➀ Quels sont les 10 arguments pour Vivre sans remords selon Bronnie Ware ?

Vous ĂȘtes vous dĂ©jĂ  imaginĂ© mourir avec des regrets ?

Vous ĂȘtes vous dĂ©jĂ  imaginĂ© quitter ce monde sans avoir pu rĂ©alisĂ© ou au minimum tenter de rĂ©aliser vos rĂȘves ?

Bronnie Ware, Ă©tait une infirmiĂšre en soins palliatifs qui accompagnait ses patients mourants, en fin de vie jusqu’à leur dernier souffle.

Si elle est cĂ©lĂšbre aujourd’hui, c’est prĂ©cisĂ©ment pour ses rĂ©cits mentionnant les derniers regrets qu’elle entendait le plus rĂ©guliĂšrement Ă©voquĂ©s par les personnes sur leur lit de mort.

Au final, ses Ă©crits motivent quiconque Ă  reprendre confiance en soi pour commencer une nouvelle vie avant qu’il ne soit trop tard pour rĂ©aliser ses rĂȘves.

(pour activer les sous-titre en français vous pouvez : cliquer sur la roue crantée en bas à droite, sélectionner sous-titres, puis français)

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Au travers de cette conférence, il est possible de synthétiser les 10 conseils que Bronnie Ware nous donne pour vivre le présent sans avoir de regrets.

Trouver sa vocation pour vivre sans regrets ni remords

Le premier des conseils que Bronnie Ware donne d’aprĂšs son vĂ©cu et son expĂ©rience est de se mettre en quĂȘte de sa vĂ©ritable « mission de vie ».

En Ă©voquant sa propre histoire, elle nous explique clairement que pour celui ou celle qui dĂ©sire vraiment s’épanouir dans sa vie professionnelle, il est crucial de trouver sa vocation.

On peut noter d’ailleurs que ce conseil est Ă©galement valable sur le plan de la vie personnelle.

« Donc j’ai pris ce travail d’infirmiĂšre Ă  domicile. La dame dont je m’occupais est entrĂ©e en phase terminale. AprĂšs cela l’agence m’a dit que j’avais fait du bon travail. Mais je voulais m’entraĂźner davantage, et trĂšs vite j’ai commencĂ© ce travail. Je n’avais jamais travaillĂ© dans le secteur mĂ©dical, et j’y ai trouvĂ© ma vocation. »

Le dictionnaire définit le terme de vocation de deux façons :

« Mouvement intérieur par lequel on se sent appelé par Dieu »

et « Inclination, penchant pour une profession ».

Dans les deux cas, on ressent que cette conviction, que cette certitude que l’on est fait pour une activitĂ©, vient de son propre cƓur.

Son tĂ©moignage est la preuve que savoir Ă©couter ses Ă©motions, et qu’avoir le courage de suivre l’irrationnel peut nous amener Ă  changer de vie et surtout Ă  Ă©viter d’exister de façon contrariĂ©e.

Relativiser et ApprĂ©cier son bonheur en vivant dans l’instant prĂ©sent

Le deuxiĂšme conseil que Bronnie Ware nous donne, est centrĂ© sur l’état de d’esprit que l’on entretient au quotidien.

Il ne tient qu’à nous de voir le verre Ă  moitiĂ© plein.

Il ne tient qu’à nous de considĂ©rer malgrĂ© tout les aspects positifs d’une situation, lĂ  oĂč tout le monde ne concentrerait son attention que sur les aspects nĂ©gatifs.

« Les patients dont je m’occupais savaient qu’ils Ă©taient malades, qu’il ne leur restait qu’entre 3 et 12 semaines Ă  vivre, ils rentraient pour finir leurs jours chez eux, et j’étais avec eux.


 Mon rĂŽle clĂ© Ă©tait d’ĂȘtre Ă  l’écoute, et Ă  l’époque je n’avais pas conscience que tous mes souhaits se rĂ©alisaient grĂące aux « professeurs » que j’avais. »

Le fait de prendre en considération certains aspects de la réalité qui nous entoure permet à quiconque de prendre de la hauteur.

En prenant conscience qu’il existe toujours pire que nos malheurs, nous attĂ©nuons notre douleur (souvent futile).

La seule dĂ©marche Ă  entamer est de mettre en parallĂšle les choses de la vie. Si on y pense bien n’importe quelle dĂ©ception est relative !

C’est surtout l’importance que nous donnons à nos malheurs qui fait la perception que notre cerveau en a.

Image symbole des émotions et du cerveau pour prendre les bonnes décisions et vivre sans regrets

Apprendre des leçons de vie pour ne plus se plaindre

Si pour Corneille « aux Ăąmes bien nĂ©es, la valeur n’attend pas le nombre des annĂ©es », pour la majeure partie des gens l’expĂ©rience est une qualitĂ© qui contrebalance la fougue et l’envie de la jeunesse.

Dans sa confĂ©rence, l’infirmiĂšre avoue :

« J’ai rĂ©alisĂ© que j’avais de la chance d’entendre ces leçons de vie et que si je n’en tenais pas compte je le regretterais aussi.

Ayant vu cette souffrance je ne voulais pas passer par là moi aussi »

Au travers de ces mots, elle exprime parfaitement l’importance de retenir les leçons de la vie pour ne plus avoir Ă  se plaindre pour les mĂȘmes causes.

Nous sommes tous amenĂ©s Ă  faire des erreurs dans nos vies et c’est Ă  nos dĂ©pends que nous grandissons.

Dans son cas, Bronnie Ware reconnaĂźt sa chance d’avoir pu recueillir une multitude de tĂ©moignages qui ont fait office d’apprentissages indirects.

Certes elle ne les a pas vĂ©cus elle-mĂȘme, mais le contexte dans lequel on lui a dĂ©livrĂ© ces plaintes et regrets, rend presque ces affirmations Ă©quivalentes Ă  une expĂ©rience rĂ©elle.

Toute la gratitude qu’elle exprime est dĂ©jĂ  une façon d’exploiter et de mettre Ă  profit cette chance.

Trouver le courage d’exister pour ĂȘtre plus heureux

Si le fait de croire en un idĂ©al est si merveilleux c’est que c’est un accomplissement rare dans une vie.

Si c’est un accomplissement rare, c’est justement car cela demande un effort, cela nĂ©cessite de ne plus se laisser porter par la vie en sortant de l’ordinaire pour oser tenter l’extraordinaire.

Mais partant du principe que l’on ne suit plus ce long fleuve si tranquille qu’est la vie du quotidien, on se met forcĂ©ment dans des conditions d’inconfort.

Partant de ce postulat, il est inévitable que cette démarche nécessite une forme de courage. Cesser les jérémiades pour oser tenter de se réaliser !

C’est bien le message que Bronnie Ware cherche à faire passer lorsqu’elle dit :

« Presque tous les regrets viennent d’un manque de courage. Comment avoir le courage de vivre en suivant notre cƓur et en le respectant ? L’une des premiĂšres choses Ă  faire est d’accepter que l’on va mourir. »

Selon elle, l’attitude Ă  la portĂ©e de n’importe qui, visant Ă  Ă©couter son cƓur, est le meilleur moteur qui peut nous donner la force d’oser.

Et cette force de tenter, elle l’a trouvĂ©e dans sa relation Ă  la vie
 ou plutĂŽt Ă  la mort !

Accepter que nous ne sommes pas Ă©ternels n’est facile pour personne mais c’est la clĂ© pour vivre Ă  100 % le moment prĂ©sent et ne pas sombrer dans la nostalgie.

vivre sans regrets et ne plus pleurer

Image par vishnu vijayan de Pixabay

Vivre en conscience du temps qui passe pour vivre une vie heureuse sans regrets

Cette prise de conscience du temps qui défile tel un compte à rebours est un moteur extraordinaire.

On pourrait croire que c’est une conception mĂ©lancolique de la vie alors qu’au contraire c’est la meilleure façon de ne pas risquer les regrets
 une fois la fin de notre existence venue.

« Quelle que soit notre croyance sur ce qu’il y a aprĂšs la mort, dans notre vie actuelle notre temps est limitĂ©.

PlutÎt que de considérer la mort comme quelque chose de sombre et de terrifiant, utilisons le comme un outil pour mieux vivre. »

Désacraliser la mort en la rendant commune et inévitable permet justement de dépasser cette dimension tragique.

Mieux que cela, l’infirmiùre nous propose de nous en servir comme d’un levier pour mieux savourer la vie.

Tout passe selon elle, par une pleine prise de conscience.

Ce n’est qu’aprĂšs cette dĂ©marche volontaire que l’individu peut rĂ©ellement prĂ©tendre au fait de vivre l’instant et de profiter sa vie.

PlutĂŽt que de se lamenter sur notre sort, stopper la tyrannie de notre mental et se forcer Ă  accepter les lois de l’existence contribue Ă  notre bonheur prĂ©sent.

Savoir Ă©couter son cƓur pour dissiper toute amertume

Tout comme Paulo Coelho affirme que notre rĂ©alisation personnelle passe inĂ©vitablement par le fait de savoir Ă©couter son cƓur (dans son ouvrage rĂ©fĂ©rence “L’Alchimiste“), Bronnie Ware prĂ©sente cette dĂ©marche comme la solution pour vaincre ses peurs.

« Vous pouvez essayer de les faire taire au profit de la peur ou si vous voulez vivre une vie qui ne finit pas avec des regrets vous devez trouver le courage de suivre votre coeur.

Il faut utiliser la mort comme un outil pour vivre. »

Plus que cela encore, selon elle notre cƓur peut nous permettre de concevoir la mort comme une notion bĂ©nĂ©fique.

En prenant conscience que nous marchons tous, dÚs le premier jour de notre vie, vers la mort, elle transforme cette fatalité en instrument utile à notre épanouissement.

Être indulgent avec soi-mĂȘme et faire preuve d’humanitĂ©

DĂ©plorer certains faits ou Ă©vĂ©nements de notre vie signifie que nous vivons avec de la peine, mas c’est surtout le signe que nous vivons dans le passĂ©.

Cependant se plaindre et se lamenter sur son sort est certes une attitude que l’on peut qualifier de rĂ©flexe chez certaines personnes sensibles, elle n’en demeure pas moins contre-productive.

La principale motivation (inconsciente) que nous poursuivons lorsque nous nous plaignons est une forme de soulagement.

Comme si verbaliser nos regrets et les faire connaĂźtre Ă  notre entourage permettait d’évacuer une forme de frustration. Je crois rĂ©ellement que cela nous allĂšge mais cela ne dure pas.

Pour vivre avec sĂ©rĂ©nitĂ© et apaiser (ou faire disparaĂźtre) de façon durable cette peine Bronnie Ware nous invite Ă  ĂȘtre moins exigeant avec nous-mĂȘme et avec les autres.

« Il faut ĂȘtre plus indulgent avec nous mĂȘme, avoir de la compassion pour tout le monde. C’est une force si puissante dans ce monde ! [ 
] ce n’est pas grave d’ĂȘtre vulnĂ©rable, de ne pas ĂȘtre parfait. »

En insistant sur cette attitude, l’infirmiĂšre considĂšre que la clĂ© pour attĂ©nuer nos regrets est d’avoir une forme d’humanitĂ©.

Enlever la gravité aux événements de la vie est le bon comportement à adopter !

Le fait d’évoluer au contact de la mort quotidiennement, lui a donnĂ© cette prise de recul sur la gravitĂ© des Ă©vĂ©nements de la vie.

Cette forme de maturitĂ© semble l’empĂȘcher de se mordre les doigts pour des bĂȘtises et de savoir faire la part des choses.

En nous invitant Ă  accepter nos faiblesses, Ă  tolĂ©rer le fait que nous ne sommes pas parfait nous pouvons adoucir le goĂ»t amer de nos regrets voire mĂȘme bien vivre avec.

S’aimer sans rĂ©serve et savoir trier ses relations

Savoir s’aimer ne signifie pas forcĂ©ment ĂȘtre Ă©gocentrique ou narcissique.

Savoir s’aimer reprend l’idĂ©e que nous devons ĂȘtre indulgent avec nous-mĂȘme.

Il faut Ă©couter son cƓur et sa nature pour se faire du bien et se mettre dans de bonnes conditions.

TrĂšs souvent c’est notre cerveau qui vient troubler notre harmonie intĂ©rieure. A force de trop cogiter, il peut nous faire des nƓuds et fausser l’image que nous donne nos Ă©motions.

Car il est important de comprendre qu’un ĂȘtre Ă©panoui est avant tout Ă©quilibrĂ© entre ses sentiments et sa logique.

Le modĂšle MBTI explique trĂšs bien cette coexistence chez l’ĂȘtre humain, entre les Ă©motions et la logique, entre l’affect et la raison


Personne n’est 100 % rationnel ou 100 % dans le sentiment. Nous avons tous les deux modes en nous et nous prenons nos dĂ©cisions en intĂ©grant les deux dimensions.

Cependant, lĂ  oĂč chaque ĂȘtre est diffĂ©rent, c’est dans l’importance qu’il accordera Ă  chacun des deux canaux.

En prenant conscience de notre état, nous faisons déjà la moitié du chemin.

Si vous ne connaissez pas votre profil psychologique parmi les 16 décrits par le modÚle MBTI, je vous suggÚre vivement de faire ce test maison. Vous commencerez par accepter certains traits de votre personnalité et vous apprendrez à mieux vous connaßtre.

RĂ©ussir Ă  dominer ses Ă©motions dans le sens oĂč on ne se laisse plus entraĂźner sans prise de recul c’est aussi rĂ©aliser que toutes les personnes de notre entourage ne se valent pas.

Sans, Ă  l’inverse, n’écouter que sa raison, il faut savoir Ă©quilibrer ses choix.

Cela doit nous amener à nous éloigner des personnes toxiques, ou du moins néfastes à notre épanouissement.

« Il faut savoir dire « non », il faut faire le tri dans ses relations, et ne garder que celles qui sont authentiques »

Quand Bronnie Ware prononce ces mots, elle fait rĂ©fĂ©rence Ă  l’ambiance et Ă  l’atmosphĂšre dans lesquelles nous Ă©voluons au quotidien.

Comme notre personnalité influence les personnes que nous cÎtoyons au quotidien, notre équilibre intérieur est impacté (positivement ou négativement) par notre environnement.

Avoir le courage de s’éloigner de personnes nĂ©gatives est une dĂ©marche qui peut ĂȘtre contre nature mais elle est bĂ©nĂ©fique.

Dans une telle situation, couper les ponts sans se repentir peut mĂȘme ĂȘtre une dĂ©cision salvatrice.

Ne pas regarder derriĂšre et vivre sans regrets

Image par John Hain de Pixabay

S’occuper de soi en premier et apprendre à recevoir (pour mieux prendre soin des autres)

En rĂ©sumĂ©, avoir le courage de mettre de la distance avec ce qui nous est nĂ©faste c’est avant tout penser Ă  soi.

C’est ne plus accorder autant d’importance aux pensĂ©es des autres, Ă  leurs dires et surtout Ă  leurs sentiments.

Il est certain que nos décisions ont une influence sur notre environnement, mais elles ont avant tout un effet sur notre vie.

Bronnie Ware insiste sur ce point quand elle dit :

« Si vous vous occupez des autres sans vous occuper de vous, alors trÚs vite il va y avoir un déséquilibre. Cela peut mener à de la rancune puis au regret. »

Ses mots dĂ©crivent bien que cet altruisme spontanĂ© s’il n’est pas dĂ©livrĂ© consciemment peut nous amener Ă  nous oublier.

S’oublier, c’est se tromper de combat
 C’est croire qu’aider son prochain suffit Ă  notre bien-ĂȘtre personnel.

Si cela est effectivement bĂ©nĂ©fique, cela ne remplace pas tout et c’est en ça qu’il faut garder Ă  l’esprit que pour ne rien regretter il faut aussi savoir ĂȘtre un peu Ă©goĂŻste !

Accepter l’idĂ©e que l’on va mourir

Le 10Ăšme conseil que Bronnie Ware nous offre, dans son intervention, est Ă  mes yeux le plus important.

Plus que de prendre de la hauteur sur sa vie, il s’agit de remettre intĂ©gralement en question notre perspective.

Comme nous l’avons Ă©voquĂ© prĂ©cĂ©demment, en parallĂšle de la prise en considĂ©ration du temps qui passe, il est essentiel de prendre conscience que nous sommes des ĂȘtres mortels.

« Pour vivre une vie sans regret, il faut se confronter au fait que l’on va mourir ! Mais on a le pouvoir de choisir. Il nous appartient d’utiliser ce pouvoir aussi sagement et intelligemment que possible. »

TĂŽt ou tard nous disparaĂźtrons et le fait de garder Ă  l’esprit cette vĂ©ritĂ© implacable change notre perception des Ă©vĂ©nements de notre vie.

Certes cela ne nous permet pas de remonter le temps pour corriger nos erreurs, mais cela nous aide puissamment Ă  nous concentrer sur ce qui compte vraiment : le prĂ©sent et l’avenir…

Une telle dĂ©marche doit nous permettre de savoir comment relativiser l’importance des nos mauvais choix, nous permettre de lĂącher prise vis Ă  vis de nos actions passĂ©es.

Ce qui est fait est fait et tout le temps que nous passerons Ă  nous morfondre, nous plaindre et Ă  regretter est du temps perdu.

Ou plutĂŽt, c’est du temps gĂąché !

Personne n’est parfait au point de faire tout le temps les bons choix
 Nous sommes des humains et non des Dieux !

Accepter cela c’est faire un pas vers le pardon et ainsi vers un coup de balai sur nos remords.

Aller vers la mort de façon sereine et vivre sans regrets

Image par ParallelVision de Pixabay

Conclusion

Au travers de ses mots et de son tĂ©moignage, Bronnie Ware nous distille une mine de bons conseils, d’une prĂ©ciositĂ© incroyable pour savoir comment changer sa mentalitĂ© dans le prĂ©sent et finalement oser vivre pleinement sa vie.

Elle qui a la « chance » de cĂŽtoyer la mort de si prĂšs est certainement l’une des mieux placĂ©es pour connaĂźtre le prix de la vie et l’importance de prendre le temps d’apprĂ©cier ses bons moments.

En relatant les tĂ©moignages qu’elle recueillit jour aprĂšs jour au cours de sa carriĂšre d’infirmiĂšre, elle nous fait un cadeau d’une valeur inestimable pouvant nous permettre de transformer le cours de notre vie et de dĂ©passer nos croyances limitantes pour vivre pleinement !

Si cet article vous a plu ou si vous pensez qu’il pourrait inspirer des personnes de votre entourage, n’hĂ©sitez pas Ă  le partager 😉😉

 
Partager

16 rĂ©flexions au sujet de “➀ Quels sont les 10 arguments pour Vivre sans remords selon Bronnie Ware ?”

  1. Bonjour,
    Merci pour ce bel article plein de sagesse. C’est trĂšs intĂ©ressant. Pour moi, le plus difficile est de s’Ă©couter soi mĂȘme et de s’inscrire dans le prĂ©sent. Mais j’y travaille 😉

     
    RĂ©pondre
  2. Je suis tellement d’accord avec ces mots et ce temoignage ! Je ne sais pas si c’est mauvais, mais parfois il faut faire face Ă  quelque chose de trĂšs dĂ©sagrĂ©able et de choquant pour comprendre qu’on est lĂ  pour un moment. Alors on se rend compte qu’il faut vivre sa vie au max, sans le regretter un jour. Merci pour cet article !

     
    RĂ©pondre
    • Je n’aurais mieux rĂ©sumĂ© ce message d’apprĂ©cier les choses tant qu’on les a 😊.
      Merci pour ce retour Genka

       
      RĂ©pondre
  3. Merci Nicolas pour ce partage,
    pour moi, lorsque je pense Ă  la mort, je pense surtout Ă  “qu’est-ce que je veux laisser derriĂšre moi”. j’ai dĂ©jĂ  fait l’exercice de visualiser mon enterrement et de ce que les personnes prĂ©sentes y disent (c’Ă©tait un exercice trĂšs puissant dans un sĂ©minaire de dĂ©veloppement personnel), et sincĂšrement, ça m’a amenĂ©e encore un peu plus sur mon chemin d’une vie riche de sens 😊

     
    RĂ©pondre
    • Je ne connaissais pas cet exercice ! Merci pour la dĂ©couverte et merci pour ce partage Caroline 😊

       
      RĂ©pondre
  4. Super article ! C’est le genre de lecture qui remet les choses Ă  leur place ; la claque ! Et que dire de plus du tĂ©moignage ? Merci !

     
    RĂ©pondre
    • Merci Ă  vous pour ce retour enthousiaste Xavier 😊

       
      RĂ©pondre
  5. TrĂšs inspirant ! Ce qui m’a aidĂ©e Ă  mettre des actions en place vers ce que je veux vraiment c’est introspecter sur ce sujet ! Merci

     
    RĂ©pondre
    • Tout commence par l’intĂ©rieur de soi ! Je suis bien d’accord avec vous ValĂ©riane 😊

       
      RĂ©pondre
  6. Bronnie Ware, des paroles sages. Pour moi et pour tous-toutes ceux-celles qui sont dans la relation d’aide, c’est se rappeler souvent: “S’oublier, c’est se tromper de combat
 C’est croire qu’aider son prochain suffit Ă  notre bien-ĂȘtre personnel.” Son livre “Les 5 regrets des personnes en fin de vie” et ton article qui reprend plus que 5 conseils est trĂšs utile.

     
    RĂ©pondre
    • Doublement Merci BĂ©nĂ©dicte ! 😊 Pour ce partage et ce retour positif

       
      RĂ©pondre
  7. J’avais dĂ©jĂ  lu ces arguments … mais chaque fois que je les revois leur rĂ©sonance s’amplifie et pĂ©nĂštre ma vĂ©ritĂ© de vie. Merci Nicolas 🙏

     
    RĂ©pondre
  8. Nous vivons dans un monde de paradoxe sans lequel nous ne pourrions pas ressentir la.jouissance de nos Ă©motions. Alors que le sujet tourne autour de la mort, voilĂ  un article plein de VIE et un appel Ă  la respirer pleinement en chaque instant đŸ„°. Merci Nico

     
    RĂ©pondre
    • Merci Ă  toi Virginie pour cette rĂ©flexion et ce partage 😊

       
      RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.