confinement est frustrant et l’ombre du Covid inquiétante mais ma vie ne se résume pas à cela et c’est tant mieux !
    Belle journée.

    Répondre
    • Merci pour ce partage Sophie ! Effectivement il existe tout un tas de méthodes pour mettre à profit les changements de rythmes de nos vies. Le tout est d’en avoir conscience et de ne pas se laisser aller 😊. Merci pour ton partage ! 😊😊

      Répondre
  33. Je suis d’accord avec toi. A part peut-être lorsque tu dis qu’il n’y a rien à faire que d’attendre que cela soit terminé. Au contraire, il me semble que l’occasion est trop belle de questionner ses choix de vie. Qu’est-ce qui est vraiment important pour nous, dans ce que nous offre la société telle qu’elle est ? Que faut-il défendre à tout prix et que pouvons-nous laisser derrière nous ?

    Répondre
    • Chacun doit se poser ces questions à son propre niveau et je crois que les chamboulement dans nos vies et dans nos modes de fonctionnement devraient permettre à pas mal de monde de faire un point sur sa vie. De savoir ce qui est vraiment important et ce qui ne l’est pas. Merci pour ta réflexion ! 😊😊

      Répondre
  34. Le simple fait que mes proches et moi même soyons en bonne santé actuellement me permet de relativiser la situation. Car rien ne vaut la santé . Alors préservons là du mieux que nous ne le pouvons en ayant une alimentation saine, un bon sommeil réparateur, de l’exercice quotidien et de bonnes pensées.

    Répondre
  35. J’aime toujours ton approche et tes conseils. J’ai pris l’habitude de voir le côté positif et les opportunités de chaque situation mais parfois, je me dis que la vie m’a aussi beaucoup aidée à cela. Je me demande comment font les gens qui traversent des “tempêtes”.

    Répondre
    • Et oui, mais c’est bien de se rendre compte de la chance que l’on a quand on en a. Tout le monde ne le fait pas ! Merci pour tes encouragements Y-Lan 😊

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.